Policiers-journalistes ?

L’on sait que le journalisme d’actualité s’alimente aux agences de presse.
Parfois même en reprenant les articles de ces agences sans y changer grand chose
Ça saute aux yeux quand on lit exactement le même article dans deux journaux différents (sans toujours la mention de l’origine, d’ailleurs)…
Guère de risque, ainsi, de s’écarter de la doxa.

Mais quand le discours de la police est très visiblement repris tel quel, ça surprend un peu, faut dire…
Un « journaliste » de La Libre Belgique vient de succomber à cette méthode.

Après un début d’article, lui-même manifestement copié tel quel d’un rapport de police, on lisait dans l’après-midi du 5 décembre 2021
« Vers 15 heures 15, un groupe a délibérément cherché la confrontation avec la police au barrage installé sur l’avenue d’Auderghem.
Des projectiles ont été lancés et nos services sont intervenus. L’arroseuse a été utilisé. » (sic)

« Nos services » ? Les services de La Libre Belgique ??? Ah ! bon ?

Quelqu’un a dû réveiller cet Arnaud Farr de sa torpeur dominico-vespérale, car l’article initial s’est vu largement révisé en fin d’après-midi.
Histoire de donner le change, au lieu de « 8 000 personnes ont participé à la manifestation » (première version), on y lit désormais « 8 000 personnes (selon la police) »,
D’autres modifications sont intervenues, qui cherchent manifestement à effacer les traces du forfait.
Le fameux « nos services » a, par exemple, été replacé dans la bouche de son auteur :
« Vers 15h15, un groupe a délibérément cherché la confrontation avec la police au barrage installé sur l’avenue d’Auderghem. Des projectiles ont été lancés et nos services sont intervenus. L’arroseuse a été utilisé. Du gaz lacrymogène a également été utilisé,
explique Ilse Van de Keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles Capitale Ixelles. »

Sincères félicitations au somnolent de ce média pour avoir exhibé si ouvertement l’origine, habituellement cachée, de son copié-collé…

*
Deux semaines plus tôt, il paraît qu’un autre quotidien belge s’était permis d’annoncer, avec deux heures d’avance sur l’événement, et dans le détail, l’action de la police …comme si elle avait déjà eu lieu.
Ce qui a permis de confirmer que les « débordements » des manifestants en question étaient programmés par la police elle-même.
Merci donc à Het Laatste Nieuws, qui contribue de la sorte (si ce qu’on m’a rapporté est vrai) à lever le voile, lui aussi, sur certains de ses copiés-collés…

*
A « policiers-provocateurs », faut-il désormais ajouter « policiers-journalistes » ?

Et
Assange
?