Se mouvoir sous le soleil

J., est un ami nomade, saltimbanque comme je ne le suis vraiment pas, mais nous sommes mus l’un comme l’autre par ce que Harry Martinson appelle ‘le désir instinctif de se mouvoir sous le soleil, ce besoin que les hommes ont mis en pénitence.’ Il installe parfois ici ou là une guitoune au fronton de laquelle s’étale largement le mot CAISSE. ’Je ne vend rigoureusement rien‘, m’a-t-il dit, ’mais ça marche.’

Là non plus, je n’ai pas bien compris !!!

Et
Assange
?