Saleté de microbes !

Les deux premiers médias cités ci-dessous sont-ils conscients de la désinformation qu’ils opèrent allègrement pour complaire aux marchands ?

Un traitement antiviral sur verres optiques
Créateur du premier verre antireflet, ZEISS innove encore avec ZEISS DuraVision® AntiVirus Platinum UV, les premiers verres permettant de détruire 99,9 % des virus et des bactéries. Leur secret : l’argent, un métal connu pour ses vertus curatives depuis plus de deux mille ans.

Le tunnel de désinfection, équipement courant en Asie, fait son entrée sur le marché breton
En cinq secondes, il vous désinfectera de la tête aux pieds, en passant par le manteau, le pantalon, chaussures et sac à main. Délestés de tous virus, germes et bactéries de façade, les visiteurs d’un supermarché, d’un Ehpad ou des scolaires feront leur entrée.

Il faut se rendre au Mahgreb pour constater une mesure de bon sens :

Les tunnels de désinfection interdits
Tous les passages de désinfection des personnes mis en place à l’entrée des établissements, des espaces publics ou des commerces ou dans tout autre lieu doivent être retirés, et toute violation de cette décision entraînera une poursuite en justice.

L’utilisation des tunnels désinfectants interdite par le ministère de la Santé
Suite aux recommandations du conseil scientifique de suivi de l’évolution de la pandémie Covid-19, le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière interdit désormais l’utilisation des tunnels de désinfection mis en place à l’entrée des entreprises, centres hospitaliers et certains espaces publics (grandes surfaces).
El Watan
L’Oms signale d’ailleurs : «Il n’est en aucun cas recommandé de pulvériser des désinfectants sur des personnes (dans un tunnel, un réduit ou une chambre, par exemple). Cela pourrait être physiquement et psychologiquement dangereux et n’empêcherait nullement une personne infectée de propager le virus via des gouttelettes ou par contact.

– Einstein n’aurait, paraît-il, jamais prononcé sa célèbre phrase « Le jour où l’abeille aura disparu… ».
Mais il aurait certes pu prononcer : « Le jour où les microbes auront disparu… »
– Eh bien, quoi, ce jour-là ?
– Eh bien, ce jour-là, tout simplement, aucun humain ne serait au courant, puisqu’il n’y aurait plus d’humain depuis belle lurette.

Mais, bon, on peut faire confiance aux bactéries, virus et compagnie pour se perpétuer, avec ou sans humains…

Et
Assange
?