Incroyable

Sûr que si je m’étais préparé au Brevet dans ces années-là,
j’aurais été moins inculte en Histoire !
Et, surtout, plus apte à réfléchir, seul et avec d’autres !!!

Exemples de sujets de DEVOIRS ou EXPOSES ORAUX

– Quelles transformations territoriales et politiques ont fait subir à la Prusse et à l’Allemagne les traités de 1815, 1866, 1871, 1919 ?

– Montrez les progrès des idées démocratiques en France au XIXème siècle.

– Comment la puissance britannique est-elle liée à la domination de l’Inde, et quels sont les efforts faits par l’Angleterre pour maintenir cette domination ?

– Causes, caractères et conséquences de la guerre de Crimée.

– Montrez d’une façon précise quel a été le rôle de Napoléon III dans la formation de l’unité italienne et de l’unité allemande, et quelles furent les conséquences pour la France de ces deux événements capitaux du XIXème siècle.

Préface du livre par Jules Isaac, Inspecteur général de l’Instruction publique :
« Peut-être s’étonnera-t-on que les sujets de DEVOIRS soient dits également sujets d’EXPOSES ORAUX.
Mais l’expérience m’a appris qu’il y a place, à côté de l’interrogation rapide portant sur tel ou tel paragraphe de la leçon ou de l’exposé préparé spécialement par un élève, pour une autre forme d’interrogation ou d’exposé, peut-être la plus profitable, parce que toute la classe y participe.
Le sujet donné – qui ne correspond pas nécessairement à un paragraphe du livre – ne comporte pas de préparation spéciale, mais il exige quatre ou cinq minutes de réflexion, le temps de rassembler et d’ordonner sous forme de plan écrit, les connaissances éparses.
Une fois ce travail fait par tous les élèves, l’un d’eux est chargé de l’exposé, les autres ayant pour tâche de compléter ou de rectifier, le professeur n’intervenant que comme arbitre, pour diriger la discussion et la terminer, si besoin est, par un corrigé.
Certes beaucoup de professeurs ont déjà pratique et pratiquent cette méthode d’interrogation : elle est des plus efficaces, parce qu’elle stimule l’activité collective. »

A. Malet & J. Isaac : Histoire Contemporaine
Enseignement Primaire Supérieur – 3ème année

Hachette – 1937

Note : La 3ème année d’EPS préparait au Brevet

Lisant ça,
je suis allé d’étonnement
en incrédulité,
et même au-delà
car…

…je lis, dans Les années, d’Annie Ernaux, où il est question de l’école du même pays :

« Publique, privée, l’école se ressemblait, lieu de transmission d’un savoir immuable dans le silence, l’ordre et le respect des hiérarchies, la soumission absolue : porter une blouse, se mettre en rang à la cloche, se lever à l’entrée de la directrice mais non d’une surveillante, se munir de cahiers, plumes et crayons réglementaires, ne pas répondre aux observations, ne pas mettre en hiver un pantalon sans une jupe par-dessus. Le droit de poser des questions n’appartenait qu’aux professeurs. Si l’on ne comprenait pas un mot ou une explication, c’était notre faute. On était fiers comme d’un privilège d’être contraints à des règles strictes et à l’enfermement. »

Et
Assange
?