1. Desinfo
  2. /
  3. Desinfo les auteurs

Je porte le nom d’un extraordinaire savant perse, décédé en l’an 303 de l’Hégire.

J’aime explorer les événements dont j’imagine qu’il aurait pu avoir connaissance.

En plus d’être le photographeur d’une bonne part de la Galerie de desinfo (à venir), j’aime associer textes et images.

Parfois, je n’ai même pas à me creuser les méninges, comme par exemple pour cette photo en pays de houillères…

Ponctuellement, desinfo ouvre ses lignes…

Chaque être que tu rencontres livre une dure bataille. (Watson John) ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ N’est-ce pas volontairement qu’on va se faire administrer des drogues chez Big Pharma ? Volontairement se faire espionner dans Big Internet ? volontairement se faire empoisonner chez Big Hyper ? (bon, on n’en meurt pas tous, du moins pas tout de suite, Big Hyper n’est pas si con !). (Oncle H) ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ ____ Le Chili de Pinochet fut une terre d’avant-garde pour l’application de l'ultra-capitalisme (dit néo-libéralisme). La Grèce actuelle semble engagée dans la même voie. (Anonyme)

De mon vrai nom Rodolphe Guenaouec de Madoué, je suis né un peu bancroche.

Il paraît que c’est certainement pour ça que, depuis le biberon, je développe une sagesse plus déjantée que la moyenne saisonnière.

Je ne puis exhiber ici tout ce que j’ai pu écrire – ni non plus ce que je n’ai pas pu écrire – depuis le biberon.

Même pas ce récit de voyage au Nigéria, écrit à mes 16 ans et qui reste, dans mon enjolivante mémoire, la plus belle œuvre que j’aie jamais écrite, surtout parce qu’elle fut totalement incomprise par mon cercle d’alors : ça, c’était réussi !.

Ici, je suis la Raconteuse.

Je me sers volontiers dans l’actualité pour m’inventer des histoires.

Avant desinfo, je m’intéressais à autre chose. Je ne faisais même pas attention aux endémies, épidémies et autres démies, si bien que je ne trempais pas ma plume dans cet encrier-là.

Mais, gast ! j’ai trouvé dans la pandémiose une bien belle matière !
(voir ma préhistoire)

Je suis aussi l’éditeur de desinfo.

J’aime me poser des questions, et j’ai des convictions.

Les deux marchent de pair.
Je m’étais fait connaître il y a dix ans par une série de mini-reportages : « Mes Découvertes« .

Puis, il y a cinq ans, par un « Appel à créer par nous-mêmes, à la campagne, des micro-villes irrégulières«