Je suis Charlot…

…et donc solidaire au nom du « droit à blasphémer », dès avant le bûcher, avec les auteurs de « Crucifuit », dont la première page s’orne, numéro après numéro, d’un crucifix enrichi d’un vase de croix où viennent se loger les excréments d’un crucifié, et sur l’existence desquels je ne parie pas cher.

Et
Assange
?