Violences Femmes

Au Guatémala, le code pénal contient des dispositions qui n’auraient, ailleurs, aucune légalité :
si une plainte est déposée contre un individu pour violences contre une femme, le juge DOIT le condamner à la prison ; il lui est même interdit par la loi de s’appuyer sur tel ou tel autre article du code pénal pour se dispenser d’appliquer cet article.

Raúl, un prisonnier guatémaltèque de 60 ans, que j’ai rencontré à plusieurs reprises à Quetzaltenango – il me faudrait décrire* cette prison, où la plupart des incarcérés circulent dans et hors les bâtiments, et où il existe même un marché -, dit en être victime.
Selon lui, ce sont ses propos contre le lobby de la juteuse aide humanitaire** qui ont motivé l’acharnement judiciaire.
Résultat : 64 ans de prison (soit, me dit-il, selon le calcul du juge : 8 attouchements à 8 ans l’un).

J’ai voulu attirer l’attention sur ce dispositif légal.
Sur place, un apprenti juriste m’a signifié que, venant d’un autre pays, je ne pouvais pas comprendre la spécificité de la situation locale…
Ni les organisations internationales contactées, ni la Commission européenne (grand fournisseur d’aide humanitaire à ce pays) n’ont réagi à mon information.
Des féministes européennes m’ont déclaré que ce sujet est …trop délicat pour elles : comment critiquer une loi protégeant les femmes ?

Pourtant, cette loi sert tellement à régler des comptes de tous types (par exemple pour éliminer un opposant, qu’il soit amoureux ou politique) que trois femmes députées guatémaltèques ont cherché à la modifier afin d’en limiter les excès.
Peine perdue, leur proposition de loi n’a pas été inscrite à l’ordre du jour de l’Assemblée, pourtant composée majoritairement d’hommes…

Fort heureusement, aucun autre texte à ce sujet en Amérique latine ne contient pareille disposition.

Pour plus d’infos à ce sujet,
m’écrire en activant la clochette en haut à gauche de cet écran.

* J’ai interrogé le directeur de l’école pour adultes située dans cette prison :
– Il y a, ici, des hommes condamnés pour meurtre ; or, au marché, le boucher est bien pourvu en coutelas : ne craignez-vous pas pour votre vie ?
– Vous savez, je me sens plus en sécurité ici que dans les rues de la ville.
Précision : dans ce pays, plus de neuf assassinats sur dix ne sont pas élucidés, ai-je lu…

** Argumentation de Raúl :
si tu élimines les causes de l’aide, tu coupes le tuyau qui alimente tes revenus, et donc…

Licence Creative Commons Mis à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution 4.0 International.

La Docte

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Les auteurs

Rechercher
Fermer ce champ de recherche.

Et
Assange
?