Le passe, vu du droit

« Le passe sanitaire (…) est un moyen extrajudiciaire de désactiver socialement les gens, de les débrancher, en quelque sorte.
Et ce ne sont plus les juges, mais la population elle-même — les cafetiers, les bibliothécaires, les gardiens de musée ou les employés des hôpitaux — qui applique la sanction.
Cela indique que le gouvernement est passé dans une logique de répression massive : comme il ne peut pas mettre un juge derrière chaque citoyen, il se repose sur la population et sur des moyens automatisés pour le faire. (…)
La seule comparaison possible est celle du crédit social en Chine, une forme de rééducation à la carotte et au bâton : je t’interdis de prendre le train, d’accéder à tel emploi, d’aller au cinéma… »
Guillaume Zambrano à Reporterre.
Voir aussi Aldous Huxley.

Zambrano – qui rappelle que les droits de l’Homme sont au-dessus des lois – invite à multiplier les requêtes auprès de la Cour européenne des droits de l’homme. « En 2020, la CEDH a reçu un total de 40 000 requêtes de toutes natures. C’est ce chiffre qu’il faut dépasser. Nous sommes déjà à plus de 20 000. Toute personne de plus de 12 ans peut attaquer gratuitement et sans risques la loi sur le passe sanitaire. »

Et
Assange
?