Agents de l’étranger

Dans de multiples pays – la Russie de Poutine en fournit un méchant exemple ces temps-ci -, les opposants sont qualifiés d’agents de l’étranger.
Variant : en ce moment, au Guatemala, il est recouru à l’expression « con tintes ideológicos » (à connotation idéologique).

Ce type de qualificatifs, dont l’immense avantage est de n’exiger aucune preuve, est supposé efficace dans l’opinion publique.

Quelle agence de comm’ gouvernementale découvrira ici le mot qui tue pour désigner bientôt les « ennemis de la patrie », et justifier ce genre de Taïaut ! Sus ! Haro ! ?

Et
Assange
?