Culottée

Le jour où, à la cantine, ma voisine – que je n’avais encore jamais aperçue – me demanda tout de go :
« Voudriez-vous que nous abouchions nos orifices ? »,
j’ai instantanément cessé de mastiquer.
Je ne pus donc lui répondre quoi que ce fût.

Quel culot !

La situation s’est éclairée ensuite.
La jeune femme était en stage dans l’entreprise, où l’anglais est de rigueur.
Mais, désireuse de se frotter un peu à la langue française,
elle avait demandé à son référent de lui enseigner quelques phrases un peu passe-partout.

Le farceur lui avait donc fait apprendre une formule « française » pour
« Pouvez-vous me passer le sel, s’il vous plaît ? »

Et
Assange
?