La faim n’aide pas à apprendre

école

« -Examinons le cas de Selvin. Selvin n’a eu que six bonnes réponses sur 22, c’est la plus mauvaise performance du groupe si l’on excepte la fille trisomique.
Que pouvez-vous nous dire sur Selvin ?
-Selvin est un garçon qui est malvoyant et qui a du mal à lire », dit timidement Alicia.
Il vit dans un village loin de la ville.
Il a son père et sa mère, mais c’est elle qui s’efforce de le maintenir à l’école.

-Parlons d’Irma. Irma n’a eu que sept bonnes réponses.
-Irma est un peu plus âgée que les autres élèves de sa classe.
Elle doit travailler dans les champs. Il y a des jours où elle vient et des jours où elle ne vient pas parce qu’elle doit aider sa maman à faire la lessive.

-Et César, qui a lui aussi obtenu sept bonnes réponses ?
-Le problème de César, c’est que son père est tombé malade.
C’est donc à lui d’aider sa mère à la maison.

Le Guatemala a le taux de travail des enfants le plus élevé d’Amérique latine. Les écoles rurales sont souvent vidées de leurs enfants pendant les périodes de plantation et de récolte. Cela a évidemment un impact sur les résultats scolaires. Les situations familiales défavorables ont également un impact : les enfants qui vivent avec leurs deux parents obtiennent généralement de meilleurs résultats que les enfants issus de familles éclatées.

Mais l’un des principaux facteurs expliquant les mauvais résultats des enfants aux tests internationaux est la faim. Plus de la moitié des enfants guatémaltèques souffrent de malnutrition chronique. Le professeur Jurado a noté que les élèves de l’école María Raymunda Estrada étaient de petite taille, ce qui est l’un des indicateurs les plus précis d’une mauvaise nutrition. Les enseignants savent que de nombreux enfants arrivent à l’école sans avoir pris de petit-déjeuner. (…) À l’école Patzicía, comme dans toutes les écoles officielles, le petit-déjeuner est servi en milieu de matinée. Chaque « refa » coûte à l’État guatémaltèque 1,11 Q1 (0,15 US$), ce qui permet à la directrice de donner aux 900 enfants de son école un verre de lait avec des Corn Flakes, des flocons d’avoine ou de l’Incaparina ou une petite assiette de bananes cuites. Parfois, avec l’aide des bons voisins, elle peut servir un œuf dur ou du pain et de la gelée. »

Source

Licence Creative Commons Mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.
Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Et
Assange
?