Le plus sûr piège

Je suis frappé par l’extrême sollicitude du gouvernement français pour ceux qui ont du mal à se payer un logement à eux ! S’accumulent à leur intention le plan épargne logement, l’aide personnelle au logement, le prêt à taux zéro, le ‘pass foncier’ et le crédit d’impôt sur les intérêts immobiliers. Avant l’austérité, il était même question du versement d’une somme forfaitaire, comme lors de la naissance d’un enfant.

Le rêve de posséder un logement n’est-il pas le plus sûr piège pour devoir demeurer au travail vingt-cinq ans ou plus ? Au Japon, s’endetter sur deux générations n’est, paraît-il, pas rare.

Rien que la viabilisation d’un terrain à bâtir ne descend jamais, me suis-je laissé dire, en-dessous de vingt-deux mille euros. Reste ensuite à financer la maison proprement dite. Et si l’on choisit l’habitat passif, l’embrigadement est encore renforcé…

Avoir le choix entre alimenter à ce point les rentiers du foncier et le business du bâtiment – cas où l’on accède à la propriété – et alimenter à ce point les rentiers de l’immobilier – cas où l’on choisit de louer à vie – ça ne devrait pas durer !

Et
Assange
?