Portage à domicile d’informations fiables

Esquisse d’un scénario

Deux personnes, un homme et une femme (ou l’inverse), extirpent d’une camionnette un peu de matériel, puis pénètrent dans une maison.
(divers détails doivent prêter à confusion : de prime abord, on pourra penser qu’il s’agit d’infirmiers venant soigner des personnes à domicile)
A l’intérieur, ils saluent négligemment le couple des habitants, déjà installés dans leur fauteuil, attendant.
Les deux arrivants vont se placer derrière un desk installé en fond de salle, et se préparent.
Des lumières s’allument, éclairant le desk.
La séance commence.
Les deux intervenants vont alterner pour donner des nouvelles : ils se passent mutuellement la parole après 10′ (manège connu des TV d’info en direct).
Cette fois, il n’est question que de Covid et de sujets proches.
Quand c’est fini, les soignants plient bagages, échangeant deux-trois mots avec les soignés, et s’en vont.

La séquence sera répétée plusieurs fois, « chez » des gens différents.

Il s’agit d’un reportage sur ce nouveau métier d’avenir : colporteur d’informations fiables.

D’une séquence à l’autre, les échanges avec les soignés diffèrent.

Une fois, ceux-ci montrent leur mécontentement : il leur avait été dit que, s’ils étaient vaccinés, ils n’auraient plus besoin de ce genre de « soin informatif » ; or, même vaccinés, ça leur est tout de même imposé, alors qu’ils souhaitent partir à la pêche dès l’aube.
Réponse : « Nous ne connaissons que la consigne. Or vous êtes sur LA liste. »

Une autre fois, c’est au sein de la séance d’info elle-même que les soignés apprennent que les fonctionnaires retraités, s’ils sont surpris à ne pas faire les gestes-barrières, se verront diminuer le montant de la pension : de 5 % une première fois, puis 10 %, etc.

Bien sûr, puisque les soignés de cette séance sont des fonctionnaires en retraite, ça « chauffe ». Jusqu’à la menace de séquestrer les soignants.

Une autre fois, l’info laisse entendre que immunité = forcément vaccin. Ça discute après la séance.

D’autres fois, l’info du jour est bue comme du p’tit lait…

Et
Assange
?