Dr Malone et les médias

Dans Petites chroniques désabusées d’un pays en décomposition rapide, on lit :
(face aux diverses informations sur l’inefficacité relative des vaccins,)
« on aurait pu espérer que les réseaux sociaux fassent enfin preuve de bon sens.
On aurait pu croire que les médias traditionnels sortiraient progressivement de leur transe anxiogène hystérique à mesure que les invités des plateaux apporteraient eux aussi des éléments de plus en plus contradictoires avec le discours officiel.
On aurait pu imaginer que certains politiciens sentiraient le vent tourner et éviteraient de se retrouver devant un nombre grandissant d’individus exaspérés par ces contradictions, ces interdictions et des vexations stupides.

Il n’en sera rien, rassurez-vous :
comme l’explique d’ailleurs Mattias Desmet,
le cirque devra continuer de plus en plus vite,
de plus en plus fort
et ne pourra s’arrêter que très brutalement. »

*

Voir, en complément, cette thèse de Desmet :
‘L’État totalitaire se comporte d’une manière complètement différente d’une dictature classique. Par exemple, si dans une dictature, une dictature classique, l’opposition est réduite au silence, s’il n’y a plus d’opposition dans l’espace public, alors généralement le dictateur devient plus doux, il devient plus amical parce qu’il comprend qu’il doit créer une image positive dans la population afin de rester leur leader. Dans un État totalitaire, c’est exactement le contraire qui se produit. Dès que l’opposition est réduite au silence, dès qu’il n’y a plus d’opposition dans l’espace public, alors le système totalitaire devient vraiment fou et commence à commettre ses atrocités les plus absurdes.’

Et
Assange
?