Guerres, Peurs, Etc.

https://www.tamera.org/article-where-is-the-way-out/

Traduction approchée, par deepl.com

Comment en sortir ?

J’ai longtemps hésité à publier ce texte. Il ne porte pas sur le contexte géopolitique et stratégique de la guerre actuelle en Ukraine, mais sur le thème de la guerre en général. La guerre est quelque chose de tellement fou, inhumain et mauvais qu’elle nous oblige à nous demander comment une telle folie de l’humanité a pu émerger en premier lieu et comment nous pourrions être en mesure de nous libérer de ce péché une fois pour toutes.

Il ne peut y avoir de paix dans le monde, tant qu’il y a la guerre dans l’amour.

« La situation

L’évolution a donné naissance à un « moi » réfléchi dans lequel la vie peut se voir : l’être humain. « L’homme est l’œil de l’évolution », a écrit Aldous Huxley. Que voit cet œil ? Il voit deux mondes : un monde lumineux d’amour, d’unité et de guérison, et un monde sombre de désespoir, de violence et de guerre. Les deux mondes semblent exister simultanément partout sur la Terre. Le monde sombre : les mesures contre le virus Corona, qui ont causé beaucoup plus de morts dans le monde que le virus lui-même, ou maintenant les bombardements de zones résidentielles et d’hôpitaux et, en plus de tout cela, les atrocités de la guerre actuelle en Ukraine. Nous sommes abasourdis devant une catastrophe humanitaire qui a maintenant atteint l’Europe.

Le monde obscur est le fait de l’homme, l’autre provient d’une source divine dans l’univers dont nous sommes tous issus. Dans mes livres, je l’ai appelée la « matrice sacrée ». Elle porte l’empreinte de son âme dans la nature éthique de tous les hommes et peut donc être réalisée partout. Nous faisons actuellement l’expérience d’une partie de ce monde de lumière dans l’incroyable volonté de millions de personnes d’aider les victimes de la guerre en Ukraine. Dans le monde entier, de l’Alaska à l’Australie, les couleurs bleu et jaune du drapeau ukrainien brillent. Quelque chose d’historiquement nouveau se passe ici. Peut-être sommes-nous tous à un tournant qui nous fait passer des ténèbres à la lumière ?

Les concepts de haine et de guerre qui se sont développés au cours de l’histoire sont, en général, en voie de dissolution. Ils sont de toute façon illusoires, car la personne qui est votre ami aujourd’hui peut avoir été votre ennemi dans le passé, et vice versa. Toute l’histoire des auteurs et des victimes a été historiquement orchestrée par une ère de violence religieuse, raciste et politique sans pitié. Comme les envahisseurs russes de l’Ukraine auraient aimé s’unir en amis avec leurs supposés ennemis et boire une bière ensemble ! Ils auraient préféré faire cela mille fois plutôt que de suivre l’ordre de meurtre de masse.

Il est fondamentalement erroné de fixer la guerre actuelle sur une seule personne comme Poutine, car cette guerre, comme toutes les autres, est enracinée dans les structures d’une civilisation programmée par erreur à laquelle nous appartenons encore tous. Les soldats russes et ukrainiens sont les mêmes personnes. Ils ne se sont rien fait l’un à l’autre, ils pourraient être amis et frères et sœurs. Et pourtant, ils se tirent dessus ! Nous aurons du mal à expliquer cela à nos enfants et petits-enfants. Nous pouvons difficilement le comprendre nous-mêmes. Quelque chose de monstrueux s’est produit dans l’histoire de la guerre au cours des derniers millénaires, dans laquelle les êtres humains ont été dépouillés de leur force, de leur vérité et de leur courage, les dégradant au niveau de sujets obéissants. L’obéissance est nécessaire à la survie dans les conditions cruelles des systèmes impériaux de pouvoir.

Tous les grands systèmes du monde actuel – les États-Unis, la Russie, l’Europe et la Chine – sont également impliqués dans cette guerre globale, chacun étant engagé à sa manière dans la destruction de la vie humaine, de la vie animale et de la nature.

La guerre survient lorsque la vie humaine n’est plus en accord avec les lois élémentaires de la vie et avec les forces vitales intérieures des êtres humains, avec les règles de l’amour mutuel et de toutes les créatures, ainsi qu’avec les règles du grand organisme de vie auquel nous appartenons tous. En ce sens, toute notre civilisation se trouve dans un état latent de guerre depuis des milliers d’années. En raison du fardeau hérité d’une histoire continue de guerre, les gens se sont habitués à de nombreuses choses qui violent de manière flagrante les lois de la vie. Il suffit de regarder les habitudes de consommation et la gamme de produits dans les supermarchés. Combien de nature doivent être détruites, combien de créatures, humains et animaux, doivent mourir pour que les gens puissent compenser leur manque d’amour et de bonheur par la consommation ?

La guerre naît lorsqu’un point sensible de l’être humain est blessé. Tout ce qui est extérieur vient de l’intérieur. Les conflits se déroulent à l’extérieur pour ce que nous ne pouvons pas supporter à l’intérieur. Cela est vrai partout : dans les communautés, dans les relations amoureuses et dans la politique mondiale. C’est à l’extérieur que nous combattons les figures d’ombre que nous portons en nous. C’est à l’extérieur que nous jugeons ce que nous portons en nous comme une auto-condamnation latente. C’est ainsi que l’histoire culturelle de l’humanité – notre soi-disant « tradition » – se transmet de génération en génération. Aujourd’hui, il est temps de s’éloigner de cette histoire culturelle et d’en favoriser une autre.

La paix est politiquement assimilée à des frontières étatiques sûres. Mais la guerre est enracinée dans toute la vie qui se déroule à l’intérieur de ces frontières : dans les relations entre les hommes, dans les relations entre les sexes, dans toutes les relations amoureuses ratées, dans les relations des hommes avec les animaux, la nature et tous les autres êtres vivants, dans la subordination de tous les processus vitaux aux lois de l’économie et du profit.

Pour prendre un exemple simple, considérons le sort quotidien d’une vache à qui l’on enlève son veau. Sommes-nous encore capables de ressentir la douleur de la vache et celle du veau ? Pourquoi cette cruauté humaine envers l’amour entre animaux ? Les humains pourraient-ils encore agir ainsi s’ils connaissaient eux-mêmes le véritable amour ?

Un point central de la culture de guerre réside dans le « crime relationnel » – dans de nombreux meurtres et actes de violence, le déchaînement de haine découle de la jalousie et du rejet en amour. Vous pouvez chercher où vous voulez : derrière presque tous les crimes violents, mais aussi derrière presque tous les cas de dépression et de désespoir, il y a la question du sexe, de la jalousie et de l’abandon. Voici un point qui a été consciencieusement et systématiquement ignoré dans les discussions politiques. Plus de personnes meurent d’un échec amoureux que de tout autre accident. Les véritables problèmes humains intérieurs ne figurent encore sur aucun agenda politique. Mais ce sont exactement les questions sur lesquelles presque tous les mouvements et communautés politiques ont échoué jusqu’à présent. Je parle en connaissance de cause.

Combien de souffrance les gens s’infligent-ils les uns aux autres parce qu’ils ont peur de révéler leur nature sexuelle, leurs désirs et leurs envies devant l’autre ? Nous avons tous cette peur infime de la condamnation, la peur du regard des autres, qui se manifeste immédiatement dans un conflit réel par une réaction (généralement inconsciente) d’attaque et de défense. Attaque et défense : ce sont les méthodes de guerre à l’extérieur comme à l’intérieur. Si cette peur n’existait pas, quelqu’un mentirait-il à son partenaire parce qu’il poursuit secrètement une autre relation ? Ou serait-il effrayé lorsque son partenaire manifeste de la convoitise pour un autre ?

C’est là, dans les habitudes quotidiennes de la vie, que se trouvent les jardins mentaux de la haine et de la guerre. Une petite fissure dans le cœur d’un enfant peut se transformer en une douleur permanente à l’âge adulte. Le fardeau que beaucoup d’entre nous portent tout au long de leur vie nous empêche d’être heureux en amour. Comme des millions de personnes souffrent de ce bagage intérieur, il existe une disposition à la rage et à la destruction dans le sous-sol du monde qui se manifeste par des atrocités indicibles dans le monde entier. Cela dure depuis des milliers d’années ! Pendant des millénaires, l’humanité a vécu la logique de la guerre, la logique de l’attaque et de la défense, jusque dans la manière de conduire nos relations amoureuses.

Aujourd’hui, bien que nous vivions dans une interconnexion mondiale, nous sommes incapables de nous faire confiance dans les conditions du capitalisme mondial compétitif. La logique d’un monde globalisé, qui suit les principes de l’économie, de l’exploitation et du profit, crée un concept de globalité très fragile. La vie réelle suit une logique différente. Lorsque les premiers êtres humains commenceront à suivre sérieusement cette autre logique, un concept de globalité complètement différent émergera : à savoir la réintégration de notre existence humaine dans les principes cosmiques, éthiques et écologiques de la vie universelle ; nous commencerons à partager l’unité intérieure de tous les êtres et à coopérer avec nos semblables. À ce niveau, le monde à venir s’unifiera et nous découvrirons les principes de vie dont nous avons besoin pour nous intégrer harmonieusement dans le grand tout.

Les forces de lumière du monde entier s’abattent puissamment sur la Terre. Tous ceux qui ressentent encore l’amour et la vérité en eux sont à la recherche d’un nouveau mode de vie. Plus nous découvrirons ce chemin et donnerons à cette nouvelle force de vie de l’espace en nous, plus nous serons déterminés à mettre fin à toutes les guerres. Nous sommes tous connectés à cette force centrale. Nous voyons en toute compassion la douleur indicible de la guerre, mais nous pouvons aussi voir « l’autre réalité », où nous ne sommes plus identifiés à la douleur parce que nous avons trouvé les pouvoirs dont nous avons besoin pour travailler à la guérison des êtres humains : les forces indestructibles de l’amour et de l’unité. C’est bien la découverte d’un nouvel amour et d’un bonheur supérieur qui est annoncée. Il s’agit de la découverte d’une nouvelle possibilité de vie, qui a toujours été là. C’est l' »autre réalité », que j’ai décrite précédemment comme la « matrice sacrée ». L’électricité, elle aussi, a toujours existé, mais elle n’a été découverte et utilisée qu’au XIXe siècle. Soudain, les lumières se sont allumées partout dans le monde. Lorsque les forces supérieures de la « Matrice Sacrée » seront réalisées sur Terre, les lumières spirituelles s’allumeront de la même manière dans de nombreux endroits du globe. Il y a des régions où elles se sont peut-être déjà allumées : au Rojava dans le nord de la Syrie, parmi les Zapatistes au Mexique, les Kogis en Colombie, dans certains villages de paix comme San Josécito en Colombie, et dans de nombreux autres endroits sur Terre.

Le système actuel du capitalisme mondial touche à sa fin. Beaucoup de ceux qui sont engagés aujourd’hui en tant qu’activistes et travailleurs humanitaires pour les réfugiés ne retourneront pas aux anciennes structures. Ils ont compris combien de sang et combien de mensonges sont liés au système capitaliste. Nous ne pouvons pas continuer ainsi car nous détruisons non seulement l’âme de la nature (climat, extinction des espèces, etc.), mais aussi l’âme des êtres humains, y compris la nôtre. Toutes les 40 secondes, une personne sur Terre se suicide.

De plus en plus de personnes veulent s’en sortir, retrouver et construire une vie qui a du sens. Ils veulent construire un avenir digne d’être vécu pour eux-mêmes et leurs enfants. L’ère égoïste est terminée ; nous devons coopérer.

La résolution de la crise qui est nécessaire aujourd’hui est une sortie créative et complète de l’ancien système. Cela se fera par la construction de villages de paix décentralisés, autosuffisants en ressources de base (eau, énergie, nourriture, communauté et amour). De nouvelles forces de conscience émergeront grâce à une connexion profonde de l’âme avec le sol maternel de la Terre, d’où provient toute vie – et grâce à la connexion avec les forces spirituelles de l’univers.

L’image est claire. Les anciens systèmes de violence doivent être remplacés par des centres locaux et régionaux dans lesquels les forces vitales du ciel et de la Terre peuvent être redécouvertes. Ainsi, nous créerons une ouverture intérieure pour les merveilleuses possibilités et perspectives qui sont inhérentes à nous mais qui n’ont pas pu être réalisées dans les conditions sociales actuelles. Nous sommes confrontés à une toute nouvelle étape de l’évolution. Elle nous remplira, nous et nos enfants, d’une empathie qui ouvrira de nouvelles portes sur la vie, la recherche et le bonheur. Enfin, une nouvelle connaissance se révélera, qui a toujours été latente : la connaissance de la guérison de notre existence humaine.

Aujourd’hui, de nombreuses personnes sur Terre sont déjà trop proches de l’information de cette « autre réalité » de la vie pour l’abandonner uniquement en raison de besoins et de conflits individuels. Lorsque la manifestation d’une autre vie réussit en un endroit, le charme est rompu. Bientôt, des champs de vie similaires apparaîtront dans de nombreux pays. Lentement, un champ morphogénétique émerge pour la formation du nouveau système de vie. Sur Terre, un champ de résonance entre le champ de vie terrestre et le champ de guérison cosmique (la « matrice sacrée ») a maintenant été créé dans les premiers modèles. Dans tous les endroits où les gens sont atteints par l’énergie de ce nouveau champ, des sites futurs similaires émergent. Grâce à un réseau intelligent en expansion, le champ de résonance augmentera et conduira à l’initiation de centres de vie régionaux.

Le rêve du paradis n’est pas encore arrivé à son terme mais commence à développer de nouveaux contours. Et voici mon thème, ma question, ma tâche et ma demande : Aidez-nous à reconnaître la vérité de « l’autre réalité », la vérité d’une puissance supérieure qui surmonte instantanément la maladie et la mort et donne à nos vies le tournant décisif. Aidez à manifester ce pouvoir dans vos actions, vos communautés et vos réseaux. Construisez les nouveaux systèmes de vie où ce pouvoir peut converger. Si ce pouvoir peut converger avec succès dans les premiers endroits de la Terre, il se répandra partout, car toute la Terre et toute l’humanité sont fondamentalement connectées, depuis le niveau du groupe jusqu’au sommet, à ce pouvoir.

La voie de sortie

Hier, à l’aube, j’étais assis sur des marches dans le jardin. Un sanglier s’est approché de moi et a posé sa tête sur mon bras. Nous sommes restés ainsi pendant quelques minutes, dans un amour mutuel. Je pourrais être ému aux larmes quand je vois à quel point les animaux veulent être ensemble avec les humains quand ils n’ont plus peur d’eux.

Elle existe vraiment, cette « autre réalité », le monde divin de l’amour, de la réconciliation et de la guérison, le monde de la « Matrice sacrée ». Il existe dans et au-dessus de toute chose, de toute douleur, de tout être humain. C’est l’archétype et le but du plan de la création, le but intérieur et l’entéléchie de toute vie. C’est le dais sacré qui s’étend sur toutes choses dès que nous commençons à « voir ». C’est, comme l’a dit Jésus, le « Royaume de Dieu sur terre » qui est « en vous » et attend sa réalisation.

Il s’agit d’un autre concept de vie, le concept d’une réalité supérieure qui est objectivement inscrite dans notre plan de vie, notre organisme, notre âme, notre structure cellulaire moléculaire. L' »autre concept de vie » est aussi objectif que la pomme que j’ai devant moi. C’est une réalité que nous expérimentons encore et encore lorsque notre cœur s’ouvre. Quand le sanglier pose sa tête sur mon bras, quand Silke et Robert chantent ensemble le chant de Noël « Mary’s Boy Child », quand je vois l’amour d’un petit garçon pour sa mère, quand j’ai pu rencontrer un vieil ennemi en toute amitié… Tout cela forme ensemble une nouvelle perspective sur le film holographique de la vie, l’autre image dans le kaléidoscope de notre âme : l’image de la « Matrice Sacrée ».

L’image d’un monde sain se trouve au plus profond de nos propres âmes. Il existe une volonté spirituelle où cette image ne peut plus être détruite par des contre-forces extérieures. Aujourd’hui, de nombreuses personnes qui rendent service en aidant les humains et les animaux ont appris à travailler avec cette image. Plus la pression extérieure est forte, plus cette capacité à s’élever au-dessus des peurs, des blessures ou des préférences privées devient importante et à entrer dans cette zone de la vie où la peur et la haine n’existent plus. Dans ce passage de l’ego individuel au moi global se trouve le commutateur intérieur dont nous avons besoin aujourd’hui pour rester connectés à ce nouveau pouvoir. Nous avons atteint ici une source fondamentale de bonheur, car le vrai bonheur est l’intégration dans quelque chose de plus grand. Maintenant, l’image d’une vie saine que nous portons comme une dot cosmique dans nos cellules depuis des temps immémoriaux peut se manifester.

Dans les « Trances du futur » de Sabine Lichtenfels, j’ai trouvé cette phrase magique : « Si nous sommes capables de vivre maintenant une vie où nous comprenons entièrement en nous-mêmes comment mettre fin à la guerre, cette réalité se réalisera immédiatement. » Je trouve cette phrase si exaltante et si vraie que je veux l’entendre encore et encore.

Teilhard de Chardin a parlé du « Point Dieu » à l’intérieur de l’être humain. C’est le point qui prend immédiatement le dessus dans tout organisme vivant dès qu’il est suffisamment activé. C’est aussi le point qui vous sauve la vie lorsque vous êtes dans une situation désespérée. Je parle par expérience. C’est une expérience certaine, dont la réalité est au-delà de toute opinion. C’est un point de connexion universelle, une certitude d’être, une puissance et un grand amour. Ici, un « je » supérieur coordonne nos vies. Ici, nous sommes – si l’on peut tolérer cette formulation – « avec Dieu ».

Si une première communauté d’une centaine de participants était remplie en permanence de ce « Point Dieu », une puissance émergerait qui s’étendrait bien au-delà de cette communauté. Un « monastère mondial » et un « campus mondial » émergeraient et rayonneraient mondialement. Si un mouvement politique de travailleurs pour la paix était chargé de ce point, une force émergerait qui pourrait déplacer des montagnes, car elle changerait tous les participants. C’est la puissance du monde supérieur qui surgit soudain, qui porte en elle une force suffisante pour vaincre toute résistance. Cette force veut immédiatement déferler comme une vague dès que les gens sont pleinement présents et conscients du miracle qui vient de se produire. Comme je ne trouve pas encore de mot approprié pour ce point, je l’appelle simplement « Oméga ».

Omega est le point de la « guérison miraculeuse », le point sacré qui apporte la guérison dans un organisme souffrant, et au sein de l’humanité entière. Dans un mouvement de paix moderne et conscient, il est donc important de trouver le point Oméga et de construire les premières communautés et réseaux dans son champ puissant. Il s’agira d’un nouveau type de communauté où ce point Oméga sera présent en permanence, permettant aux participants de diriger l’ensemble du système dans une direction humaine. Nous faisons référence à de telles communautés lorsque nous parlons du « Plan global de guérison des biotopes ».

Avec quelques collaborateurs, je suis engagé dans ce projet depuis 40 ans. Si cela prend autant de temps, c’est parce que les personnes concernées doivent d’abord s’habituer à une idée aussi nouvelle. Il fallait réunir ici des choses qui n’avaient jamais été servies à la même table auparavant : Eros et religion, êtres humains et animaux, cœur et science, pensée locale et globale. Cette histoire semblait aussi novatrice qu’un voyage sur Mars.

Un biotope de guérison est un ordre de vie dans lequel tous les êtres font partie d’un champ global orgonotique* qui les relie dans une coopération de guérison. De cette façon, une information globale de la vie est créée, conformément aux principes de la « Matrice Sacrée ». Nous parlons ici de l' »Alliance sacrée » de toute vie.

Nous avons eu beaucoup de travail à faire pour reconnaître et réaliser ces principes, du moins dans une certaine mesure. Les six principes directeurs suivants décrivent les conditions nécessaires à la construction de véritables villages de paix ou Biotopes de guérison.

Principes directeurs des biotopes de guérison

1. La réintégration des établissements humains dans la famille de la vie sur Terre. Cela inclut les cycles cosmiques de la nature et la connexion systémique de la vie avec tous les animaux, les plantes et les êtres invisibles qui nous entourent partout. À Tamera, nous avons développé notre propre département, « Terra Deva », à cette fin. Nous y développons une possibilité de coopération avec tous nos semblables visibles et invisibles du règne animal et végétal. Des femmes, médiums douées, y travaillent à la guérison spirituelle de la nature. En même temps, cette recherche donne naissance à une nouvelle image de l’être humain au sein de la nature que nous n’avons pratiquement jamais connue auparavant. Décrire les miracles qui se produisent dans ce travail dépasserait un seul livre. Les expériences que nous avons partagées avec les rats et les sangliers sont des témoignages concrets d’une autre réalité. Ce travail ouvre une nouvelle perspective sur notre propre existence et sur la vie en général. Petit à petit, les hommes se joignent également à nous.

2. La guérison de la sexualité, de l’amour et du partenariat. La sexualité et l’amour sont les plus beaux cadeaux que les êtres humains reçoivent de l’univers. Nous devons les utiliser avec gratitude et en toute conscience. Pour cela, nous avons besoin d’une éthique contraignante dans nos relations intimes : Des rencontres sexuelles qui n’ont lieu qu’avec un contact authentique et un consentement mutuel, s’il vous plaît ! Les mensonges et les secrets habituels dans ces domaines ne sont pas autorisés, car il ne peut y avoir de paix sur Terre tant qu’il y a une guerre dans l’amour. Par conséquent, il ne doit pas y avoir de mensonges en amour ! Pas de discussions idéologiques qui établissent une dichotomie entre la sexualité libre et la monogamie. Eros comme célébration et reconnexion avec les forces élémentaires de la vie. Pour la transparence et l’illumination de ces questions, nous avons mis en place une « école de l’amour » à Tamera.

3. L’adhésion aux règles de base de toute communauté qui fonctionne : confiance, vérité et soutien mutuel, pas de condamnation des autres, même en pensée. La confiance est une clé profonde de tout véritable renouveau. Là où il y a une véritable confiance, une puissance supérieure peut entrer et faire des miracles. L’établissement de biotopes de guérison fonctionnels exige un engagement éthique élevé de la part des participants. Par exemple, la subordination des intérêts privés à un objectif commun plus élevé. Comme le dit le I Ching : « La véritable communion entre les hommes doit être fondée sur une préoccupation universelle. Ce ne sont pas les intérêts privés de l’individu qui créent une communion durable entre les gens, mais plutôt les objectifs de l’humanité. »

4. Une nouvelle relation avec le monde animal, qui coopère de manière vivante avec l’homme dans l’organisme global de la vie. Cela vaut même pour les rats ou les soi-disant « nuisibles » du jardin. Cela demande de l’attention, de l’amitié, de l’amour et de l’aide pour toutes les créatures. Dans ce contexte, je remercie profondément Eike Braunroth, le fondateur des Jardins de la Paix.

5. Par-dessus tout, la reconnaissance des forces sacrées et curatives ; la reconnaissance d’un champ de guérison cosmique et ses révélations dans les guérisons miraculeuses, les expériences de mort imminente et les situations de salut où presque aucun salut ne semblait possible. C’est là que réside la bonne nouvelle, le véritable évangile de l’univers. Le monde est rempli de telles expériences. Nous ne pouvons plus les ignorer si nous voulons trouver une image réaliste de la guérison pour l’ensemble de notre vie humaine. Je ne parlerais pas ainsi si je n’en avais pas fait l’expérience moi-même. Si les premiers groupes réussissent à passer de l’ancien système mondial de pensée mécanique au système mondial des révélations divines, le pas décisif aura été franchi.

6. En vue des catastrophes à venir, nous devons nous organiser en vue de l’autosuffisance pour notre survie biologique, afin de devenir indépendants des systèmes à grande échelle. Avant tout, nous avons besoin d’économies de subsistance qui nous fournissent l’eau, la nourriture et l’énergie nécessaires. Lorsque ce point sera relié au précédent, des systèmes verront le jour, que nous pourrons appeler villages de paix ou biotopes de guérison. Une fois que les premiers fonctionneront, des modèles similaires émergeront dans de nombreux endroits de la Terre, car tous les êtres humains sont connectés au même ordre mondial de la « matrice sacrée ».

Ces six points forment un système d’information unifié basé sur la « Matrice Sacrée ». Il s’agit d’un système d’information planétaire car il peut être appliqué à tous les lieux et à toutes les cultures. Si l’on parvient à ce que les six points soient réellement unis dans la même direction, un champ morphogénétique apparaîtra au niveau mondial, car tous les êtres sont reliés à cet ordre. C’est là aussi que se trouve la réponse à la question de savoir comment créer un jour un monde sans guerre.

En même temps, nous réalisons le concept d’un nouveau monde qui a toujours existé comme une latence utopique et qui a été vu ou imaginé dans les temps anciens dans les mythes du paradis à venir. Par exemple, nous lisons les phrases suivantes du prophète Isaïe dans l’Ancien Testament (Isaïe 35, 1-10) :

« Le désert et la terre desséchée se réjouiront, le désert se réjouira et fleurira comme le crocus… Fortifiez les mains faibles, affermissez les genoux qui cèdent ; dites à ceux qui ont le cœur craintif : ‘Soyez forts, ne craignez pas !’… Alors les yeux des aveugles s’ouvriront et les oreilles des sourds se déboucheront. Alors le boiteux sautera comme un cerf, et la langue muette poussera des cris de joie. L’eau jaillira dans le désert et les ruisseaux dans la solitude. Le sable brûlant deviendra une mare, la terre assoiffée des sources bouillonnantes… Et il y aura une route, on l’appellera le Chemin de la Sainteté… Une joie éternelle couronnera leur tête. L’allégresse et la joie les envahiront, et la tristesse et les soupirs s’enfuiront. »

Cette prédiction d’Isaïe est bien plus qu’un conte de fées ou qu’une simple chimère, car elle décrit une possibilité réelle qui est prévue dans l’univers pour notre vie sur Terre.

Il y a un autre être humain derrière l’être humain que nous connaissons. Il y a une autre réalité derrière notre soi-disant réalité. Il y a un noyau commun derrière toutes les différences, et il y a un désir réprimé d’amour et de foyer derrière toute la cruauté. Il existe un monde où personne ne pense à en tuer un autre, où les idéologies et les guerres cessent, où les soldats posent leurs armes et où aucune puissance au monde ne pense à construire et à larguer des bombes. Cette « autre réalité » existe, et il y a beaucoup de gens qui le savent, mais qui ne savent pas encore comment la manifester. La réponse viendra lorsque nous aurons vu et compris le fait de cet autre ordre mondial – et lorsque les premiers groupes engagés commenceront à construire des modèles de vie correspondants. Ce n’est qu’alors que naîtra la force d’un contre-mouvement qui sera plus fort que toute violence.

Lorsque les gens sont fermement unis dans ce sens, une force se forme en eux qui leur permet d’agir sans crainte et de ne plus se subordonner aux fausses règles de la société. Le grand mot « transformation » porte ici un impératif révolutionnaire auquel on ne peut plus échapper.

Lorsqu’un groupe de personnes est formé et qu’il est lié à ces objectifs, les vieux problèmes de conflits amoureux, de pouvoir et de validité personnelle disparaissent d’eux-mêmes. Une force émerge qui a un effet bien au-delà de ce groupe : La puissance du terrain. Ceux qui ont l’intention de faire de grandes choses ne sont plus freinés par les échecs, les erreurs ou les contrariétés à court terme. Même les meilleures personnes portent encore des vestiges traumatisants du passé historique dans le sous-sol de leur âme et sont irritées – parfois exactement lorsqu’elles agissent selon leurs meilleures intentions – par l’invasion d’en bas. De telles choses peuvent facilement être résolues par une compréhension humoristique si le groupe est uni de manière solidaire par leur objectif commun et leur volonté sans équivoque. Après tout, les conflits de groupe éternellement connus ne surviennent que lorsqu’un groupe n’a pas d’objectif commun.

Ce sont là des possibilités tout à fait réalistes pour notre propre transformation. Ce que nous voulons vraiment, nous pouvons le réaliser. Si nous ne pouvions pas le faire, nous ne pourrions pas le vouloir. Notre organisme possède un potentiel physique et psychologique illimité. Lorsqu’un acrobate fait du vélo en avant et en arrière sur une corde raide, il montre ce dont un être humain est physiquement capable lorsqu’il se concentre pleinement sur sa tâche. Quelque chose de semblable ne devrait-il pas être possible dans le domaine spirituel de nos âmes ? Ne disposons-nous pas également d’un capteur très fin qui nous permet de distinguer le bien du mal ? Lorsque nous concentrons entièrement notre attention et notre volonté sur un objectif commun, l’opérateur intérieur active alors tous les capteurs nécessaires pour l’atteindre. Reinhold Messner n’aurait pu réaliser ses exploits sensationnels d’alpiniste d’une autre manière. Maintenant que nous sommes confrontés à une crise mondiale urgente, le monde entier attend les premiers groupes qui sont déterminés à utiliser cette force intérieure pour la guérison de l’humanité et de la Terre. Nous ne serons pas en mesure de mettre fin immédiatement à la guerre en cours en Ukraine, mais nous pouvons initier un champ morphogénétique qui rendra les guerres impossibles à l’avenir. Nous nous dirigerons alors vers une époque pas si lointaine où nous pourrons enfin dire « LA GUERRE EST FINIE ».

Lorsque la vision de Healing Biotopes m’est apparue avec une telle force (dans le village d’Egglham en Allemagne, en 1976), j’ai senti que le moment était venu. Cependant, j’étais encore loin de me douter du nombre d’années ou de décennies qu’il faudrait pour qu’il se manifeste parmi les personnes réelles sur la Terre réelle. Mais depuis lors, il n’y a eu aucun doute sur l’existence réelle du Plan de Biotopes de Guérison en tant que plan et concept dans l’univers que nous pouvons clairement voir et manifester sur la Terre aujourd’hui.

Au nom de l’amour pour toutes les créatures. »

Dr. Dieter Duhm, Mars 2022
https://www.tamera.org/article-where-is-the-way-out/

Ah, bon ?

Et
Assange
?