Influences

En lisant desinfo.info, l’on peut rencontrer telle ou telle des citations ci-dessous, défilant en bas de certaines pages.

…une école où l’on apprend à faire se multiplier nos richesses, en nous fécondant mutuellement, en sautant le mur de l’existence individuelle, en instaurant le droit à l’erreur, à la libre pensée, à la fantaisie et à la connerie, et au libre choix. (Oncle H)

« Les scientifiques », « Les ONG », « Les journalistes », « L’opinion publique », « La communauté internationale », « Ma belle-mère » : autant de cautions douteuses. (Zinzin)

« Nous savons qu’ils mentent. Ils savent qu’ils mentent. Ils savent que nous savons qu’ils mentent. Nous savons qu’ils savent que nous savons qu’ils mentent. Et, pourtant, ils persistent à mentir. » (Soljenitsyne Alexandre)

« Une information est une désinformation, toujours par nature, et parfois par destination » (Oncle H)

« Une place à l’intérieur de la société où chacun s’éveille par surprise, un lieu de rencontre où les autres nous surprennent par leur propre liberté, laquelle nous rend conscients de la nôtre. » (Illich Ivan)

À gauche particulièrement, on constate cette manie de ne débattre qu’avec les gens avec qui on est plus ou moins d’accord. (C M)

Banalité de le dire : des événements sanitaires hors tout contrôle par des humains sont probablement un trait majeur de notre avenir.

C’est précisément parce que les individus s’intéressent à la politique qu’ils délaissent les urnes. (Wagener Albin)

Ce monde ne vaut même plus qu’on passe du temps à le critiquer. (M T)

Cela sert-il à quelque chose d’écrire quoi que ce soit sur ce que nous vivons ? (Oncle H)

Certaines informations, qui auraient normalement dû faire les gros titres, étaient passées sous silence par la presse anglaise, non en vertu d’une intervention du gouvernement, mais parce qu’il y a eu un accord tacite pour considérer qu’il « ne fallait pas » publier de tels faits. (Orwell George)

Chaque être que tu rencontres livre une dure bataille. (Watson John)

Chaque fois que nous sommes témoins d’une injustice et que nous n’agissons pas, nous conditionnons notre esprit à être passif face à elle, et finissons par perdre toute capacité à nous défendre et à défendre les personnes que nous aimons. (Assange Julian)

Chaque jour, presque chaque moment, livre une cause à notre indignation, tantôt écologique, tantôt politique, tantôt alimentaire, tantôt morale, sans qu’aucune d’entre elles ne finisse par constituer un tout avec les autres (…) Nous scandaliser est ce qui nous reste pour nous donner la sensation que nous sommes en vie. (de Sutter Laurent)

Chez les bovidés bien élevés, ce sont surtout les jeunes mâles qui passent à la casserole. (Zinzin)

Comment comprendre que les délégués de 1789 vers le souverain aient produit en très peu de temps des déclarations qu’ils voulaient universelles, alors que peu d’entre eux avaient vu plus loin que le petit bout de leur coin d’origine, et qu’ils n’étaient absolument pas missionnés pour ça ? (Oncle H)

Conseil de lecture : faites un brèque. (desinfo)

Considérer les opinions et les points de vue scientifiques opposés comme un cadeau et une occasion d’être sceptiques et d’apprendre. (Oncle H)

Dire que nous baignions dans la marchandise serait insuffisant. Nous macérions dedans, au point d’en être imbibés au plus profond de nous. Et sans même nous en rendre compte… Car la transformation d’un bien en marchandise est un processus de profond obscurcissement. (Oncle H)

Du non-rationnel qui n’est pas simplement irrationnel. (Mafesoli Michel)

En même temps qu’elle crée des conditions insupportables, cette société crée les hommes capables de la supporter. » (Semprun Jaime)

Face à l’épuisement des grands discours politiques, les luttes sociales risquent d’avoir du mal à trouver une boussole. (MAUSS)

Il est conseillé de ne pas laisser les voitures dans des endroits isolés pendant plus de cinq minutes. (Police de Quetzaltenango)

L’acte le plus courageux reste de penser par vous-même. (Chanel Coco)

L’homme d’aujourd’hui est une calculatrice. (Liksom Rosa)

L’idée d’identité individuelle se dresse de plus en plus comme un mythe inutile et un obstacle. (Zarifian Philippe)

L’important c’est de changer d’attitude, d’être en position d’apprentissage, de reprendre possession de soi même par rapport à un monde dans lequel on est le plus souvent poussé à la passivité. (Zablocki Olivier)

L’institution scolaire devait être avant tout la génération de capacités de projection d’un avenir et de fructification du passé formalisé de l’expérience humaine. (Stiegler Bernard)

La démocratie bourgeoise est devenue, et continue d’être, une forme de gouvernement accessible seulement aux nations les plus aristocratiques et les plus exploiteuses. (T L)

La différence entre un système techno-industriel « démocratique » et un système contrôlé par des dictateurs est infiniment moindre que celle entre un système techno-industriel et un système qui ne l’est pas. (Kackzynski Ted)

La motivation de toutes ces délocalisations, de toutes ces ventes à l’étranger, c’est d’abord de nous liquider. Financièrement et physiquement. Nous les héritiers de toutes les luttes sociales qui nous ont précédés ; nous avec la certitude de notre valeur. (Mordillat Gérard)

La narration est souvent celle des forts et des vainqueurs. (Delattre Valérie)

La plupart des hommes vivent dans une flaque exiguë de lumière projetée par les lanternes de l’habitude et de leur intérêt immédiat. (Huxley Aldous)

La société est gérée en tant qu’auxiliaire du marché. (Polanyi)

Le Chili de Pinochet fut une terre d’avant-garde pour l’application de l’ultra-capitalisme (dit néo-libéralisme). La Grèce actuelle semble engagée dans la même voie. (Anonyme)

Le monde, contrairement à ce qu’on prétend, n’est pas rempli de loups mais de moutons, qui sont des bêtes bien plus dangereuses. La vertu commence avec l’esprit de contradiction. (Dutourd Jean)

Le rôle principal de la politique devrait être, à mes yeux, l’entretien de l’utopie. (Oncle H)

Le seul fait d’être désormais sans réplique a donné au faux une qualité toute nouvelle. (Debord Guy)

Le sexe comme un jeu et pas comme un enjeu. (Anonyme)

Le somnambulisme est devenu la norme de presque tous les comportements. (Fargette Guy)

Le système ne peut pas exister pour satisfaire les désirs des hommes. Au contraire, c’est le comportement des hommes qui est modifié pour s’adapter à ceux du système. C’est le propre de la technologie, car le système est soumis non pas à une ou à des idéologies, mais aux contraintes techniques. (Kackzynski Ted)

Le totalitarisme ne tend pas vers un régime despotique sur les hommes, mais vers un système dans lequel les hommes sont de trop. (Arendt Hannah)

Le web que nous avons n’est pas celui que nous aimons. (Berners-Lee Tim)

Les droits humains dépendent les uns des autres. C’est-à-dire que si nous perdons un droit humain, il devient plus difficile de protéger les autres droits humains. (Stallman Richard)

Les enfants nés de nos jours, ou bien connaîtront la disparition pure et simple de l’humanité à cause de ses excès, ou bien vivront dans un monde tout à fait différent de l’actuel. (HF C)

Les États-Unis sont et resteront la seule nation indispensable dans le monde. (Obama Barack)

Les gouvernants et les industriels semblent avoir compris que la consommation non critique de l’information de masse conduit à une forme d’ignorance modernisée. La quantité formidable d’informations diffusées ne permet plus vraiment une occultation totale de la vérité ; et, d’un autre côté, elle ne la rend plus vraiment nécessaire. (de Queiros Cédric)

Les responsables de l’État sont pris de panique car ils savent non seulement qu’ils ne maîtrisent pas la situation, mais aussi que nous, leurs sujets, le savons. L’impuissance du pouvoir est désormais mise à nu. (Zizek Slavoj)

Les USA contrôlent tous les océans de la terre. Par conséquent, nous pouvons nous ingérer partout sur la planète, mais personne ne peut nous attaquer. Nous sommes capables d’envahir tous les peuples et ils ne peuvent pas nous envahir, ceci est une très bonne chose. (Friedman-Stratford George)

L’intérêt du smartphone, c’est qu’en cas de canicule il peut servir d’éventail. (Zinzin)

M’est avis qu’il n’y a pas de liberté de la presse sans organes de presse professionnels ne dépendant ni d’abonnements, ni de sponsors, ni de publicité. (Oncle H)

N’ayez pas peur ! (J-Paul II)

N’est-ce pas volontairement qu’on va se faire administrer des drogues chez Big Pharma ? Volontairement se faire espionner dans Big Internet ? volontairement se faire empoisonner chez Big Hyper ? (bon, on n’en meurt pas tous, du moins pas tout de suite, Big Hyper n’est pas si con !). (Oncle H)

Notre besoin de consolation est impossible à rassasier. (Dagerman Stig)

Nous entrons dans des sociétés de contrôle, qui fonctionnent non plus par enfermement, mais par contrôle continu et communication instantanée. (Deleuze Gilles)

Nous n’avons de respect que pour les catastrophes, signe infaillible de la fadeur de nos existences. (J R)

Nous ne saboterons jamais l’infernale mutation humaine que mûrissent ces dangereux délinquants du B.E.M. (Business – États – Médias), trop actifs – et trop inventifs – contre nos intérêts d’humains, si nous ne révolutionnons pas pas à pas, nos rapports élémentaires aux pouvoirs, aux choses, aux autres, ainsi qu’à nos propres crispations dues à la peur. (Oncle H)

Nous sommes passés d’un monde où les sociétés se définissaient de l’intérieur, en fonction de leur histoire, à un monde où elles se définissent par rapport à l’extérieur, au présent et sans le concours de leur passé. (Gauchet Marcel)

Nous sommes suspendus entre deux ordres de grandeur : les uns regardant les choses vérifiables mais de peu d’importance, les autres regardant les choses importantes mais invérifiables. (Weil Simone)

On ne comprend jamais ceux qu’on aime. Leurs sentiments, leurs intentions, restent toujours des poissons des grandes profondeurs. Alors que pour chacun, son propre ressenti est évident comme la terre au soleil. Chacun sait quand il souffre, désire, manque d’autrui. Ce qu’on ne comprend pas, ce sont les autres. (Brune et Edgar Gunzig Elisa)

On ne comprend jamais ceux qu’on aime. Leurs sentiments, leurs intentions, restent toujours des poissons des grandes profondeurs. Alors que pour chacun, son propre ressenti est évident comme la terre au soleil. Chacun sait quand il souffre, désire, manque d’autrui. Ce qu’on ne comprend pas, ce sont les autres. (Gunzig et Élisa Brune Edgar)

où le bon Dr Knock s’en donne à cœur-joie (Anonyme)

où l’on apprend que tous les savoirs viennent d’en haut (Anonyme)

où l’on nous dispense de la peine de penser (Anonyme)

Partout la servitude à voix basse parlait (…) La force avait le droit. Qu’était la conscience ? De la reptilité sous de l’écrasement. (Hugo (Victor)

Playmobil is waiting you. (Anonyme)

Pour agir, il faut d’abord croire. (Fargette Guy)

Pour désobéir, il faut se débarrasser de la peur enfantine de n’être plus aimé, c’est-à-dire abandonné. (Jodorowski A.)

Pour parvenir à ce que nous sommes, il faut éliminer ce que nous ne sommes pas. (Jodorowski A.)

Pourquoi vouloir le pouvoir ? Pour pouvoir pouvoir. (Font & Val)

Qui sait si nous ne serons pas comptables de toutes les joies que nous nous serons refusées, de tous les chemins que nous n’aurons pas suivis, de tous les verres que nous n’aurons pas bus… (Blondin Antoine)

Rares sont les hommes capables de penser, mais tous sont désireux d’avoir une opinion. (P G)

Risquer sa vie n’est qu’une conséquence de devoir aller donner la mort. (Général F. Lecointre)

On ne comprend jamais ceux qu’on aime. Leurs sentiments, leurs intentions, restent toujours des poissons des grandes profondeurs. Alors que pour chacun, son propre ressenti est évident comme la terre au soleil. Chacun sait quand il souffre, désire, manque d’autrui. Ce qu’on ne comprend pas, ce sont les autres. (Roman « Relations d’incertitude » d’Élisa Brune et Edgar Gunzig)

S’il n’y a jamais eu de coup d’État aux USA, c’est parce qu’il n’y a pas là-bas d’ambassade américaine. (D J)

Sans être intégralement dictatoriale, une situation peut tout à fait être totalitaire : il suffit d’une puissance de commandement impératif qui parvient à nous pénétrer intimement, concerner la totalité de notre existence, et se faire admettre comme allant de soi, les déviants devenant suspects ou ennemis aux yeux de la majorité. (Oncle H)

Si Caca-Cola accapare les réserves d’eau mondiales, c’est certainement pour les préserver des salauds qui voudraient les saloper. (Zinzin)

Si j’ai pu faire ce que je suis arrivée à faire c’est uniquement parce que ce que j’apprenais ne restait pas extérieur à moi, parce que, du moment que j’apprenais quelque chose, je me trouvais en état de lui donner un sens, une réponse, une consistance, une utilité immédiate. (Bertelli Federica)

Si nous parvenions à extraire le mot « communauté » de son contexte traditionnel, et de le débarrasser du sens péjoratif qu’il a chez les partisans d’un individualisme bébête, nous pourrions commencer à concevoir et à bâtir des « communautés post-individualistes » (Oncle H)

Une place à l’intérieur de la société où chacun s’éveille par surprise, qui doit être un lieu de rencontre où les autres nous surprennent par leur propre liberté, laquelle nous rend conscients de la nôtre. (Illich Ivan)

Y a-t-il meilleur terrain pour des puissants drogués à la puissance que des gens heureusement dépendants ? (Oncle H)

Et
Assange
?