Où écrire ?

Il présente un énorme avantage sur les bistrots où je dois me brancher trop souvent, ce restau à touristes – encore des voyageurs, donc – auquel j’emprunte pour quelques jours une prise de courant : il comporte un préau ouvert où ne se déroule en général aucune activité, une prise – je me répète pour m’en délecter – une table, des chaises, et – cerise sur le gâteau ! – ambiance non musicalisée. Ce n’est pas encore une halte habituelle, mais l’on m’y reconnaît déjà en tant que ‘l’écrivain’. Pas d’obligation de m’y restaurer. Merci J. ! Pour autant, ayant éprouvé la qualité de ses ‘fruits de mer’, je ne m’en priverai pas complètement.

Et
Assange
?