Toujours pas vacciné ?

le 8 mai 2021

Cher Max, (ou peut-être ne devrais-je plus dire que : Max)

Je suis encore tout pantois après notre échange d’hier au téléphone. Tu m’inquiètes, en vérité.
Je t’ai jusqu’ici considéré assez intelligent pour ne pas te laisser posséder par tel ou tel mouvement d’opinion d’arrière-garde. Certes, tu ne m’as pas sorti l’antique rengaine sur « tous les vaccins sont nocifs », car tu as sans doute lu comme moi que le système immunitaire des jeunes enfants peut théoriquement répondre à 10 000 vaccins à la fois. Ni celle sur les nanoparticules et les puces électroniques injectées par une seringue – ce que répètent en boucle ces effrayés par nature, et fascinés par Bill Gates, que sont les complotistes.
Tu n’as pourtant pas répondu à ma question « Que reproches-tu exactement au vaccin contre le Covid ? », prétextant que la réponse ne peut tenir en quelques mots. Je te connais, hélas : tu essaies de noyer le poisson, comme toujours quand tu te trouves en difficulté.
J’ai tout de même bien noté que tu te poses en défenseur de l’intérêt public. Et mon incompréhension n’en est que plus complète. Car, enfin, c’est justement en refusant le vaccin qu’on se moque de l’intérêt public, non ?
Oh ! je crois connaître quelques-unes de tes soi-disant raisons. Elles circulent impunément sur internet.
Par exemple : qu’un vaccin ne serait pas assez efficace pour créer l’immunité de groupe. Eh bien, sache qu’il y a de plus en plus de preuves que si ! Selon une étude menée par le CHU de Toulouse, cette immunité de groupe peut bel et bien être obtenue via l’immunité vaccinale, « qui semble être supérieure à celle via l’immunité naturelle » est-il même écrit. Le vaccin bloque donc bel et bien la contagion.
Ou que les vaccins à ARNm ne peuvent pas induire la création d’anticorps. Eh bien, une étude israélienne a prouvé que les patients vaccinés développent jusqu’à 20 fois plus d’anticorps que ceux qui se sont rétablis de la maladie.
Tu as aussi ricané à propos des passeports sanitaires, les traitant d’obstacles à la liberté. Toujours aussi inconséquent !Au contraire, ils seront LA condition pour nous libérer de nos entraves. Et, rassure-toi, ils seront facultatifs, c’est évident.
Il y a une chose que tu ne sembles pas voir, qui est pourtant d’intérêt public : quand la majorité se fait vacciner, chacun de ses membres protège par la même occasion ceux à qui leur état de santé interdit la vaccination. As-tu réellement pensé à ça – ne serait-ce qu’à ça ! – toi qui évoques tant la solidarité, ou ce que tu as appelé « la responsabilité individuelle, condition de sauvegarde de l’intérêt public » (que bafoueraient allègrement les gouvernants, selon toi) ?
Je ne suis plus très sûr de demeurer ton ami, et je le regrette très sincèrement.

Séb

PS – Je t’assure, Max, se faire vacciner ou non, ça ne se discute même pas !
___________________________

Le 10 mai 2021

Cher vieux Séb, toujours égal à lui-même,
Figure-toi que, moi aussi, je te considère intelligent.
Un peu moins, toutefois – désolé de te le dire -, dans certains domaines de la réflexion : rappelle-toi les notes minables que tu récoltais aux devoirs de philo, comme en histoire !
Tu me demandes donc pourquoi je refuse ces vaccins qui sont à injecter, dans l’idéal, à 6 milliards d’organismes humains, désormais qualifiés de « cibles vaccinales ». Et ce, oui, par souci de l’intérêt public, comme tu as bien voulu le mentionner dans ta lettre.
De ce que je vais t’écrire, tu pourras penser, une fois de plus, que je ne cherche qu’à noyer le poisson. Peu m’importe : si, un jour de vraie guerre, on me fusille pour atteinte à l’intérêt public – que l’on nommera « atteinte à l’ordre public » -, toi au moins tu sauras pourquoi et pour quoi je serai mort.
Une remarque, pour commencer.
Fin 2019, si quelqu’un était venu t’annoncer – à toi qui, je sais, as pourtant vu le film « Contagion » – si quelqu’un était venu t’annoncer que seraient en vigueur, des mois durant, les « mesures » antiCovid auxquelles nous avons accepté d’obéir, pression après pression, ne serais-tu pas parti de ton célèbre grand éclat de rire pour te moquer définitivement de ton interlocuteur – comme tu l’as fait à mon égard, au téléphone ?
Je veux juste te faire remarquer que, tant moi que toi, nous sommes des êtres influençables. Des quantités de manuels existent pour apprendre « comment persuader son public ? ». Et ils ont prouvé leur efficacité ces derniers temps, crois-moi !

Mais, élargissons le propos.
Oui ou non, la vie est-elle désormais en grave péril sur cette planète ? Ce biocide au quotidien n’est-il pas le résultat d’une pure folie …à laquelle presque toute l’humanité a applaudi, année après année, dès lors qu’il apportait, ou allait apporter un jour, tant et tant de bénéfices ?
Et les nouveaux sauts de virus d’une espèce animale à une autre ne sont-ils pas le résultat de cette folie ?
Si nous estimons que, dès maintenant, les risques engendrés par cette inconscience doivent prendre fin de toute urgence, comment procéder ?
Trier ses déchets ? Signer des pétitions contre les cultures de palmiers à huile en Amazonie ? Manger bio ? Rouler à l’éthanol ? Investir dans des panneaux solaires ? Éduquer les enfants ?
La liste est longue de ce qu’il nous est proposé, et qui est supposé nous satisfaire au moins autant que nous nous sommes satisfaits des dommages causés en notre nom. Oui, les idées « pour la planète » s’enchaînent indéfiniment. Cela ne remplit-il pas les colonnes des médias bien-pensants ?
Or, question : est-ce vraiment à la hauteur des enjeux ?
Ces solutions-sur-étagères, et qui ne nous coûtent, au fond, pas grand-chose – et dont, en plus, nous nous gargarisons quand nous en mettons en œuvre une infime partie – eh bien, ces idées-magiques-sur-étagères, ne sont pas à la hauteur.
J’attire ton attention sur ceci : des « solutions », l’on nous en servira toujours à satiété. Même quand il sagit de diminuer notre immunité naturelle par un excès de précautions, comme cela se passe depuis des mois.

Puisque nous savons très exactement quelles puissances détiennent les mille moyens de nous persuader à leur guise, une bonne prophylaxie consiste à nous en méfier a priori, et ce, pour chacune des « mesures » annoncées.
Entre autres, des vaccins d’urgence, vus comme LA solution à la gigantesque crise sanitaire que nous expérimentons. Car ils ne vont pas éradiquer la maladie : s’agissant d’un virus non « humain », ils n’ont absolument pas ce pouvoir. Ni même, figure-toi, assurer une parfaite protection aux vaccinés, comme tu le sais sans doute : attends-toi, même vacciné, à être placé en quarantaine cher-payante au retour d’un séjour dans un pays qu’un décret aura déclaré dangereux !.
Par contre, puisque notre croyance nous fait tellement aspirer au miracle, ils arrivent fort à point pour étouffer le signal d’alarme que nous distinguons néanmoins dans ce vacarme.
Aussi mes questions vont-elles te paraître hors de propos ; ce sera là, c’est sûr, notre point central de désaccord :
En quoi un vaccin, peu importe lequel et contre quel microbe, va-t-il mettre ne serait-ce qu’un léger frein au biocide monumental en cours ?
N’agit-il pas délibérément en sens contraire ?
Ici, encore, tu vas lever les bras au ciel…
Mais écoute-moi donc un peu.
C’est de l’intérêt public que je parle, et de rien d’autre. En tout cas, pas de savoir si les vaccins présentent une « balance bénéfices/risques » positive, ou de ces questions-pièges qui nous sont présentées à longueur de médias comme celles que nous devrions, soi-disant, nous poser.
Tu protesteras, c’est certain, si j’affirme que ces vaccins d’urgence, nous coûtant des milliards d’euros mais fournis « gratuitement », sont une immense contribution à la folie que je viens d’évoquer plus haut. Parce qu’ils résultent des mêmes processus que ceux qui ont mis l’humanité en péril, jour après jour : ils puent le fric au nom duquel des humains prétendent tout régenter de ce qui les entoure.

Qu’est-ce, en réalité, que cette vaccination ? Et je ne parle pas ici d’ARNm ou non, ou de ce qu’il y a exactement dans la seringue. Non, je te demande ce qu’est cet extraordinaire mix « Vaccins + Pressions inouïes pour que nous les adoptions + Besoin de croire qu’ils sont LA solution à tout ce qui dérange notre train-train depuis plus d’un an ».
Je t’interroge sur cette plus grande opération de manipulation d’opinion à laquelle chacun est pressé de faire allégeance. Tu remarqueras que – vingt-et-unième siècle oblige – la propagande ne vient pas de chefs d’orchestre idéologues et moustachus, mais est-ce si différent ?
Et même physiquement allégeance : par une piqûre.
D’une manière infiniment plus engageante, donc, que le vote banal qui nous est quémandé en temps ordinaire.
En nous faisant piquer, les puissances constitutives de l’ultra-capitalisme veulent s’assurer qu’elles tiennent toujours plus fermement notre monde entre leurs mains.
Et nous voici poussés, comme jamais encore, à nous mettre en rangs pour aller baiser les pieds du maître.
Vite ! Schnell ! avant que la situation ne régresse en simple endémie ou épidémie.

Et toi, Séb, qui peste de n’avoir toujours pas pu te faire vacciner, es-tu prêt à recevoir trois injections par semestre contre l’envoûtant virus en vogue, puis contre combien d’autres futurs microbes en émergence ? La maladie de Lyme, et tant d’autres… Car nous n’en sommes qu’au début des profits par ARNm interposé.
Es-tu disposé, de gaîté de cœur, à fournir des papiers impeccablement à jour, pour pouvoir mener la moindre action banale qui les exigera un jour, mais plus le lendemain ?
Car l’administration des gens sera plus forte que la médecine, crois-moi : la machine à dépister, contrôler et enrégimenter en masse se nourrit de sa propre dynamique ; une fois si bien lancée, nous pouvons lui faire une absolue confiance pour s’alimenter à souhait.
Que les vaccins d’urgence soient efficaces ou non, ils ont toutes chances de devenir quasi-obligatoires, ne serait-ce que pour cette raison : ils constituent essentiellement le moyen idéal pour nous contrôler.

À grand renfort de trompettes, nous sommes entrés dans une ère nouvelle, où les plus graves de nos graves problèmes seront aggravés : pas seulement ceux de « la planète », mais aussi ceux affectant notre libre-arbitre, et jusqu’à la possibilité de débattre. Pour ne pas déprimer totalement, il nous restera le droit d’applaudir ce Là-Haut miséricordieux, chaque fois qu’il nous concédera la « liberté » de retourner au bistrot.
N’estimes-tu pas que le principe de précaution trouverait à s’appliquer ?

Mais, alors : quelle alternative, me demanderas-tu ?
Eh bien, changer. Et pas seulement de logiciel : changer de système d’exploitation.

Voici – voie A – comment cette pandémie aurait pu être traversée à moindre coût, puisque changer de système n’était pas à l’ordre du jour.
La Suède avait initialement esquissé les contours d’une direction à suivre : laisser-faire. On le fait si tranquillement pour le réchauffement climatique, la pollution de l’air et tellement d’autres maux !
Il eût fallu protéger les individus à plus haut risque, et ça, en Suède, ça a, hélas, vraiment laissé à désirer : d’où l’indiscutablement piètre résultat de ce pays quant à la mortalité par million d’habitants.
Eh bien, malgré cela, figure-toi que, dans le match « mortalité » entre Suède et Belgique, celle-ci, archi-réglementeuse face au Covid, mène par presque deux à un : pour 1 million d’habitants, au 3 mai 2021, l’on compte 2150 morts en Belgique, et 1390 en Suède. Ce rapprochement n’est-il pas vraiment troublant ?
Oui, je persiste à dire que le quasi-laisser-faire face au virus aurait été préférable à la désolante gesticulation que nous avons connue : une voie raisonnable qui, non seulement eût évité de sur-fragiliser le corps social pour très-très-très longtemps, mais aurait aussi maintenu nos systèmes immunitaires en aussi bon état que possible, …et surtout assumé notre véritable état : nous sommes des vivants conscients, donc exposés au spectre de notre inéluctable disparition individuelle…
Une voie A difficile à assumer ? C’est vrai, il peut y avoir un énorme prix humain à cette option.
Tout comme à la production et la vente d’armes, d’ailleurs, dont l’efficacité létale est la condition-même du succès.
Alors : tuer des gens ou les laisser mourir, est-ce vraiment si différent ? Au fond, oui, car dans l’un des cas « ça rapporte ».

La voie B eût été (et serait, à l’avenir) : considérer la pandémie comme un constat de magistral échec humain, et donc prendre en compte ses multiples causes, au lieu de s’ingénier à chèrement plâtrer et replâtrer une jambe de bois.

Mais nous ne connaissons en ce moment ni l’une ni l’autre de ces voies.
Et rien ne laisse espérer que les opérations d’aujourd’hui soient « la der des der », car le business-à-court-terme prime sur absolument tout.

Tu me rétorqueras sans doute, à ce stade : « Se faire vacciner n’est tout de même pas une contribution personnelle au désastre, merde ! »
Je te laisse y réfléchir.

Avant de clore cette lettre, je t’explique pour quelles raisons – d’intérêt privé, cette fois – je ne m’empresse pas d’aller me faire vacciner.
Primo, aucun de ces vaccins n’a encore obtenu d’autorisation définitive. Ce qui veut dire que les vaccinés sont en observation. Et pas pour une semaine ou deux, non : pour trois ans ! Ceci signifie que les maux de tête ou démangeaisons ressentis, et même les caillots mortels, ne sont peut-être rien au regard des effets négatifs à long terme, forcément inconnus actuellement. Comment peux-tu savoir, toi, à ce stade, ce qu’il en est ?
En tout cas si, un jour, je me fais vacciner, ce ne sera qu’après une autorisation définitive, et pour un vaccin que j’aurai choisi, pas n’importe lequel ! Et répondant à un ordre impératif.
Tu sais, comme moi, que les vaccins à ARNm n’ont encore jamais été expérimentés sur l’humain ! Le fait que les premières expérimentations se fassent à une si gigantesque échelle n’est-il pas, en soi, totalement aberrant, et surtout inquiétant ?
Car, dis-moi : accepterais-tu d’embarquer pour 5 000 kilomètres dans un tout nouveau modèle d’avion élaboré à la va-vite, et qui n’aurait encore effectué que 50 kilomètres de vol ? Oui, vraiment ?

Deux – Crois-tu naïvement que tous ces vaccins, existants ou à venir, peuvent te protéger de ce coronavirus avec certitude ? Santé Publique France n’a-t-il pas écrit, à propos d’un des variants se propageant en France, que « Plusieurs échecs vaccinaux et un cas de réinfection ont été recensés parmi les cas confirmés » ?
Et n’es-tu pas au courant des tribulations du Chili, pays pourtant leader pour la vaccination ? Selon l’Université du Chili : « 14 jours après la deuxième dose, le vaccin contre le SRAS-CoV2 présente une efficacité de 56,5 % dans la prévention de l’infection. (…) Une seule application du vaccin ne confère qu’une protection de 3 % contre l’infection. »
Je ne pense pas t’apprendre que le pass sanitaire européen, lui, ne table que sur une immunité de 6 mois maximum.
En réalité, personne ne connaît la durée d’une immunité créée par tel ou tel vaccin anti-Covid. « Pour l’instant, on a une certitude d’au moins trois mois d’efficacité », expliquait le Professeur Deplanque alors que la grande machinerie propagandiste se mettait en action ! Il allait jusqu’à ajouter, sans rire, que « le groupe qui a reçu le vaccin est toujours bien mieux protégé que le groupe qui a reçu le placebo » ! La science nous laisse parfois perplexe, non

Trois – D’après ce qu’on sait, toi par exemple, tu n’as qu’une chance sur dix mille de mourir du Covid. Estimes-tu que les Etats ont le droit de forcer tout le monde à se faire vacciner à tour de bras contre n’importe quel microbe à venir qui soit si faiblement dangereux ? Es-tu donc vraiment prêt à subir indéfiniment un matraquage comme celui que nous subissons en ce moment ? Or, à supposer que la majorité accepte, comme toi, la présente injonction, sache que c’est ce qui nous attend. Et toute notre attention sera encore concentrée là-dessus, tout comme maintenant. Petit à petit, nous ne serons plus préoccupés que de notre survie personnelle. Quel sens trouves-tu à une vie de cette sorte ?
Pour moi, c’est simple : refuser ces vaccins est une manière de voter, très personnellement, pour une autre conception de l’existence.

Je me demande tout de même ce qui te rend si favorable à cette vaccination.
J’en connais qui y vont par peur de se trouver perdus, s’ils sont hors du troupeau. Une réaction de mammifère, qu’on peut comprendre chez des personnes qui ne pensent qu’à se sécuriser.

D’autres, ce serait plutôt par reconnaissance pour le Grand Éleveur, qui prend tellement soin de son troupeau qu’il serait impoli de refuser.
Je n’invente pas !

Mais toi ?
J’espère tout de même que tu n’appartiens à aucune de ces catégories !

Explique-moi, s’il te plaît, où se nicherait ton consentement libre et éclairé dans cette affaire.

Max

Et
Assange
?