Sofia.O

J’ai eu le privilège d’assister  à la « Rencontre des femmes en lutte » qui se tenait au Caracol zapatiste de Morelia, au Chiapas.

Pour moi, tout fut impressionnant, et même stupéfiant, chaleureux, joyeux, et bien au-delà ! Je remercie la vie et les compañeras zapatistes pour la chance que j’ai eue de vivre cette rencontre. Que ces femmes sachent qu’elles nous ont comblées, que nous avons connu et ressenti leur souffrance due à la violence, mais aussi leur dignité, et que nous allons continuer de lutter de façon aussi créative. 

La toute première chose qui m’a impressionnée : les femmes zapatistes m’ont conduite personnellement depuis l’accueil jusqu’au lieu prévu pour camper, m’indiquant où se trouvaient les quelque deux cents toilettes, les deux cents douches, les cantines, ainsi que la zone où toutes les activités allaient se dérouler : auditoriums, kiosques, radio communautaire, terrains de foot, de volley et de basket. J’ai tout de suite été rassurée : oui, elles s’étaient bel et bien dotées de l’infrastructure permettant d’accueillir autant de femmes ; oui, cet immense espace, équipé comme il l’était, convenait tout à fait pour un grand rassemblement.

Deuxième surprise : les hommes n’étaient pas admis. Je n’avais jamais vécu cela auparavant. De cette manière, nous, les femmes, nous disposions de notre espace pour développer les activités de notre choix, et ce fut enthousiasmant !

Le premier jour, j’ai bravé le soleil et la chaleur pour écouter les femmes de tous les villages exposer comment elles ont commencé leur lutte, comment elles sont parvenues à s’organiser jusqu’à obtenir la Loi qui impose de respecter les droits des femmes zapatistes, j’ai écouté la douleur du mépris, la douleur de la guerre, la lutte pour se former militairement et politiquement. Des réalités très éloignées de la mienne. Et tellement porteuses d’espoir…

Ce que j’ai le plus apprécié : les pièces de théâtre jouées par les femmes zapatistes. Rien qu’en les voyant, je ressentais qu’elles se libéraient, je comprenais qu’elles disaient par leur corps ce qui ne peut être mis en mots. Voir représentée leur lutte à partir de leur réalité de femmes indigènes pauvres, parties vers des zones de misère comme travailleuses sous-payées, maltraitées, prostituées, violées, assassinées et d’où, au moyen de l’organisation zapatiste, elles se sont mises à lutter pour se libérer, c’est tellement autre chose que de l’apprendre à travers des mots !

Des femmes très courageuses, prêtes à mourir pour la liberté.

En deux jours, près de deux cents activités – discussions, ateliers, activités sportives, théâtre, musique, danses, expositions, dessin, sans oublier la vie en commun -, se sont déroulées simultanément pour les presque huit mille femmes venues d’un peu partout rencontrer les deux mille femmes zapatistes.

J’ai été ravie d’écouter, de participer et d’éprouver de la joie avec les autres.

La discussion « Démanteler la désignation des choses au masculin », proposée par une jeune venue du pays des gringos, m’a fait prendre conscience que tout, dans cette culture et dans cette langue, est basé sur une conception de l’« homme » dont les caractéristiques sont telles que quiconque ne les possède pas, les femmes par exemple, ne peut prétendre qu’à un rang inférieur, marginal, ou à pas de rang du tout, comme les esclaves à l’époque.
D’où le souci de démanteler cette désignation masculine des choses : si nous cessions de désigner ainsi, même celles qui ont été nommées de tout temps selon cette conception, ou si nous les renommions, ça nous permettrait de connaître ce qu’elles sont vraiment, et nous permettrait de prendre conscience d’où ça vient, ainsi que des conséquences que ça entraîne. 

Une autre discussion, dont le thème était « Redéfinir l’amour », fut selon moi la meilleure : elle nous a fait prendre conscience du fait que le repli sur le couple et sur la famille nous éloigne du « commun », alors que l’amour se répand de tous côtés bien évidemment, ce qui fait que la communauté est la structure sociale qui peut le mieux nourrir l’amour. 

L’atelier « Des femmes dessinent des femmes » était génial : de jeunes femmes de Mexico nous guidaient avec amour pour observer et dessiner nos corps de femme, avec beaucoup de respect et sans jugement ; des femmes posaient pendant 2 minutes puis 4 puis 8 et puis 15 minutes, nous nous défaisions de nos vêtements et dessinions nos nichons, nos « poitrines belles et rondes », d’autant plus belles qu’elles étaient si diverses.  C’est embellie que j’en suis sortie. Et énamourée.

Et que dire des batucadas argentines, des cérémonies guatémaltèques, de la montagne et des petits matins, de la nourriture, du grand branle-bas et de l’organisation des compañeras pour s’occuper des cantines, du service et du nettoyage des toilettes, comme de la surveillance ! Impressionnante, leur capacité à organiser et à gérer : elles sont ingénieures du son, cheffes d’orchestre, commentatrices, musiciennes, techniciennes de communication et de réalisations audiovisuelles. « Compa et caméra font la paire« . 

J’ai expérimenté la biodanza, qui permet aux émotions de s’exprimer à travers le corps qui danse librement et se connecte à la musique pour renouer avec la vitalité, l’affectivité, la sexualité, la créativité et la transcendance. A près de deux cents femmes, nous avons vécu la biodanza pendant une heure et demie, avec nos compañeras zapatistes ; nous nous sommes regardées dans les yeux, nous avons dansé en cercle et, en de brèves rencontres, nous nous sommes embrassées, nous nous sommes bercées, nous avons pleuré ensemble.
Non pas de tristesse : de bonheur !

Sur quoi nous sommes-nous mises d’accord ?

Sur ceci : en tant que femmes, nous devons changer, assumer notre responsabilité historique, ne pas avoir peur, nous décider et participer, nous organiser, nous bouger, développer nos capacités, apprendre ; si nous changeons, nous les femmes, la relation avec tous les autres changera elle aussi, et c’est de cette manière que nous combattrons le machisme, ainsi que le capitalisme. 

Nous, les femmes si diverses, venues des quatre coins du monde, qui nous sommes embrassées et épanchées pour de vrai, avec ferveur et de tout cœur, eh bien, nous avons décidé de nous solidariser et de nous aimer.

Et
Assange
?