Ça promet !

S’agissant d’immunité de groupe, l’OMS a changé, le 13 novembre 2020, sa définition du 7 juin 2020
de :
« L’immunité collective est la protection indirecte contre une maladie infectieuse qui se produit lorsqu’une population est immunisée soit par la vaccination, soit par une immunité développée par une infection antérieure »
à :
« L’immunité de troupeau, également appelée « immunité de population », est un concept utilisé pour la vaccination, dans lequel une population peut être protégée contre un certain virus si un seuil de vaccination est atteint. L’immunité de troupeau est obtenue en protégeant les gens d’un virus, et non en les exposant à celui-ci « .
Puis, en décembre 2020, est apparue cette déclaration inepte :
« Les vaccins entraînent notre système immunitaire à créer des protéines qui combattent la maladie, appelées « anticorps », tout comme cela se produit lorsque nous sommes exposés à une maladie, mais – point crucial – les vaccins fonctionnent sans nous rendre malades. Les personnes vaccinées sont protégées contre la maladie en question et la transmission de l’agent pathogène, ce qui brise toute chaîne de transmission« . Sic !

De grotesque à plus grotesque…
D’autres définitions mensongères-sur-mesure sont-elles apparues depuis ? Je l’ignore.

Une telle facilité à modifier sa propre vérité a de quoi faire frémir car, dans quelques mois, cet OMS pourrait devenir l’Organisateur Mondial de la Santé (comme L’OMC pour les échanges mondiaux), doté de pouvoirs de police…

Et
Assange
?