Un village impossible ?

Vos aspirations, c’était quoi ?
Primo : vivre groupés, sous la double enseigne de « générosité » et d' »hospitalité », en garantissant à chacun l’espace personnel qu’il souhaite.
Pas d’ambition démesurée, comme vous le voyez !

Vous voici à un bon millier, à présent. Est-ce un maximum, ou le village va-t-il encore croître ?
Au bout d’un peu plus de trois ans – je n’inclus pas les préparatifs qui ont, eux aussi, duré à peu près trois ans – nous sommes effectivement environ un millier de villageois.
Nous avons connu trois paliers depuis notre établissement ici : après presqu’une première année à onze habitants habituels et permanents, nous sommes passés à deux cents en l’espace de deux mois ; puis le nombre a de nouveau doublé brutalement un an plus tard ; enfin le passage de quatre cents à mille s’est effectué en douceur au fil d’un an et demi. La réflexion n’est pas close quant au nombre optimum d’habitants. Pour ma part, je souhaite – c’est là un choix très égoïste – que nous préférions donner un coup de main à la création d’un autre village. Plusieurs avant-projets existent, pas mal différents d’ailleurs.

Égoïste ?
Oui, je trouve très important que, à ce stade, nous puissions bénéficier d’une nouvelle expérience, ailleurs, qui sera forcément très différente de la nôtre.
Il est clair que, si nous voulions doubler ou tripler en un an notre établissement, nous n’aurions pas de problème de recrutement, car nous avons créé un puissant appel d’air. Mais les conditions matérielles ne me semblent pas réunies pour que nous nous transformions progressivement en une petite ville. Ailleurs, peut-être, en s’appuyant en partie sur notre expérience, d’autres pourraient-ils envisager un tel développement.

Votre projet s’est aussi fait connaître sous l’appellation « Vieillir pas cons ».
Au départ, oui, c’est vrai que nous avons accordé une attention particulière à la question du grand âge. Aujourd’hui, non que nous l’ayons oubliée, mais c’est tellement fondu dans l’ensemble de la pratique du village que VPC ne constitue plus que l’un des éléments de notre vie en commun.

Et si nous reprenions l’histoire, pour bien saisir la démarche de ces six ans ?
Le village a lui-même effectué cet exercice de rétrospection il y a deux ou trois mois. C’était jugé nécessaire pour que l’ensemble des personnes, surtout les dernières arrivées, puissent s’approprier ce lieu de vie. Un petit groupe d’une douzaine de personnes s’en est chargé. Et le résultat de leur enquête a été publié.

Vous aimez les groupes de douze, apparemment ?
C’est l’expérience qui nous a fait préférer, quand c’est possible, des groupes de dix à douze personnes. à plus, c’est généralement compliqué. Mais le minimum d’une dizaine est, avons-nous estimé au fil du temps, la bonne taille qui permet au groupe d’être une représentation en petit de l’ensemble du village. C’est un nombre qui cumule l’avantage pratique du petit nombre et la garantie que nous sommes en train de « faire de la politique ». Bien sûr qu’à deux ou trois on peut avantageusement réaliser certaines choses, mais il est plus difficile, en ce cas, de faire de la politique. Or la condition pour qu’un tel village se porte bien est qu’on y fasse beaucoup de politique, c’est-à-dire que l’on soit préoccupés de la vie d’une vaste communauté. Et ce n’est pas toujours si commode que ça paraît !

Alors, l’histoire ?
Distinguons les buts et les moyens. Les buts, d’abord.
« Vieillir pas cons », au départ, ce n’était pas grand-chose de plus qu’un slogan. Cinq des onze qui sont venus créer le lieu avaient plus de soixante-cinq ans ; l’un, qui est mort très peu après son emménagement ici, avait quatre-vingt-sept ans. Attirés par le slogan, ils ont pris le train pour envisager comment leur propre fin de vie en tant que personnes dépendantes pourrait se dérouler autrement que sous les formes connues de placement en maison de retraite ou de lourde charge pour des membres de leur famille. Les motivations – et les compétences !, j’insiste lourdement sur ce point – de ces vieux ont été précieuses.

Ils y ont vu un éventuel intérêt personnel…
Démarche gentiment égoïste, en effet, mais qui reposait tout de même sur un sacré pari, car les choses auraient pu mal tourner, anéantissant leurs efforts de plusieurs années ! Ce groupe de onze s’était constitué assez vite après que l’idée « Vieillir pas cons » ait commencé à être propagée. Nous avons tenu à limiter provisoirement l’extension du groupe pour donner au noyau une vraie grande densité. Avancer dans le noir n’est pas de tout repos, et c’est en grande partie sur cette capacité que s’est opérée la cooptation. Nous nous sommes amplement régalés de la phrase attribuée à Cromwell : « Personne ne va si loin que celui qui ne sait pas où il va ». Bien sûr, la première année à onze – dont certains physiquement plus faibles – a vu venir divers concours extérieurs ponctuels : du coup, lorsque nous avons décidé d’atteindre d’un seul coup le nombre de deux cents, pas mal de préparatifs étaient déjà assurés.
Pour en revenir à « Vieillir pas cons », les initiateurs sont tombés d’accord pour fixer un quota d’un tiers de vieux et de ne pas faire grand-chose d’autre qu’attendre de voir comment cela se passerait. Nous avons considéré que les plus de soixante-cinq ans auraient, en ce qui concerne les services, à contribuer et à bénéficier, tout comme les autres, selon le double principe « De ‘chacun selon ses moyens‘, à ‘chacun selon ses besoins‘ ». Au départ, pour ne pas mettre la barre trop haut et ne pas prendre trop de risques (y compris administratifs !), nous n’avons reçu que de rares personnes fortement dépendantes. L’aîné des onze fondateurs, lui, n’a été dépendant que durant deux mois : il a eu la gentillesse de tirer sa révérence sans charger à outrance le petit groupe initial. Dans la vague numéro deux, celle des deux cents, il y en avait neuf ou dix qui étaient déjà très dépendants à leur arrivée. Puis, petit à petit, avec les deux vagues suivantes, nous en sommes arrivés à quarante personnes gravement dépendantes. Bien sûr, la réglementation du pays est draconienne et aucune institution ne peut s’ériger en lieu d’accueil pour personnes âgées sans répondre à des kyrielles de normes et d’exigences. Mais, précisément, nous ne sommes pas une institution. Nos habitats sont en majorité individuels. Les personnes dépendantes ont donc toutes été « adoptées » par d’autres habitants, chez qui elles vivent, qu’ils soient de la même famille, ou non. Mais, comme ces habitats ne sont pas « privés » au sens habituel de ce mot, ce n’est pas toujours le même habitant « officiel » qui se trouve aux côtés de la personne dépendante. Et puis, surtout, même les personnes âgées dépendantes sont mêlées à la vie quotidienne du lieu : il y a des jeunes qui passent beaucoup de temps devant leur ordinateur dans l’une ou l’autre des salles communes, voisinant avec telle vieille venue y lire le journal ou tel vieux venu simplement faire une halte. De la même manière, les deux gosses qui apprécient d’être aux côtés du cordonnier quand celui-ci travaille – c’est le samedi, je vous le signale : si vous avez une réparation à effectuer, vous ne serez pas déçu ! – ont droit à leur petit siège dans l’atelier. En fait, en venant vivre au village, nous avons tous dû nous engager à accepter cette proximité au quotidien. Et, pour le jour où ça ne nous serait plus supportable, nous avons aussi accepté d’avance de ne pas prolonger notre séjour.
La « couleur des lieux », aussi, est une chose importante.

La « couleur » des lieux ?

Les lieux collectifs ont en effet tous une ‘couleur’ : il s’agit de l’aspect des lieux, du niveau sonore, fumeur ou non, type de fréquentation, etc. Ceux des habitants, ils sont nombreux, qui exercent une activité « à distance » choisissent par exemple parmi les quatre lieux équipés celui dont la « couleur » leur convient. Et il en est de même pour tous les lieux collectifs. Et chacun est invité à proposer ses couleurs.

Il ne s’agit plus d’un village spécialement créé pour les petits vieux et les petites vieilles !

Nous avons été très vite amenés à considérer que cette question du grand âge était à traiter comme une question parmi d’autres : il s’agit tout simplement d’élaborer des formes de vie en société qui incluent les contraintes et les désirs liés à chaque âge de la vie. Pourtant, à titre de repère, chaque personne manifestant le désir de venir vivre ici se voit rappeler que, entre autres engagements, elle accepte de prendre sa part à cet égard. Même un vieux de soixante-dix ans, s’il est bien valide, s’engage à « s’occuper » d’autres vieux moins en état. Et pas en dilettante !

Le recrutement, précisément ?

Il faut, pour répondre à votre interrogation, ouvrir maintenant le chapitre des moyens. Comment, d’une vague idée un peu fofolle, en sommes-nous arrivés à crouler sous la demande ? Nous avons, à l’époque, beaucoup réfléchi au mot à utiliser, et c’est ce vocable de « recrutement » qui a été retenu : c’est en effet la collectivité qui recrute ses membres. Parmi ceux qui se sont préalablement qualifiés. Non qu’elle fasse un choix parmi ceux-ci –  puisque c’est le tirage au sort qui est de rigueur – mais elle élabore des dispositifs à travers lesquels les volontaires sont amenés à se qualifier eux-mêmes.

Il sagit donc dune démarche élitiste ?

Si on veut, oui. Mais dès le départ nous avons tenu à ce que le village soit ouvert à des personnes de toutes conditions et de toutes origines. Sans ce mix, l’aventure ne présenterait guère d’intérêt. Donc, élitiste oui, à condition de nous mettre d’accord sur le type d’élite que nous entendons rassembler.

Comment se qualifie-t-on ?

Nous entretenons un vivier à coups de stages divers. Mais ceux qui sont déjà résidents du village ne peuvent pas en être les organisateurs et n’influent aucunement sur le processus de qualification.

ça se passe comment, ces stages ?

Nous avons réussi, en une année de tournées à travers le pays, à motiver des personnes qui savent faire ce genre de choses, afin qu’elles organisent des activités orientées « Villages des mille », ou « Bourgade à mille » ou « à Mimile », ou encore « Village impossible », l’appellation a beaucoup varié. Vous trouverez ici quelques personnes qui, après avoir été de tels organisateurs, ont tenté eux-mêmes leur chance et ont ensuite été tirés au sort.
En parallèle, nous nous sommes très tôt embarqués dans des tournées d’explications, et nous ne cessons toujours pas, même si nous sommes – c’est mon avis – à saturation ici. Peut-être avons-nous au total participé à une centaine de rencontres à ce sujet. Ce que nous avions à exprimer au départ, c’était surtout nos interrogations : n’y aurait-il donc pas de solution, dans ce pays, pour envisager différemment la vie quotidienne ? La question du grand âge était évoquée, bien sûr, puisque c’était un peu notre cheval de bataille au départ, et nous avons pu constater combien était grande la perplexité de nombre de personnes quant à leur devenir de vieux ! De fil en aiguille, nous nous sommes convaincus que l’approche globale que nous avions adoptée était la bonne : impossible de « résoudre » la question de la dépendance des plus vieux sans modifier profondément le mode de vie courant. Se sont greffées là-dessus quelques préoccupations plus écolo, et le projet a très vite pris une allure concrète.
Il y a eu aussi, au tout départ, ce wiki mis en place dans l’internet qui a permettant à quiconque avait des idées de les exprimer dans une fiction : ce chantier d’écriture très créatif a vu participer un bon millier d’écrivants. Divers ateliers ont été organisés, permettant à des contributeurs par wiki d’une même région de faire connaissance ente eux, et d’être toujours au courant de l’avancement du projet.
Les seules rencontres que nous ayons organisées complètement nous-mêmes furent pompeusement intitulées « Technologies sociales pour inventer d’autres manières de vivre ensemble ». Il s’agissait essentiellement de rencontres de créativité. La liste des propositions qui en a résulté est bsolument impressionnante.

Quelques exemples de ces propositions ?

Quelqu’un est arrivé avec un ballon de football. Les douze participants – vieux y compris (ce qui n’augurait pas d’un match de très haut niveau), et même des femmes s’y sont mises dont le pied n’avait jamais shooté dans un ballon : c’était d’emblée très joyeux ! – se sont répartis en deux équipes. Le principe était que, toutes les six minutes, un joueur d’une équipe intervertissait sa place avec celle d’un joueur de l’autre et inversement. Au bout du compte, toute l’équipe A était donc passée dans l’équipe B et inversement. Qui avait gagné ? Le jeu lui-même, bien sûr, ainsi libéré de la sacro-sainte compétition « pour son camp » propre à certaines formes de sport. La compétition elle-même n’en était nullement évacuée, car le but était toujours de marquer collectivement des buts.

Dans certains cas, la pratique préexistait à ces rencontres de créativité et il ne s’agissait que de les expérimenter. Dans d’autres cas c’est le groupe qui en accouchait.
C’est ainsi qu’est également né un jeu de société appelé « Le jeu de la règle », dont l’enjeu est, pour le gagnant, de pouvoir fixer les règles du jeu de la partie suivante. Caractéristique : pour gagner, une bonne dose de coopération s’avère utile ! De la « coopétition », en somme.
Nous avons ainsi sélectionné une bonne trentaine de « meilleures manières de faire ». Et nous les avons diffusées sous forme de livre et de site internet pour les répandre, sans oublier bien entendu.de badger tout ça « Village des mille ».
Notre « communication » ne s’est donc pas toujours faite au sujet du projet de Village lui-même, car intéresser des personnes à « jouer différemment » nous a semblé une bonne voie pour nous faire connaître.
à propos de jeu, nous avons été moteurs dans la pratique de jeux dans la rue. Ce jeu de la règle a ainsi pas mal été joué en public. Nous savons que faire venir des gens à des séances d’information est très énergétivore, alors qu’aller « vers les gens » donne autant de résultats. L’information sur le « Village des mille » n’était donnée qu’à ceux qu’intriguait la mention, toujours bien visible, et il y en a eu pas mal.
Bref, pour donner corps à notre village, nous avons déployé des activités qui pouvaient paraître « à côté de la plaque » mais dont nous n’avons eu qu’à nous féliciter car elles ont été reprises à leur compte par divers types de personnes qui souhaitaient apporter leur concours. Ce n’était même pas une activité déléguée, car nous ne savions pas toujours ce qui se faisait.
ça, c’était un premier niveau d’information et de sensibilisation.
Pour ce qui concernait la suite à donner aux demandes de personnes désireuses d’intégrer le Village, nous aussi avons joué le partenariat.
Bien sûr, ce qui nous intéressait, encore plus que la situation des personnes désireuses de candidater, c’était leur éventail de qualités. Nous estimions ne pas pouvoir prendre trop de risques, et les qualités à découvrir chez ces personnes étaient nombreuses : aptitude à l’indépendance comme à la coopération, propension à la générosité, à l’hospitalité, à la réciprocité, à l’écoute et à l’ouverture, rigueur autant que foldinguerie, tolérance, absence de complexe vis-à-vis de l’oisiveté mais néanmoins ardeur aux tâches, goût du don gratuit et du care, sans oublier l’humour, etc.
C’est par des stages, des séjours et des voyages – payants, et toujours organisés par des tiers – que ces qualités ont été mises à l’épreuve. Encore une fois, nous ne nous sommes pas érigés en juges : ce sont les participants eux-mêmes qui s’attribuaient mutuellement les scores. Au départ, chaque participant disposait de cinq étoiles, qu’il pouvait attribuer en fin de parcours à ceux/celles qui leur semblaient présenter les qualités souhaitées. Je n’entre pas dans le détail du mode d’attribution, mais il a très vite été rodé. Bien sûr, chaque candidat avait à cœur de privilégier ceux et celles avec qui il aurait aimé vivre plus tard, et le favoritisme a pu jouer un peu, mais cette pratique de l’attribution mutuelle d’une part a toujours été bien accueillie, et d’autre part n’a pas reçu de proposition alternative aussi satisfaisante.
C’est au sein de ce vivier de candidats que se sont opérés ensuite les tirages au sort désignant ceux et celles dont la demande allait être satisfaite.
Dans la plupart des cas, avant de prendre l’engagement de venir pour au moins trois mois en tant qu’habitants habituels et permanents – l’engagement n’était délibérément pas définitif – ces personnes ont pris la précaution de venir passer une semaine ou deux en participant à la vie des lieux au même titre que ceux ayant déjà signé.
C’est ainsi qu’il y a en permanence ici une petite vingtaine de personnes en cours d’exploration. C’est à avantage réciproque. Ces personnes viennent s’interroger sur l’adéquation entre leurs aspirations et la réalité ici. Et elles nous transmettent leur vision, qui n’est quelquefois pas sans nous surprendre, voire nous choquer…

Et quant aux lieux physiques ?
Nous avons bénéficié d’un coup de chance sans lequel les choses eussent été malaisées. Une grande ville disposait d’un bâtiment de centre de vacances devenu inadapté aux normes actuelles d’hébergement. Y faire les travaux nécessaires était hors de question pour cette municipalité. Notre proposition de signer un bail emphytéotique de longue durée, incluant l’engagement d’effectuer un minimum de travaux leur a retiré une épine du pied. Du coup, nous avons bénéficié d’un droit de préemption le jour où la ville a décidé de vendre. Il est vrai que le projet d’expérimentation que nous avons présenté a bien intéressé le maire, et que la décision du conseil municipal a notamment été prise au vu de notre projet qu’ils ont jugé « d’avenir ».
Comme aux abords immédiats de ce bâtiment se trouvait à vendre une belle quantité d’hectares de terres – non constructibles à l’époque, mais le statut d’une partie de cette surface a été modifié depuis -, ce sont les apports financiers à fonds perdus de certains soutiens à notre expérimentation qui en ont permis l’achat. Leur viabilisation ainsi que les constructions qui se sont ensuite élevées là-dessus ont pour partie été payées par ces mêmes apports, mais une part grandissante au fil du temps est désormais payée par des habitants : certains ont vendu tout ou partie de leurs biens ailleurs pour permettre ces nouvelles constructions. Celles-ci, comme vous avez pu vous en apercevoir, consistent en grande partie en des formes légères, parmi lesquelles des zomes, produites ici-même. Pied de nez aux formes habituelles d’« habiter » – c’est-à-dire de s’endetter…

à ce stade, comment s’organise un tel groupe de mille personnes, au sein duquel on doit rencontrer non seulement des personnalités tranchées mais aussi des choix de vie qui peuvent être discordants ?

S’agissant du travail, par exemple, certains ont une activité à l’extérieur, d’autres non. Vous pourrez interroger ceux qui exercent les deux activités à travers lesquelles s’est effectué le passage à deux cents habitants : une activité groupée de maraîchage et un pool de travail à distance. Nous tenions absolument à ce que le village ne soit pas qu’un espace résidentiel !
Pour ce qui est de la vie collective, certains sont portés à lui donner une grande importance – ils prennent généralement leurs repas en commun avec d’autres ayant la même propension, ce qui crée des sous-cultures aisément repérables (genre de blagues, etc.) -, tandis que d’autres aiment qu’on leur fiche la paix pour autant qu’ils fassent vivre le lieu au plan politique comme je l’ai exposé plus haut, et qu’ils apportent l’aide à laquelle ils se sont engagés.
Des sous-groupes existent, reflétant des choix. C’est ainsi qu’un bon tiers des habitants, par exemple, vient d’opter pour une péréquation des revenus. J’en fais partie. Nous espérons bien convertir les autres à ce choix que nous estimons normal dans ce contexte… C’est exprès que ça n’a pas fait partie de la charte initiale : le but n’était pas de réaliser la collectivité la plus parfaite qui se pût imaginer. Et des évolutions possibles,
je dois sire qu’il en reste un bon paquet !Bon, mais vous êtes là pour trois jours : à vous de découvrir par vous-même ces diverses formes de « communisme plus ou moins individualiste » comme certains aiment les nommer. J’aime répéter que Marx a eu cette phrase : « Le communisme n’est pour nous ni un état qui doit être créé, ni un idéal sur lequel la réalité devra se régler : nous appelons communisme le mouvement réel qui abolit l’état actuel ».

Bilan ?
Il est certain que nous avons progressé dans nos conceptions. Il est certain aussi que nous avons élaboré pas mal d’outillage que d‘autres pourront utiliser. Ce qui ne veut pas dire que le futur de notre aventure soit garanti… Mais bon ! c’est ce qui se vit au jour le jour qui importe.

*

La personne que nous rencontrons dans la foulée, V., a effectué un tout autre trajet que E.

Je suis arrivée ici au sein de la vague dite « des 400. Je connaissais le projet de « village impossible » depuis quelques années déjà. Il y avait un cousinage entre ce projet et ce qui avait été instauré dans la ville où j’habitais auparavant : un village virtuel.

Cest-à-dire ?

Cette idée d’un « village virtuel » est née un jour où une de mes amies a appris que le vieux couple habitant la maison contiguë à la sienne avait dû faire appel aux secours d’urgence parce que l’homme était tombé et que sa femme ne parvenait pas à le remettre debout. Habituellement, ce couple savait pouvoir compter sur d’autres voisins – qui se chargeaient aussi de faire leurs courses -, mais ceux-ci étaient absents ce soir-là. L’absurdité de la situation sautait aux yeux : les « services » étaient en train de prendre la place des relations de voisinage… et ces services ont un coût exorbitant. C’est d’ailleurs parce qu’ils recherchent la rentabilité qu’ils peuvent trouver place dans l’économie dite développée. Pour autant, comment leur substituer la notion de relations de proximité ? Les vieux en question connaissaient leurs « voisins habituels » depuis des décennies et ne rechignaient donc nullement à leur demander des services. Mais de là à envisager qu’ils puissent accepter d’en recevoir aussi de personnes moins proches, et pourtant… bigrement plus proches d’eux que les « services », publics ou privés et en tout état de cause marchands !

Oui, comment ?
ça n’a pas été simple de trouver des solutions raisonnables ! Mais le mieux est que nous allions en parler avec H., l’initiatrice du « Village Virtuel », qui est venue s’installer ici en même temps que moi.

Volontiers, mais – auparavant -, vous, quelle est votre forme de présence ici ?

Je retiens votre expression « forme de présence » ! Pas mal… Quand on me demande quelle est ma place, ou mon activité, ou etc., je suis toujours gênée. Parler de ma « »orme de présence » me conviendrait mieux. Merci ! Vous avez bien faut de venir !

Eh bien, étant donné mon âge, je ne suis pas des plus actives ici. Pourtant, il est un sujet qui m’intéresse au plus haut point : le transgénérationnel. Et j’y consacre prioritairement l’énergie dont je dispose. Et peut-être ma « orme de présence ici » consiste aussi en ma croyance en ce qu’affirme une entreprise de travaux publics de la région lyonnaise que je connais bien. En substance : on peut tout accomplir dans la vie si l’on a « le courage de le rêver, l’intelligence d’en faire un projet réaliste et la volonté de voir ce projet mené à bien ».

(V. se déplace en fauteuil roulant)

Et vous ? (L’interviewer s’adresse à une amie de V. venue en visiteuse)

Je suis venue rendre visite à mon amie, qui ne cesse de me dire qu’ici la page que je préfère chez Maurice Maeterlinck – je suis Belge – n’est pas une fiction. Si vous permettez, je vous la lis ; je l’ai toujours à portée de main. C’est tiré de « Sagesse et Destinée » : « Au fond, si l’on avait le courage de n’écouter que la voix la plus simple, la plus proche, la plus pressante de sa conscience, le seul devoir indubitable serait de soulager autour de soi dans un cercle aussi étendu que possible le plus de souffrances qu’on pourrait. »
Qu’il y ait ici une priorité accordée à ceux pour qui l’existence est difficile m’a interpellée. Pourtant, Maeterlinck a l’intelligence d’ajouter aussitôt : « Seulement un monde où il n’y aurait plus, à un moment donné, que des gens se secourant les uns les autres ne persisterait pas longtemps dans cette œuvre charitable… » Je ne suis ici que depuis deux jours, j’attends de voir…

*

Rencontre avec H., initiatrice du village virtuel dans la ville où elle vivait auparavant.

Un village virtuel cest quoi ?
Il fait écho au proverbe africain « Il faut un village pour élever un enfant ». C’est un village invisible dans la ville, avec les avantages du village : tout le monde connaît tout le monde, ou alors il y a des groupuscules qui ont des liens avec d’autres groupuscules. Je suis partie de cette constatation : dans les villes, tout le monde est aujourd’hui naturellement isolé : les gens ont recherché l’avantage de l’anonymat en ville ; on y est libre, à l’abri de la dictature de « que vont dire les voisins ? le village ?» et de la dictature de la famille. Mais il n’y a pas l’entraide. Or tout le monde est dépendant, à un moment ou à un autre : si on est jeune, on est dépendant car on a des enfants, si on est de grands adultes on peut un jour ou l’autre tomber malade, si on est vieux, on est dépendant. En ville, les solutions sont payantes : écoles, crèches, hôpitaux, centres de soin, etc. Mais de plus en plus, ça diminue . Pour ce qui concerne les crèches, je voyais des parents qui ont des problèmes pendant des mois ; il leur fallait faire n’importe quoi parce qu’il n’y avait pas de place à la crèche. à l’autre bout de la vie, je connaissais une femme qui ne pouvait plus sortir parce que sa mère de 93 ans était grabataire ; ils avaient fini par trouver une place pour, au mieux, dans six mois dans un hôpital où elle pourrait peut-être être admise.
Auparavant, dans le vrai village paysan, on était dépendant, inter-dépendant, on était aidé par les voisins et la famille habitant autour. J’ai cherché à promouvoir la même mentalité : que l’on se crée des « voisins d’entr’aide »  – pas forcément des voisins directs -, comme une nouvelle famille et un cercle d’amis. Mais avec une différence de taille : sans la dictature morale qui accompagnait généralement l’ancienne entr’aide, celle à laquelle on ne pouvait pas échapper au motif qu’elle était ‘naturelle’. Autrement dit : avec les avantages mais sans les désavantages. Quelqu’un qui t’aide ne va plus te dire comment tu dois éduquer tes enfants.
Des exemples ? Un vieux qui s’occupe des enfants des autres. Ou des jeunes qui vont passer des après-midis devant la télé, non pas dans leur chambre mais chez une vieille personne qui habite seule.
Ceci dit, au départ, je ne voyais pas comment ça pouvait se créer. Il fallait que les gens se connaissent entre eux. Dans le village c’est normal puisqu’on est voisins, ou famille. Ici, il fallait commencer par créer de nouveaux liens, et aussi de nouvelles dénominations – ce qui n‘allait pas de soi non plus ! Parler d’adopter des neveux, nièces, etc. ? Il a bien fallu trouver un  nom pour cela, pour être dans le réseau, un réseau qui s’aide.
Nous avons d’abord cherché du côté des petits jobs, ou des formes de présence. Mais, tout le monde n’accepte pas la présence de la première personne venue ! Nous savions que les vieux n’accepteraient pas des gens qu’ils ne connaissent pas : il a fallu créer une culture. Au fil du temps, c’est plus simple : si je fais du baby-sitting auprès des enfants des autres un jour par semaine, il est possible que plus tard, quand je serai plus vieille, ce soient eux – ou leurs enfants – qui viennent me tenir compagnie parce qu’on se connaît déjà. Mais comment amorcer la pompe ?
Et puis : cela devait-il concerner des gens d’un même quartier ? Question. Bien sûr, si cette mentalité en venait à exister de plus en plus, tu pouvais espérer, en allant dans une autre ville, y rechercher un autre « village virtuel ». Puisque les gens ont la même mentalité, on se comprend plus facilement : il existe une éthique, une façon de vivre. Mais en attendant…
Et puis l’on s’est imaginés que ça pouvait aussi concerner les questions d’argent. Par exemple quelqu’un veut acheter un logement, ou quelqu’un a des problèmes d’argent… Car c’est tout simple : si une dizaine de personnes donne 100 €, cette personne a 1000 €. ça permet de laisser les banques de côté. Nous, tous les pauvres ensemble, nous sommes très riches ! si nous aidons chaque fois quelqu’un…
Nous savions qu’il y risquait d‘y avoir, au fil du temps, de moins en moins de places dans les crèches, comme dans les maisons de repos, dans les hôpitaux. Il y aurait donc un besoin aigu de telles initiatives ! Ce n’était pas juste une idée romantique, car il y aurait vraiment besoin de nous organiser nous-mêmes, de nous aider entre nous.
Nous voyions clairement que cela ouvrait aussi de nouvelles perspectives en matière d’architecture : des maisons jumelles, des twin-houses, où, dans une maison, peuvent cohabiter une famille avec des enfants et deux vieux : des espaces en commun – le jardin et le hall, par exemple – et pour le reste, chacun chez soi, mais sans que les portes soient jamais fermées à clé…
Les perspectives étaient vastes, comme vous le voyez !

C’était il y a combien de temps ?
Dix ans.

Et concrètement
Eh bien, nous avons commencé par une initiative toute bête : l’organisation de dons gratuits d’objets. Mais pas sous la forme des ’trocs et puces’ ordinaires. Chaque habitant du quartier a reçu une invitation à établir deux petites listes : d’une part ce dont il dispose et dont il n’a pas besoin, et d’autre part ce qu’il recherche. Petit à petit, la bourse s’est alimentée et les dons ont commencé à s’effectuer. Et les gens ont commencé à sortir de leur coquille, faisant un peu plus connaissance. C’est là-dessus qu’un esprit de quartier a commencé à s‘établir, et que des services mutuels se sont mis en place quasi spontanément. Le démarrage a tout de même pris trois ans…

Notre interlocutrice est appelée pour une tâche à laquelle elle s‘était engagée, et doit interrompre l’entretien. Nous reprendrons le fil un peu plus tard, espérons !

*

G. est l’un des actuels « gouverneurs » du village.

Drôle dappellation que ce mot « gouverneur » !
Nous sommes en permanence une centaine à porter ce nom, puisque le gouvernement est constitué de dix pour cent des résidents, tirés au sort, renouvelés par tiers tous les trois mois. C’est une appellation dont on s’amuse nous-mêmes.

Et qu’est-ce qu’il fait ce « gouvernement » ?
Il est à la fois un Parlement et un Gouvernement. Mais il n’édicte que très peu de lois.

Ce qui fait que « nul ne peut ignorer la loi » ?
Les fondateurs ont choisi de créer le village à partir de quatorze lois. Et il ne peut en être édicté de nouvelles qu’à raison d’une par an.

Pourquoi cette règle ?
Tout gouvernement est porté à faire usage de ses pouvoirs, souvent pour le pire autant que pour le meilleur. Mettre un frein à cette propension est bienvenu, je trouve. Nous disposons de bien assez de machines pour nous faire obéir !

Un exemple de loi en vigueur ?
Une loi, par exemple, établit une liste de tout ce dont le gouvernement n’a pas le droit de se mêler !

Bizarre ! Un exemple ?
Celui-ci : le gouvernement ne peut pas participer en tant que tel à des actions en dehors du village. Des sous-entités peuvent le faire bien sûr, mais pas le gouvernement.

Expliquez-moi ce que fait  un gouvernement de cent personnes qui ne produit quune loi par an !
Et encore, pas tous les ans ! (rires) Durant pas mal de temps, d’après ce qu’on m’a dit, les gouvernements ont été très occupés par le recrutement et l’arrivée des nouveaux résidents. Désormais, le gouvernement a pour tâche principale d’activer la vie politique du lieu. Ce qui veut dire : observer, réfléchir, proposer, intervenir même, par exemple en cas de difficulté de fonctionnement du village. Mais, quand il prend une décision, c’est toujours – même en cas de nouvelle loi – à titre provisoire. Toutes les décisions s’appliquent au même titre qu’une loi, mais elles peuvent être remises en cause par le gouvernement suivant (c‘est arrivé à plusieurs reprises). En ce qui concerne les « lois », il en va d’ailleurs de même : une « loi » est toujours édictée au départ à titre provisoire ; elle ne devient telle qu’après qu’ait été vérifié que ses éventuels effets pervers ne l’emportent pas . Mais les gouvernements successifs ont tendance à ne pas prendre beaucoup de décisions. Gouverner, c’est devenu, en tout premier lieu, garantir très concrètement que tout le monde peut « faire de la politique » au sein du village, c’est-à-dire se préoccuper de la vie du village dans son ensemble …malgré l’existence d’un gouvernement, pourrait-on dire…

Paradoxal !

Je trouvais ça paradoxal, moi aussi, en arrivant. Et j’en ai mieux compris les avantages depuis que je suis moi-même l’un des « gouverneurs ».

Cest une tâche à temps plein ?
Pour moi, non. J’y consacre en général une journée par semaine. Mais certains, oui, y consacrent tout leur temps. D’autres par contre – c’est le cas par exemple d’étudiants qui ne sont presque jamais là – ne sont actifs qu’épisodiquement.

On ma aussi parlé de « vacance du pouvoir ».
Exact. Le gouvernement est en sommeil un trimestre par an, c’est en général en hiver : nous disons alors qu’il hiberne.

*

Parmi les derniers arrivés, un couple : M. & J.

Nous étions – nous le sommes toujours d’ailleurs – « famille d’accueil » temporaire de gosses à problèmes. Nous travaillons avec un Centre d’accueil d’urgence qui reçoit des gosses envoyés par le juge pour enfants. On en a vu passer, au fil des ans, de ces gosses déglingués !

Et vous avez voulu transférer votre activité dans le village ?

Oui. Et ça a été accepté. Nous pensions améliorer ainsi la situation pour les gosses et aussi pour nous-mêmes.

Concrètement ?
Concrètement, ici, nous pouvons partager un peu la tâche – à commencer par les préoccupations, ce qui est déjà beaucoup ! – avec d’autres personnes. Nous nous préparions à abandonner cette activité qui nous bouffait entièrement. Désormais, c’est reparti pour un tour ! Plus question d’abandonner…

Et pour les gosses, comment ça se passe ?
Ce que nous avions espéré se réalise bien souvent. Un enfant n’a pas forcément d’atomes crochus avec nous ; ici, la diversité des gens leur permet d’autres contacts. Pour nous ça signifie plutôt plus de travail, mais beaucoup moins de stress.

*

K. est arrivé au village il y a quelques jours. Le village l’a recruté, mais il n’a pas encore donné son accord définitif. Il espère pouvoir instaurer ici une « non-école ».

« Non école » ?
Eh bien, à 28 ans, j’ai décidé de préparer le bacc. Mais je n’ai aucune envie de mener ce projet en compagnie de jeunots, et encore moins en me soumettant aux règles de la vie quotidienne dans un lycée. Je voudrais donc appeler d’autres personnes dans mon genre à se regrouper quelque part pour travailler ensemble à préparer cet examen.

Et cela pourrait se faire ici ?Y a-t-il au village dautres personnes dans la même situation que vous ?
Je n’en ai pas rencontré jusqu’à présent. Mais ça pourrait semble-t-il s’organiser. J’ai parlé à quelques gouverneurs, ça les branche. J’ai l’impression que, à ce stade de la vie du village, ils ont besoin, non pas tant de nouveaux habitants – ça n’est apparemment pas un objectif, ici –  que de nouvelles manières de faire. L’idée serait d’attirer une demi-douzaine de gens dans ma situation, pour qu’on puisse s’épauler. Tout seul, je me suis rendu compte que ça risque de dépasser mes forces. Mais à plusieurs, j’ai bien l’impression que j’y arriverais.

En fait, vous cherchez à vous intégrer dans une équipe ?
Oui, et une équipe qui bosse ! De plus, je suis persuadé que, dans un village comme celui-ci, je pourrais bénéficier de l’aide de personnes jouant un peu le rôle de profs. ça ne nous empêcherait pas de continuer à suivre des cours par correspondance… Et ceux qui n’auraient pas les moyens de se payer de tels cours, ben ils profiteraient tout de même ainsi de l’enseignement à distance des autres. Je suis persuadé que, pour bon nombre de jeunes et de moins jeunes qui ne se trouvent pas à l’aise dans l’enseignement ordinaire, ce système peut offrir une solution. Si ça avait existé il y a dix ans, je m’y serais précipité. Ceci dit, je ne regrette pas le moins du monde ces dix années passées à faire autre chose !

*

B. est jardinier

En fait, je crois savoir que c’est ma qualité de jardinier qui m’a fait recruter ici.

Cest votre profession ?
Oui, j’ai reçu une formation horticole assez poussée. Et depuis lors, j’ai passé une dizaine d’années à conseiller des détenteurs de parcelles de jardins populaires. C’est le potager qui m’a toujours le plus intéressé. Et j’ai aussi un intérêt pour les plantes dont la commercialisation est interdite (rires).

Et ici ?
Je n’ai encore rien entrepris dans le domaine des plantes interdites. J’ai bien une idée en tête, mais elle attendra un peu… En fait, je suis venu avec le double projet d’aider les villageois à créer des jardins potagers, et de recevoir en stage des personnes extérieures qui veulent se familiariser avec cette activité, au besoin même sur leur balcon !

Quel a été laccueil des autres villageois ?
Il y en a beaucoup que le principe intéresse. Ceux qui passent à l’acte sont moins nombreux (rires). « Produire une partie de sa propre nourriture », c’est dans l’air du temps. Mais il y a une chose qui n’est possible que dans une collectivité : une organisation coopérative. On peut mieux effectuer certains travaux en se groupant : défricher une parcelle qui n’a pas été cultivée depuis longtemps, par exemple, c’est fastidieux si on est tout seul. Tandis qu’à plusieurs, ça peut constituer un chantier festif ! Par ailleurs, que ce soit pour des raisons de préférence ou de capacité, que ce soit par choix, il est possible de répartir les tâches individuelles, même sur des terrains personnels : l‘un sait bêcher, l’autre aime sarcler, un autre est souvent absent, etc.. Mieux : il est possible de créer des spécialisations : moi, les tomates, j’aime, mais de là à m’en occuper… ; alors j’échangerai mes blettes contre des tomates. En été, il existe déjà en embryon de marché d’échange dans le village, et je crois que ça va se développer. Ce qui est intéressant, c’est que ça se rapproche progressivement du don gratuit : car puisque les coûts de production et les temps passés peuvent être très différents, comment établir des équivalences ? Ce qui est rigolo, c’est l’évolution de ce marché vers un « après-marché » comme le pratiquent les pauvres un peu partout dans le monde : la première heure est plus ou moins implicitement réservée aux jardiniers qui échangent entre eux, mais les durant les deux suivantes les productions sont en libre-service pour tout le monde. ça ne va pas sans certains heurts, mais bon, nous n’en sommes pour le moment qu’à essuyer les plâtres !

Et les stages ?
Ils doivent constituer mon gagne-pain à l‘avenir, mais je n’ai encore eu le temps d’en organiser que trois. Pour le moment, ce sont des stages assez banals. Mais ce que je veux vraiment organiser c’est ceci : établir des parcelles qui représenteront chacune un mode de conduite différent, une option particulière, et qui seront chacune le territoire d’une centaine de personnes qui l’entretiendront par roulement à longueur d’année. Ce serait principalement destiné à accueillir des gens qui n’habitent pas au village. D’ailleurs, ce ne se passerait pas à l’intérieur du village : il y a beaucoup de friches dans un rayon de cinq kilomètres. Je ne suis pas du tout contre les friches, et il n’est pas question de vouloir toutes les mettre en valeur, mais cela crée quelques opportunités.

Comment voyez-vous ce roulement ?
Certains viendraient en fait très peu, si ce sont des gens qui viennent de loin, mais d’autres seraient là assez régulièrement. Avec une partie de leur production, ils seraient présents, eux aussi, au marché du village. Et ces jardins seraient ouverts aux visiteurs, même non-stagiaires, qui pourraient consulter pour chacun l’historique de chaque culture, et interroger sur le pourquoi du comment. Le jardin potager est un mystère pour plein de gens qui voudraient pourtant bien s’y mettre. Il y en a qui lisent des revues sur le sujet, et qui n’attendent que l’occasion de manier une bêche, et de se sentir concernés par un jardin pour de vrai. Avoir un jardin avec d’autres, c’est plus rassurant quand on est débutant.

On dirait bien que, pour vous, le jardin cest dabord un terrain dexercice pour des relations entre les gens.
Pour tout vous dire, j’appellerai peut-être tout ça : « école élémentaire de la coopération ».

Vous ne dites rien dun aspect écolo de cette initiative
D’autres pourraient en parler. Mais, pour ma part, je préfère à tout prendre l’aspect artistique des choses. Et comme j’aime provoquer, l’on pourra bientôt admirer une parcelle qui a largement bénéficié des inventions du grand désherbeur mondial Monsanto : vous savez, une belle étendue d’où toute végétation aura disparu à l’exception de florissants et envahissants rumex, voilà une belle image visuelle du jeu que l’humanité ordinaire apprécie le plus : conquérir, dominer, contrôler puis – tôt ou tard – détruire. J’appelle ça ‘condocondé’.
Et par rapport aux étendues de maraîchage que lon découvre en arrivant au village ?

Même si eux et moi nous entendons sans problèmes, nous ne sommes pas sur la même longueur d’ondes. Les deux coexistent. Et j’estime que c’est plutôt bien. ça ne m’empêche d’ailleurs pas de leur donner un coup de main de temps en temps…

*

Vous nous avez été présentée comme Lionne, mais est-ce vraiment votre prénom ?
ça l’est devenu au fil du temps, et j’en suis d’ailleurs très fière ! On a commencé par m’appeler « la rebelle », et j’ai …rouspété ! Puis c’est devenu Rébellionne. De là « Lionne » (rires). Mais, dehors, j’ai un autre prénom !

Il doit bien y avoir une raison à ce vocable
Je faisais partie des onze premiers. Les autres me trouvaient plus rebelle qu’eux-mêmes, et je crois que c’est d’ailleurs pour ça qu’ils m’ont intégrée, pour élargir l’éventail : j’étais souvent le révélateur de leur démarche un peu plan-plan, et ils ont estimé qu’un ingrédient de mon genre les garantirait contre la mençante médiocrité. Et surtout contre la suffisance et la bonne conscience qui, souvent, n’étaient jamais loin. Mes collègues étaient persuadés d’élaborer un truc révolutionnaire, et moi je me plaisais à mettre le doigt sur ce qui, là-dedans, était insuffisant.

C’était quoi, pour vous « insuffisant » ?
Eh bien, nous avions la chance de réunir des conditions favorables à gogo, ça n’était tout de même pas pour faire du co-housing à la nordique où seul le confort importe !

Vous êtes bien radicale dans votre jugement sur ces expériences du nord de lEurope !
Oui. Je ne me suis pas engagée dans ce projet pour stagner dans ce registre ! Nous avons à montrer que bien autre chose est possible ! Tout d‘abord, une expérience à 20 ou 30, ça n’a aucune valeur d’expérimentation quant à la possibilité de révolutionner la vie au quotidien. Il y faut une certaine taille. Ensuite, il faut savoir pour qui nous expérimentons. La société se subdivise en classes. Ne parlons pas des riches, et encore moins des très riches et des hyper-très riches qui se portent à merveille, tant mieux pour eux ! Mais les autres, les pas riches, les pauvres et les très pauvres ont des problèmes qu’ils ne peuvent pas résoudre par eux-mêmes, individuellement. Tout ce monde se débat pour s‘en sortir, et ça n’est pas le même problème pour les uns et pour les autres. Pour certains, ils sont juste dans l’entreprenariat de survie, comme je nomme ça. Allez donc vous donner un horizon quand vous êtes dans cette situation ! Leurs souffrances morales amènent souvent les plus faibles à perdre pied. Les « un peu plus riches » ont parfois plus de chance, mais pas toujours… C’est l’espoir qui souvent fait défaut. Notre job, ici, au-delà de réussir à nous doter d’un lieu de vie supportable, c’est de regonfler l’espoir. Si on l’oublie, on fait dans le « plan-plan ». Et ce risque est permanent.

Votre réflexion est-elle politique ?
Oui. Il y en a, ici, qui estiment que s’occuper des problèmes de l’ensemble de la communauté villageoise, suffit à faire de la politique. Je ne suis pas d’accord. Ce village est indissociable de ce qui l’entoure.

Vous appartenez à un parti ?
Oh que non ! Si un parti trouve judicieux de défendre et de développer ce qui se passe dans la société civile, tant mieux ! Mais ne commençons pas par nous demander quel parti va effectuer cette transformation. Un parti doit être contraint d’adopter des points de vue extérieurs, sinon il n’exprimera jamais que ce qui se trame dans ses propres couloirs !

Lionne, ne seriez-vous pas isolée ici ?
ça dépend des moments. J’ai plus d’une fois pensé à me barrer. Vous savez, ça ne va pas de soi de tirer vers le haut des aspirations et des pratiques de gens tellement divers, si bien intentionnés soient-ils… Mais j’ai de belles satisfactions aussi. Quand je me regarde dans la glace, je n’ai pas honte de consacrer autant de mon temps à la réussite de ce village.

Vous travaillez à lextérieur du village ?

Oui, je partage mon temps entre ici et l’entreprise qui m’emploie à 50 km. Je fais fonction de directrice du personnel – sans le salaire, puisque je n’en ai pas le titre : y a pas de petites économies ! – dans une importante entreprise de transport. Je puis vous dire que de la misère, on en génère là-dedans ! Je suis un peu Jenkill & Hide : pas toujours commode, mais ai-je le choix ? Nous sommes quatre du village à y travailler. Et, voyez-vous, c’est parce que j’ai appris à flairer l’enrégimentement comme un cochon à dénicher la truffe que je suis très vigilante ici : tout ce qui peut ressembler à une volonté d’encadrer me donne des frissons : et là, je me rebelle, c’est vrai. Aucune envie de reproduire ici ce que je déteste dans ma vie professionnelle ! Et vous savez dans quels costumes se présente le plus souvent ce risque d’embrigadement ? Dans la tenue très select de « plus d’efficacité ». ça y est, désormais, le mot efficacité est enfin tabou ici. Mais il en aura fallu des joutes pour qu’il en soit ainsi !

*

S., (pour encore) prof de musique à la ville voisine.

Ici, j’ai pu mettre à l’épreuve mes intuitions sur la meilleure manière de permettre à des jeunes de plonger dans la musique. Je n’y étais parvenue dans aucune structure tant soit peu institutionnalisée. Et si j’ai pu me lancer, c’est parce que l’expérimentation est, ici, soutenue a priori.

Comment, pratiquement ?
Eh bien, par exemple, l’échec – s’il survient – n’est pas considéré comme une tare. Ce simple fait ouvre un espace de liberté extrêmement rare !

Et vos intuitions, cest quoi ?
Primo, l’apprentissage du solfège, c’est complètement con : c’est du rationnel, alors que la musique, c’est moitié émotionnel, moitié rationnel. L’enfant est trop jeune pour qu’on lui enseigne ça systématiquement et théoriquement. Mon expérience de quelque vingt ans m’a conduite aussi à estimer que l’apprentissage précoce d’un instrument n’a aucun intérêt. Quand un jeune décide de « commencer » – comme on dit – le piano à 14 ans, il se peut qu’il progresse extrêmement vite, en tout cas plus vite que celui qui s’y sera mis dès 6 ans. Au bout d’un un an ou deux du premier, les deux parcours s’équivaudront. Si la chose peut être généralisée, vous imaginez les risques de décrochage que cela élimine dans les parcours. Le jeune de 14 ou 16 ans qui se met à un instrument le fait en général de son plein gré, alors qu’un tout jeune suit la plupart du temps le désir de ses parents ou de l’un d’entre eux. Je ne puis pas encore affirmer que l’on peut gagner ces quelques années, mais il me semble que dans la plupart des cas le « circuit court » donne d’excellents résultats.

Moi qui m’étais toujours laissé dire quil est préférable de baigner dans la musique dès le plus jeune âge !
Eh bien, justement ! Baigner dans la musique peut prendre tellement d’autres formes que l’apprentissage laborieux du solfège et d’un instrument ! Je suis pour qu’on baigne l’enfant dans la musique, dès le stade du bébé et même bien avant. S’il est dans un environnement où l’on chante, où l’on fait de la musique, c’est l’idéal. En Angleterre, à l’église, tout le monde chante. Ici, dans le village, y a pas d’église, et la chorale d’enfants, c’est le moyen que je promeus pour ça. Un jeune qui aura pris plaisir à participer à des chants en groupe, quelle que soit la forme de ces pratiques, aura assurément connu de bien meilleurs bains musicaux que celui qui se sera échiné sur son instrument ! Mieux : la pratique en groupe l’aura, dans le même mouvement, extrait de sa posture d’apprenant isolé. Au moment de l’adolescence, quelque chose sans doute se modifie dans le cerveau : à ce stade, quand un jeune se met à un instrument, il est déjà imbibé de musique, et lorsqu’il se saisit d’un instrument, il est parti ! Et je parle de vingt ans d’expérience de prof de musique. J’ai connu un enfant « doué » qui avait commencé la guitare à quatre ans et demi : mais à douze ans il n’avait pas le niveau de celui qui avait commencé à onze ans de la manière que je viens de dire ! Et il a même tout arrêté, épuisé de devoir subir la pression de ses parents.

Quand ils sont plus jeunes, selon votre théorie, ils baignent dans la musique, mais est-ce quils lapprennent ?
D’abord, ils apprennent à chanter, ce qui n’est pas rien ! Mais en plus, ils se nourrissent de la tonalité, des différents rythmes – sud américains par exemple. à l’inverse, les élèves que j’ai à l’école de musique et qui viennent du cours de solfège, quand nous abordons le jazz, ils ne comprennent pas de quoi il s’agit : ils essaient de se dépêtrer avec les croches et tout ça, mais ils ne comprennent pas de quoi il s’agit ! Si, dès l’enfance, à la maison, ils ont écouté du jazz et du blues, ils comprendront tout de suite que ce qu’on appelle les notes ne sont qu’un faible moyen pour noter la musique… Je pense que c’est comme parler : on apprend d’abord à parler ; l’écrit, la grammaire et tout ça ne viennent qu’après. De même, le bébé entend parler, mais il ne s’y met que plus tard… Dans « ma » conception de l‘apprentissage de la musique, le gosse n’apprend pas que la tonalité et le rythme, il se familiarise aussi avec le fait de chanter ensemble. ça concerne donc l’apprentissage des mœurs. Il existe des écoles – pas des écoles de musique, des écoles tout court – qui appliquent la méthode Kodaly, ce qui implique un cours de musique tous les jours. On dit que ça aide à créer une atmosphère de groupe dans la classe. Et la pratique de la musique ouvre aussi à une meilleure compréhension des maths, parce qu’elle agit sur certaines zones du cerveau. Il y a des études là-dessus. En regard de ça, la pratique d’une instrument, c’est tellement étroit ! L’enfant y consacre tout son temps, les parents s’inquiètent « As-tu déjà assez répété ? ». Au moment où maman démarre la voiture pour conduire l’enfant à son cours d’instrument le mercredi après-midi, celui-ci fait encore une fois vite-vite ses exercices, c’est invraisemblable ! Dans une école primaire appliquant la méthode Kodaly, j’ai vu des enfants de dix ans pratiquer des exercices de rythme. Le prof, de ses pieds et de ses mains, exécute une figure rythmique. Les enfants sont priés d’exécuter la même figure mais, pendant qu’ils le font, le prof, lui, exécute déjà la figure suivante. Et ça continue ainsi. Vous imaginez ce que ça représente pour l’entraînement du cerveau, ce genre d’exercices ! Mais, bien sûr, ces enfants ont aussi un petit instrument, une flûte ou un petit violon, et ils en font ce qu’ils veulent. Ne me faites pas dire que j’interdis l’instrument : si l’instrument est là et que l’enfant veut en jouer – en jouer, c’est-à-dire s’amuser avec – tant mieux ! Mais s’il survient un parent qui lui saute dessus « Wouahh ! c’est bien ce que tu fais, je vais t’inscrire à un cours et… » Ce qui se passe dans ces cas-là, c’est que le territoire qu’il s’est choisi se fait occuper par le parent !

Vous enseignez pourtant de manière classique pour gagner votre croûte ?
Oui, je n’ai pas le choix !

Mais ici ?
Eh bien ici, j’expérimente. Puisque des tout jeunes se forment de toutes façons à un instrument – je ne vois pas au nom de quoi j‘interdirais aux parents de suivre cette voie -, j’ai pris l’habitude de réunir régulièrement ceux qui le désirent – même s’ils sont débutants – pour préparer des concerts en commun. ça implique certes que j’écrive spécialement dans cette intention, car chaque instrument doit trouver une vraie place, mais c’est là une expérience excitante pour moi aussi.

Même les débutants ?
Oui, même ceux qui sont tout à fait débutants, bien sûr ! Dans les écoles de musique, en vue du concert de fin d’année, la direction sélectionne les meilleurs élèves pour les faire jouer devant les parents. Seuls les meilleurs ont le droit d’être sur la scène. Même dans « mon » école en ville, en me basant sur mon expérience ici, j’ai réussi à modifier ça depuis cette année : tout le monde va jouer. Je dois donc écrire des morceaux pour que chaque enfant puisse avoir sa place. Je me souviens d’un petit gosse qui, ayant commencé la guitare tard dans l’année, n’avait pas beaucoup progressé ; je lui ai demandé de jouer une seule note, mais attention ! en suivant le rythme. Résultat, en fin de concert, il avait les oreilles toutes rouges, comme les autres ! ça vaut bien mieux que tous les examens, ça ! Mon point de vue est simple : pour la musique, ja-mais d’examen ! Il n’y a pas plus contre-productif qu’un examen pour qui veut jouer de la musique ! En jouant devant les autres, on apprend à vaincre l’angoisse, par exemple. Et puis, au cours d’un concert pour de vrai, les petits entendent ce que jouent les grands, et ils se disent « Wouahh, moi aussi, quand je serai grand… » De leur côté, en écoutant les petits, les grands prennent la mesure du chemin qu’ils ont parcouru depuis qu’ils se sont engagés dans l’aventure de la musique. Ici, je me rends compte que les parents qui viennent écouter jouer leur propre enfant sont tout aussi attentifs aux progrès que font les autres enfants !

Ces concerts, cest votre forme de présence ici ?
Pas seulement. Nous avons aussi instauré un concours annuel d’instruments non homologués. Les jeunes y participent, mais aussi des vieux. L’instrument vedette du concours de l’an passé – une monumentale contrebasse dont la caisse de résonnance est constituée d’un très grand bac en plastique comme il s’en trouve dans les déchetteries – a d’ailleurs été élaboré par une équipe « tous âges ».

Tout ça pourrait aussi bien se faire ailleurs, non ? La preuve, cest que dans votre école en ville, ça bouge…
Oui sans doute. La différence, c’est qu’ici ça va de soi. Les gens qui ont voulu venir habiter dans cette bourgade sont sensiblement plus ouverts que la moyenne. ça aide, croyez-moi ! Bien plus qu’on ne pourrait le penser. Le fonctionnement ordinaire ne cesse de placer des embûches sur le chemin. On s’y habitue. Et la médiocrité s’installe, que l’on ne conteste même plus, estimant que c’est peine perdue…

*

R. amateur de mots croisés

Dès mon arrivée, j’ai constaté que je n’étais pas le seul mordu de mots croisés, ici. Je me suis lancé, et j’ai interrogé à peu près tout le monde pour savoir qui avait ce même goût. J’ai été surpris de constater qu’il y en avait pas mal. Et j’ai aussi constaté – c’est d’ailleurs ce que j’espérais – que pas mal d’autres voulaient s’y mettre mais ne s’en sentaient pas capables. Je parle ici surtout des plus vieux, à qui les médias font amplement savoir que l’entretien de la mémoire constitue un bon frein au vieillissement. Avec trois autres résidents mordus, nous nous sommes demandés quoi faire. Et ça a commencé tout simplement : nous nous sommes procurés un scanner afin de copier, à l’état vierge, toute grille qui nous passait sous les yeux. Tout le monde sait que, lorsqu’une grille a été remplie, elle n’est ordinairement plus bonne qu’à être jetée. Nous avons décrété qu’il en irait différemment ici : nous avons réuni une belle collection de grilles vierges, classées plus ou moins par niveau, disponibles pour qui veut : celui qui compte en remplir une, en prend une copie. Et nous avons poursuivi en organisant des séances à deux ou à plusieurs, sous la forme d’un jeu de société : « à toi ! » – « Je prends le ‘5 – raccourcir’ et je tente ‘abréger’ » – « à moi : ‘C – pas dans la maison d’un pendu’  : ‘corde », etc. Chaque mot correct donne des points, chaque mot erroné en enlève, ce qui oblige à mémoriser les ‘coups‘.

Cest réservé aux habitants du bourg ?
Pas du tout ! Bien au contraire. Il nous arrive de faire connaître notre initiative ailleurs et, du coup, il vient des cruciverbistes de la région. Ici, ce mélange est très bien vu, car beaucoup d’habitants du bourg ont la hantise d’une collectivité fermée sur elle-même. Nous n’en sommes pas encore à des tournois avec les villages voisins, mais l’idée a commencé à faire son chemin…

 *

V. est connu de tous dans le village, même s’il est récemment arrivé.

Vous nous avez été présenté comme « le récup’chef ».
Chef, je ne sais pas, mais récupérateur, oui ! Je dois avoir ça dans le sang.

Vous récupérez au sein du village ?
Oui un peu, mais surtout à l’extérieur. Tant qu’on ne l’a pas constaté par soi-même, on ne peut pas s’imaginer tout ce qu’il est possible de se procurer gratuitement. Et comme il y en a vraiment beaucoup, je cherchais des gens avec qui partager cette manne ; mais il y a beaucoup de réticences chez le pékin ordinaire. Ici, par contre, ça marche : je puis distribuer ces richesses.

Concrètement, quest-ce que vous récupérez ?
Il y a deux catégories : ce qu’on me demande de chercher et ce qui se présente spontanément. Par exemple, vous avez besoin de shampooing pour dans une semaine, eh bien je vais vous le procurer. Tout simplement parce que je connais des employés de l’hôtellerie qui en récupèrent dans les poubelles. Je passe les voir : « T’aurais pas quelques shampooing ? ». Bien sûr, si vous me demandez un truc très pointu, je ne peux rien vous garantir.
Et la deuxième catégorie, c’est-ce qu’on trouve sans grand effort. Il y a quelques jours, je me suis procuré une palette entière de petits biscuits comme on en sert avec le café. Il s’agissait de restes d’une réception donnée par une firme pharmaceutique à l‘intention de médecins, si j‘ai bien compris. Bien sûr, faut appartenir à quelques réseaux pour que l’information vienne jusqu’à vous. J’ai mis quelques années avant de devenir vraiment performant.

Et vous ramenez vos trouvailles ici ?
Bien sûr ! Le village est un peu ma famille, donc c’est lui que je soigne en tout premier lieu. La forme de distribution que je préfère est celle-ci : un soir, on organise un tirage au sort. Les présents inscrivent leur nom sur de petits bouts de bristol – récupéré, lui aussi, bien sûr – et, au fur et à mesure de la présentation des articles à distribuer, une main enfantine tire un nom au hasard. Il va de soi que si un chauve reçoit un peigne, ça déride l’assistance… En général, en deuxième étape, les articles changent vite de main : ça donne et ça reçoit à tour de bras ! Et il y a très peu de rebut. Le tirage au sort n’est là que pour répartir temporairement le matériel.

Vous pourriez vous contenter de déposer vos richesses, en invitant qui veut à venir en prendre ? Moins compliqué et peut-être aussi efficace, non ?
C’est justement ce que je veux éviter. Pour plusieurs raisons dont la première est que ces rassemblements distributifs sont des moments où apparaît une part du symbole autour duquel nous avons choisi de venir habiter ici.

Ici même, ce ne sont pas des palettes de biscuits que vous récupérez, je suppose ?
Non, ici, les habitants se débarrassent de ce dont ils n’ont plus l’usage, par exemple. C’est donc surtout de la « seconde main » , alors que de l‘extérieur il vient surtout du neuf. Mais les articles usagés entrent dans le même circuit que le neuf : tirage au sort, puis nouvelle circulation jusqu’au destinataire final. Il a existé dans le village un Système d’échange local, un Sel, qui fut très florissant. Et il y a encore des personnes qui échangent selon ce principe, d‘ailleurs. Mais la gratuité absolue, l’absence de comptabilisation centralisée, et le côté festif des séances que je vous ai décrites ont constitué une sérieuse concurrence pour le Sel. C’est vrai qu’au cours des séances que j’organise, il ne circule que des biens matériels. Je crois que si le Sel se maintient, c’est surtout pour les échanges de biens immatériels. Faudrait p’t’êtr’ que j’aille leur rendre visite un de ces jours.

Et, dites-moi, tous les villageois participent à vos séances ?

Non, il y a des réfractaires, qui ne sont pas entièrement convaincus paraît-il, que l’origine des produits soit absolument honnête. Et il y a ceux que ça n’intéresse pas. Le gros des bénéficiaires provient d’un quart ou un tiers de la population : certains d’entre eux ne manqueraient pas une séance !

*

Vers le bas du village, la baraque où se font les émissions de la tv locale.
G. en a été l’initiateur.

Est-il besoin dune tv locale dans un village comme celui-ci ?
Je suis d’accord, ce n’est pas absolument indispensable. J’ajoute même que ça risque à tout moment de ne plus avoir de sens, si l’on n’y fait pas assez attention.

Mais alors, pourquoi ?
Oh, ce n’est pas d’abord pour faire circuler l’information locale ! Cette information doit circuler, à mon avis, par des tas de moyens très différenciés. Et il s’en invente tous les jours, d’ailleurs. Si nous nous avisions de nous substituer à ces moyens, ce serait dramatique. Un media, c’est quelque chose qui « se met entre », et qui peut donc tout fausser. Quand nous avons pu faire exister cette TV, ça a été pour faire par ce moyen ce qu’aucun autre moyen de permettrait de faire aussi bien.

Quoi, par exemple ?
Eh bien, par exemple, le groupe qui cherche à voir clair en ce moment dans la « filière poulet » ramène de ses explorations des documents filmés. L’annonce de la rencontre qui aura lieu sur la question dans quelques jours propose aux futurs participants de regarder à l’avance un montage de ces documents, visible à la demande dans l’internet. D’une part, ça permet de gagner du temps au cours de la rencontre. Mais surtout ça permet une pluralité d’expressions : nous exposons sur notre site un montage différent – il est notamment plus bref – de celui qu’expose de son côté l’un des animateurs de ce groupe sur son propre site. Nous assumons notre rôle de semi-professionnels de l’information, et favorisons en même temps l’existence d’autres expressions. Nous refusons d‘être « la voix de son maître » que sont aujourd’hui les médias, et nous expérimentons ce que peut bien être une Tv dans un autre système que celui-là. à toute petite échelle, bien sûr, mais cette échelle-là vaut aussi le coup. Par exemple, la charte de notre Tv stipule qu’aucune production émanant, directement ou non, du gouvernement du village ne peut y trouver place.

Vous vous définissez comme un laboratoire ?
Le mot ne nous fait pas peur. La contribution que nous faisons au village se cherche d’ailleurs en permanence. Et nous sommes prêts à tout arrêter du jour au lendemain si les symptômes d’une Tv ordinaire venaient à se manifester dans notre pratique. Nous avançons à tâtons…

On nous a parlé dun grand chantier qui devrait vous occuper pas mal de temps
Oui, il y a un travail de fond que mène une petite équipe. C’est parti de l’expression « l’enfer, c’est les autres ». Ici, chacun sait bien qu’il n’ « aime » pas tout le monde, ce serait trop beau. La taille du village permet pourtant à chacun de co-exister avec tout le monde, contrairement à ce qui se passe dans une communauté restreinte où les frictions sont courantes entre des personnes qui n’ont pas de solution pour s’éviter. J’en sais quelque chose, pour avoir antérieurement expérimenté plus d’une communauté de petite taille ! L’ambition de cette petite équipe est de produire, à partir des vécus très différents de gens d’ici – des vécus d‘avant, mais aussi des vécus de maintenant -, une contribution utile à la réflexion sur ce sujet. Actuellement, ils s’activent à partir de ce passage du roman « Relations d’incertitude » d’Elisa Brune et Edgar Gunzig.

G. indique, affiché au mur en grands caractères :

« On ne comprend jamais ceux qu’on aime. Leurs sentiments, leurs intentions, restent toujours des poissons des grandes profondeurs. Alors que pour chacun, son propre ressenti est évident comme la terre au soleil. Chacun sait quand il souffre, désire, manque d’autrui. Ce qu’on ne comprend pas, ce sont les autres. »

Il ne s’agit donc plus de savoir si on peut aimer tout le monde, mais si l’on peut même comprendre ceux qu’on aime.

Mais pourquoi la TV se mêle-t-elle de ce genre de préoccupations ? ça peut faire l’objet dun livre, mais à la TV ?
Tout simplement parce que cette élaboration pas à pas non seulement ambitionne de partir de situations réelles vécues ici, et dont les protagonistes acceptent de témoigner, mais a pour objectif de devenir un outil de réflexion accessible à tous.

Vous voulez dire « à tous les habitants du village » ?
Dans l’esprit de ses initiateurs, c’est un travail qui pourra se diffuser très largement. Mais, pour ma part, j’estime que même si ça se limite à aider le village à progresser sur ce qui a justifié sa création – les relations entre les gens – ce serait déjà pas mal !

Une Tv-miroir ?
C’est un peu ça, oui. Mais pas question de nous limiter à la surface des choses. S’il faut une formule, « Tv-activateur » me conviendrait mieux.

Tout de même, pourquoi appeler çà TV ? Si je comprends bien, vous êtes un atelier video qui diffuse ses productions via linternet, mais une TV ?
Au tout départ, nous avons beaucoup réfléchi à l’appellation. Et si nous avons décidé que nous sommes une TV et pas un atelier video, c’est parce que nous estimons qu’une TV citoyenne doit avoir le rôle que nous jouons : être un activateur de la vie publique. En l’occurrence, ici, un activateur de la vie publique locale.

Et auparavant ? Avant de venir habiter ici ?
Auparavant, j’avais acquis de l’expérience dans l’audiovisuel coopératif. Dans la ville où j’habitais, de plus en plus de gens filmaient en video et nous avions évalué à 1% la proportion d’entre eux qui allaient jusqu’à les monter. Bien évidemment, ces bouts de video ne quittaient donc jamais le cercle de la famille ou des amis. La « démocratisation » des outils audio-visuels n’avait donc guère permis la prise de parole dans l’espace public. à quelques-uns, des professionnels et des amateurs, disons ‘avancés’, nous avons décidé de consacrer du temps à donner un coup de main à des personnes qui s’engageraient dans des projets d’une certaine importance. Ainsi une sorte d’école populaire de video vit le jour. Nous avons pu assister à des progressions fulgurantes : ça commençait par une scène en trois plans, ou un plan-séquence, et un an plus tard, c’était devenu un beau document.

Et ici, vous avez repris cette démarche aussi ?
Non, pas exactement. L’accent est mis sur ce que je vous ai décrit comme « la Tv locale ». Mais, à côté de ça, l’expérience antérieure se poursuit néanmoins d’une autre manière. Diffuser un film dans l’internet, c’est devenu aisé. Mais ça se diffuse surtout dans sa propre tribu qu’est l’espace linguistique auquel on appartient. Je mets de côté bien sûr les films muets présentant les facéties d’animaux qui n’ont pas besoin de sous-titrage pour être vus sur l’ensemble de la planète. Le frein à la diffusion des autres films vient de la difficulté de sous-titrer. Il faut disposer d’un outillage technique pour ça. Or cet outillage devient accessible. Nous avons donc décidé d’aider des personnes – qu’elles soient du village ou non – à se servir de cet outillage. Du coup, les offres et demandes de traduction peuvent aboutir à des réalisations concrètes. Nus constatons déjà des phénomènes s’apparentant à des jumelages. Récemment, des personnes d’un village voisin sont allés rencontrer, à Bali, des personnes qui avaient fourni un sous-titrage en indonésien à leur réalisation, initialement produite en français. Ce genre de démarche nous semble très nettement plus intéressant que ce que proposent les, comme on dit, « médias sociaux » comme Facebook, Mediapart, etc.

*

Visite à l’atelier « vélos » collectif, très spacieux..

Nous sommes trois à consacrer à peu près un quart de notre temps à gérer le parc des vélos et leur utilisation. Disons que ça représente à peu près un temps complet, au sens de la législation du travail.

En tant que gouverneurs ?
Non-non, les gouverneurs ne gèrent pas. Nous ne sommes pas dans une économie administrée, ici ! Les gouverneurs peuvent être saisis – ou se saisir – de problèmes qu’on leur demande de résoudre, mais ils n’ont aucune compétence particulière qui leur permette de gérer. Moi, dans le pays d’où je viens, j’avais déjà une belle réputation en ce qui concerne l’entretien des vélos.

Cest donc vous qui « gérez » ?
Oui. ça veut dire par exemple que, comme vous pouvez le voir dans ce bâtiment, nous avons la charge de l’entretien des vélos.

Ces vélos sont collectifs ?
Oui, c’est l’une des contraintes auxquelles nous devons tous nous soumettre : pas de propriété privée des moyens de circulation. Au fur et à mesure des besoins, les vélos sont achetés par nous trois, ou par d’autres à qui nous confions cette tâche : par exemple, quelqu’un sachant bien négocier les achats accompagne souvent l’un d’entre nous, et c’est lui qui conclut l’affaire avec le vendeur. Tous les vélos sont d’occasion, c’est un principe qu’avait édicté le gouvernement dès le départ, et ça n’a pas été remis en cause. Notre tâche consiste à les rendre en permanence « comme neufs » !

Et si je voulais venir vivre ici en continuant dutiliser mon propre vélo ?
Cela voudrait dire que vous n’acceptez pas l’une des rares règles qui manifestent que tout habitant accepte, en venant d’ici, de se mettre un peu en dépendance des autres. Le vélo a ici valeur de symbole. Mais vous trouverez peut-être un autre village où la marque de la dépendance portera sur un autre point, et qui vous conviendra…

Donc, vous achetez et vous entretenez ces vélos.
Pas seulement ! Le parc comporte présentement 93 vélos en état. Des vélos pour gosses, des vélos pour ’dames’ comme on dit, des vélos de ville pour hommes, et aussi des vélos tous-terrains, et puis plusieurs vélos de transport, des triporteurs pour les charges lourdes, comme celui que vous apercevez là-bas, par exemple, ainsi que des vélos-pousses – vous en avez certainement aperçu en vous promenant – pour notre réseau de transport en commun. Notre tâche consiste entre autres choses, par exemple, à vérifier que leur disponibilité au quotidien correspond aux aspirations et aux besoins des gens. S’il y a un petit problème, nous essayons de le résoudre ; mais si le problème est plus grave : hop ! il est transmis au gouvernement. Celui-ci va sans doute nous consulter, mais c’est lui qui décidera.

Il décidera quoi par exemple ?
Un exemple : si ceux du haut du village se plaignent de manquer trop souvent de vélos près de chez eux parce que ceux-ci ont tendance à stagner vers le bas, il faut revoir la situation. Peut-être s’avérera-t-il que le nombre total des vélos est insuffisant et qu’il faut s‘en procurer d‘autres ? Ou peut-être la situation sera-t-elle juste exposée dans un dazibao par le/les gouverneur/s en charge de ce problème , et la situation se réglera-t-elle d’elle-même par la suite…

Il ny a pas dengins à moteur dans tout le village ?

Si. Il y a chaque année une vieille voiture à l’occasion de la fête du village. Une relique du temps passé… Un peu de carburant est versé cérémonieusement dans le réservoir, puis démarrage, puis un tour du village avec à son bord un ou une gouverneur tiré/e au sort, qui joue le rôle d’une personne de pouvoir qu‘elle choisit. L’an passé, la voiture était une Panhard qui avait un peu pris l’allure d’une « papamobile ». Et en fin de journée, il est d’usage que la voiture soit compactée « à la César ». Elle reste ainsi exposée une semaine ou deux avant d’être envoyée au rebut. Nous, les « vélos » – comme on nous appelle -,  nous ne nous mêlons pas de ça. La voiture dispose de son propre garage et de ses bichonneurs qui sont, eux, des bénévoles.

à la différence de vous, qui êtes tous les trois salariés ?
Oui. Nous trois, nous sommes salariés. Il y a en outre des personnes qui viennent bricoler avec nous, des vieux, des jeunes. ça fait partie de notre job de permettre à d’autres de se faire la main.

Et qui vous paie ?
Nous sommes payés par l’impôt local, et nous nous conformons à la réglementation du travail dans ce pays. Vous savez sans doute que le village rémunère des personnes pour des tâches diverses : à l’heure actuelle, je crois que nous sommes une trentaine dans ce cas, tous payés au même tarif horaire, d’ailleurs, c’est-à-dire au smic. Ce nombre a beaucoup varié d’une année à l’autre.

Question peut-être indiscrète : Vous avez perdu des revenus en venant travailler dans le village ?
Moi, non, mais je sais que mon autre collègue « vélo », oui, a fait le choix de ne plus gagner que la moitié de son salaire antérieur. Et ça lui convient !

Et ce choix du temps partiel ?

En réalité, je travaille à temps plein pour le village. En plus de mon job « vélo », j’ai la charge avec quatre autres personnes de l’entretien et du nettoyage des espaces publics. Et du taf, y en a je peux vous dire ! Mais c’est le vélo que je préfère ! ça ne m‘empêche pas de le partager avec d’autres. Quand la fonction a été créée, au début de l’époque dite « des 400 », j’étais le seul dans le job : j‘ai même été recruté à cause de ma compétence dans ce domaine. Mais petit à petit, plutôt que d’augmenter mon temps dans cette fonction, j’ai accepté – ça n’a pas été commode au départ – de la partager avec un autre, puis avec un troisième, qui est une troisième, d’ailleurs : L. Vous devriez parler avec elle, vous allez voir, elle n’est pas banale…

*

Le village n’est pas si grand : nous voici en compagnie de L.

Vous êtes donc « la troisième vélo »

Oui, certes, la « troisième vélo », puisque vous le dites ! Mais ça ne m’empêche pas d’être la première Va-Lisette, na !

Cest-à-dire ?
C’est-à-dire que je m’occupe aussi des valises et que, vu mon prénom Lise, je me suis vite fait appeler Lisette. Vous me suivez ?

Vous « vous occupez des valises » ? Cest quoi ?

Ici, « Valisette », c’est moi ! Demandez où est « Valisette »  et on vous dira où me trouver… Pourquoi ? Eh bien, parce que je suis une emmerdeuse, et bien connue comme telle…

Mais « soccuper des valises », cest quoi ?
Je vous explique. J’ai beaucoup trimé comme femme de ménage. J’en ai vu, des maisons. J’en ai vu des bonnes femmes comme ci, et des bonnes femmes comme ça ! Eh bien, ce que ne savent pas beaucoup de bonnes femmes, c’est qu’une femme de ménage, aussi mal payée soit-elle, reste une femme comme elles. Inférieure, OK. Mal payée, OK. Mais, mais, mais, douée d’au moins autant de jugeote qu’elles !
ça va, vous me suivez ? vous inquiétez pas, je vais répondre à votre question.
S’occuper des valises eh bien, c’est s’occuper de tout ce qui est superflu. Par exemple, chez ces bonnes femmes.

Ici, vous vous occupez du superflu, cest ça ?
Non, excusez-moi, mais si on prenait ce problème-là à bras le corps y aurait tellement à, faire ! Je m’occupe d’un truc simple, archi simple, qui, lui, est superflu, vu qu’il encombre les greniers et les caves où on me demandait régulièrement de faire la poussière : le tas de valises. Vous avez des valises chez vous ?

Oui, j’en ai. Enfin, non, mes valises sont ici, avec moi.
Eh bien, cest la plaie, ce truc-là ! Vous vous en servez tous les combien de temps ?
Je voyage pas mal, vous savez !
Et vous « avez » une femme de ménage ?
Non.
Tant mieux pour elle ! Quest-ce quon disait, déjà ?

« Soccuper des valises », cest quoi ?
Eh bien, je m’occupe des valises d’un peu tout le monde, quoi !

Cest pas clair pour moi.
En résumé il y a beaucoup moins de valises ici que n’en auraient les mêmes habitants s’ils n’étaient pas ici. Je me suis fait confier le stock de valises de ceux qui voulaient bien se débarrasser de ces choses qui ne servent qu’occasionnellement, et mon rôle c’est d’entretenir ce stock. Voilà !

Tous ont donc abandonné leurs propres valises comme ils ont abandonné leurs propres vélos ?
Non. Pour les vélos, c’est obligatoire, mais ça, c’est tout à fait exceptionnel. Rien de tel pour les valises. Pourtant, je constate une progression du nombre de ceux qui me confient les leurs.

Cest vous qui avez créé lemploi ?
Mais c’est pas un emploi, comme vous dites ! Pourquoi vous utilisez ce mot-là ? Mais bon, vous faires comme vous voulez !
Oui, avant moi, ça n’existait pas. Cette idée d’un stock commun de valises me tarabustait depuis longtemps. Dès que j’ai entendu parler de ce village, je me suis dit : pourquoi pas là ? J’y suis venue une première fois à l’occasion d’une « porte ouverte ». Mais je suis repartie en me disant « De quoi tu te mêles ? C’est pas pour toi, ces trucs-là ! ».

Et puis ?
Et puis, ça me tournait tellement dans la tête – vous allez me dire que c’est stupide, non ? -, et puis, eh bien, je suis revenue à la charge. J’ai dû faire impression, car on m’a demandé quand je voulais venir m’installer. J’ai répondu ‘demain’ !

Et vous êtes là depuis  demain ?
Tout à fait !

Et vous vous occupez des valises ?
Oui, depuis ce jour-là, je m’occupe des valises. C’est devenu comme une mission, pour moi. Je ne pourrais pas vous dire pourquoi je le fais, mais je me découvre passionnée par ça. Je suis dans mon élément. Enfin, à 54 ans, dans mon élément !

Et si lactivité croît, accepterez-vous que quelquun dautre vienne faire équipe avec vous ?
Ce sera difficile, je crois. Je me connais. Mais bon, on verra…

*

Une femme de ménage pas ordinaire

Je suis venue ici pour prendre du recul. J’ai présenté ma candidature comme potentielle femme de ménage, ou auxiliaire de vie, selon ce qui se présenterait. Je n’ai pas d’attrait particulier pour les vieux en fin de vie, mais je me suis dit « pourquoi pas ? ». Et c’est comme femme de ménage que j’ai commencé à faire mon trou dans la bourgade. Pour la suite, on verra. Mon employeur, une association, fait le lien entre offres et demandes, et c’est aussi elle qui m’emploie. Moi, je me contente de trimer : une fois chez l’un, une fois chez l’autre. Je n’ai pour le moment que trois clients chez qui je fais quelques heures chaque semaine. Pour le reste, c’est au coup par coup. C’est une bonne façon de faire connaissance, je trouve.

Lassociation emploie dautres personnes que vous ?

Oui, nous sommes trois. Mais, au travail, nous sommes toujours isolées. J’espère que ça sera différent bientôt : je viens d’ »adopter » une jeune femme qui est en train de perdre la vue, mais qui pourrait tout à fait me seconder dans cette activité.

Et auparavant ?

Auparavant, c’était tout autre chose ! J’étais prof de philo dans un lycée de banlieue.

Et ça ne vous a plus plu ?
C’est surtout moi qui ne me suis plus plue !

Cest-à-dire ?
En tant que philosophe, j’ai commencé à me poser de plus en plus sérieusement la question « Comment en sommes-nous venus à tomber aussi bas ? ». Je me suis rendu compte que je ne pourrais être d’aucune utilité pour mes élèves tant que je n’aurais pas vu clair dans cette question.

« Tombés aussi bas », que voulez-vous dire ?
Je veux dire que si le mot « humain » a un sens, nous nous sommes complaisamment laissés déshumaniser.

Vous ne parlez donc pas des statuts sociaux comparés dune prof de philo et dune femme de ménage ?
Bien sûr que non ! Je parle de ce que nous expérimentons à l’échelle de la société tout entière. De la machinerie qui nous broie presque tous, qui réduit progressivement nos libertés, qui nous piège par de la soupe-propagande bien masquée, et qui va jusqu’à nous empêcher de voir clair dans ce que nous vivons. Je préfère dire machination plutôt que machinerie, d’ailleurs. Eh bien, figurez-vius que moi-même, rompue à la réflexion philosophique, je suis aussi démunie que tout un chacun. Enseigner la philo m’était devenu impossible, certes, mais c’est surtout mon échec personnel à comprendre que je veux élucider en prenant du recul.

Un coup de balai ?
Oui. Et j’ai pensé qu’un environnement comme celui-ci m’y aiderait. Non seulement m’aiderait à changer d’activité sans que ça me coûte trop, mais aussi et surtout à y voir plus clair.

Et, résultat ?

Résultat, je me suis décidée à écrire un livre. J’y dépeins ma propre progression dans l’élucidation : les éclairages que je retiens après mûre réflexion, mais aussi la difficulté personnelle que j’éprouve à sortir de cette gangue où je me suis laissée engluer au fil des ans. Figurez-vous que, jeune agrégée de philo, j’ai été à deux doigts d’entrer dans un parti maoïste ! à la lumière de ma propre expérience, je n’ai donc aucune difficulté à admettre combien l’aveuglement nous guette tous…

Par exemple ?
Ayant tourné le dos au maoïsme, je suis restée une militante. Une battante, même, dans ce domaine. En militant, j’estimais pouvoir me regarder dans la glace sans honte. Le monde allait mal, certes, mais je faisais ce que je pouvais pour y remédier, estimais-je. Allez plus loin eût été outrepasser mes forces. Il me semblait que le vrai problème était « tous ces gens qui ne se rendent pas compte, ou qui s’accommodent, etc., et qui donc huilent la machine. ». Et j’ai brusquement pris conscience que, moi aussi, je m’accommodais. D’une autre manière, mais tout autant et même plus que ceux que je regardais de si haut ! Au fond, je n’avais jamais remis en cause l’asservissement au productivisme, au développement et tout ça. Je me positionnais contre le capitalisme, mais pas contre le modèle dont il n’est que l’une des formes. Ce n’est qu’à partir du moment où l’on a commencé à évoquer le « développement durable » que – tilt ! – une petite lumière a commencé à se faire dans ma petite cervelle.

Vous n’êtes pas pour le développement durable ?
J’ai découvert que la machination y avait trouvé un nouveau carburant pour se perpétuer. Pas seulement le capitalisme, j’insiste, mais cet esclavage déguisé en liberté dont il fait son miel. Je sais maintenant que je ne militerai plus jamais pour un socialisme irréfléchi, aussi humanisé soit-il pour faire passer la pilule.

Et, de ce point de vue, ici, vous faites quoi ? Vous ne militez plus, donc, je suppose.
En ce moment, j’essaie encore de comprendre l’ampleur des dégâts. J’ai besoin d’en prendre la dimension. Et pour ça, je lis. Des choses que je ne me serais jamais abaissée à lire auparavant. En ce moment, par exemple, je lis Bernanos. Jusqu’ici, j’avais estimé que les problématiques de cet écrivain ne présentaient aucun intérêt pour moi. Il a fallu que je sorte de mon bunker idéologique pour trouver la voie de cet écrivain. Vous imaginez : une nana d’extrême gauche qui se met à lire Bernanos ? Mes anciens camarades, s’ils le savaient, se poseraient des questions sur ma santé mentale ! Je vous recommande la lecture de « La liberté pour quoi faire ? » ou « La France contre les robots » par exemple. Vous savez, on n’en sort pas indemne : on se sent vraiment con ! Je ne parle pas de l’intégralité de ces bouquins – il y a pas mal de pages dont je me contrefiche ! Ces livres sont des mises en garde de tout premier ordre, formulées il y a plus de cinquante ans. Quel est cet aveuglement qui m’a fait, malgré ma formation d’agrégée de philo, préférer le combat politique au combat civilisationnel ? Ce faisant, je contribuais à mon échelle à laisser s’instaurer la machinerie dont je ne contestais guère que la forme extérieure. Lisez aussi « L’abondance à quoi bon ? » de David Riesman, tenez ! Années soixante. Et, de Bernanos pour y revenir, si vous n’avez rien contre la bonne littérature, lisez aussi « La nouvelle histoire de Mouchette ». Je me sens un peu comme cette Mouchette : tout à fait certaine, et tout à fait empêchée.

Mais, aujourdhui, une nouvelle militance se préoccupe de décroissance, de solidarité et d’équité dans les échanges : nest-ce pas là un combat civilisationnel au sens où vous lentendez ?
Je sais, je suis au courant. Mais je ne veux pas me bercer de l’idée que ces gens-là seraient plus perspicaces que nous ne l’avons été. Il faut, aujourd’hui comme hier, une très grande lucidité pour déjouer les leurres qui se présentent. C’est là que je m’interroge. Je me demande si la partie n’est pas déjà jouée, les gens d’en face ayant acquis une puissance jamais égalée et à peine imaginable. Renouer avec la nature pour renouer avec la nature, par exemple, me semble un objectif loin d’être à la hauteur des enjeux. Dans le passé, les adeptes de cultes à la Nature l’appelaient volontiers « la salope », il est temps qu’on s’en rappelle !

Et que vous apporte, dans la démarche qui est la vôtre, le fait dappartenir à ce village ?
D’abord, de l’air : j’ai un intense besoin de respirer. Ensuite, des relations au quotidien qui ressemblent à ce que je crois être la pratique normale d’une vie en société. Pas tout rose, certes, mais à l’opposé de cette existence globalement destructrice que l’on nous vend prête à consommer. Je me sens, y compris intellectuellement, infiniment plus libre que dans ma vie antérieure. Et, même si je n’ai pas encore une vue globale du village, je me sens en état d’y refaire surface grâce à la diversité – et à la bonté, il faut le dire – des personnes qui m’entourent. Même si je ne fais aucun pari sur mon avenir personnel, l’une de mes hypothèses serait de « vieillir pas con » comme ça se chante ici, et de mourir à cet endroit.

Ny a-t-il pas un petit air de défaite dans vos propos ?
Je ne le pense pas. Est-ce une défaite que de regarder plus lucidement comment, tant dans mon enseignement que dans ma pratique militante, je participais malgré moi à entretenir ce monde d’arnaqueurs, d’affameurs, de tueurs ? Est-ce une défaite que de se convaincre qu’on ne peut pas continuer comme ça ? Est-ce une défaite que de rechercher une autre voie ? Je ne le pense pas. Oui, je suis critique sur la manière dont même une prof de philo, qui dispose pourtant de tout l’attirail préventif de la pensée développée par les humains depuis qu’ils existent peut se laisser berner, tant par l’institution qu’elle sert que par le parti qu’elle cherche à développer. Oui, ma présence ici – je me félicite vraiment d’y avoir été recrutée – représente pour moi un nouveau départ. La défaite c’eût été, ce me semble, de ne pas l’envisager, ce nouveau départ !

Ce qui est troublant, dans vos propos, cest que vous mettez au même plan votre ancienne activité professionnelle et la vie militante qui a été la vôtre
ça a été troublant pour moi aussi de le découvrir, je vous l’assure ! Mais voilà… Bernanos : « On ne comprend absolument rien à la civilisation moderne si l’on n’admet pas d’abord qu’elle est une conspiration universelle contre toute espèce de vie intérieure. Hélas ! la liberté n’est pourtant qu’en vous, imbéciles ! ». Je dois avouer que même une prof de philo peut éluder durant des années la question de savoir ce qui a de l’importance dans sa vie, ce qui donne lui un sens ! J’étais toujours tellement occupée…

Ici, vous aidez des lycéens à arpenter les territoires de la philosophie ?
Que nenni ! Je me suis donnée dix ans d’abstinence ! Ma propre parole est complètement dévaluée à mes yeux. J’ignore ce qu’il en sera, une fois ces dix ans écoulés. De plus, vous savez à quoi me fait penser l’enseignement de la philo au lycée ? Au catéchisme.

Vous estimez impossible denseigner la philo autrement que comme un catéchisme ?
Comprenez-moi bien : je compare l’enseignement de la philo aux adolescents à l’enseignement du catéchisme aux enfants. Dans les deux cas, le risque est grand que le rite d’initiation accompli – la communion pour le gosse, le bac pour le jeune – ils s’empressent de jeter tout ça aux orties ! Vous trouvez, vous, que le doublement de la durée moyenne des études a entraîné un doublement de la sagesse dans la société ? Ce prétendu affranchissement tant vanté est un leurre. J’ai souvent parlé avec d’anciens élèves, devenus étudiants à l’université : pour nombre d’entre eux, la qualité de la formation qu’ils reçoivent est tout à fait secondaire, ce qu’ils veulent c’est la carte verte d’accès au supposé mirifique royaume des diplômés. On ne peut pas continuer comme ça !

Et pourtant, pas dactivité politique au sein du village, je suppose ?
Au sens que je donnais à ce mot, bien sûr que non ! Oui, je constate que bien des habitants sont en manque de repères politiques, et alors ? Les biscuits que je pourrais leur fournir sont frelatés. Vous savez, quand, avides de communauté, nous allions dans les entreprises en grève, c’était « pour la convergence des luttes » comme le disait notre vulgate. Mais pourquoi évitions-nous de nous solidariser pour de bon avec ces travailleurs que nous prétendions aimer ? Nous allions sur place quelques jours, ou quelques semaines, au maximum quelques mois, espérant pêcher un militant ou deux de plus pour notre organisation et, la fois suivante, nous nous solidarisions avec d’autres « travailleurs en lutte ». Mon choix, en posant ma candidature pour venir ici, ça a été de chercher à me solidariser dans la durée avec des gens dont je partage la commune humanité. Sans intention cachée. La « convergence » est incertaine, mais il y a quelque chance qu’elle ait lieu, et qu’elle ne se limite pas à ce « politique »-là. Je verrai bien ! Notez bien que je reste partante pour aller soutenir des mouvements sociaux réellement anticapitalistes, et même y emmener des gens d’ici. Mais pas dans les mêmes dispositions qu’auparavant !

Il doit bien y avoir quelques militants politiques ici, non ?
Oui. Surtout de gauche, bien sûr… J’espère que les diverses tendances représentées profitent d’être voisins pour se parler sans se mépriser. Pour ma part, je n’engage jamais d’échanges sur ce sujet.

Tout de même, la critique radicale que vous portez à linstitution denseignement
ça aussi, c’est quelque chose que j’ai mis du temps à m’avouer ! J’y baignais dans une deuxième vulgate ! L’émancipation par l’enseignement, tu parles ! Cette institution recèle et entretient un problème civilisationnel majeur. Et elle est irréformable ! Tous ces jeunes pour qui elle n’a pas de sens, et qui pourrissent en son sein… C’est lamentable ! Cerise sur le gâteau, mon organisation syndicale revendiquait un supplément de scolarité obligatoire de deux ans! Mais, bon sang, celui à qui ça convient poursuivra sa scolarité au-delà de 18 ans sans qu’il soit besoin de l’y pousser par une loi ! Quant à celui qui y dépérit déjà, cet allongement équivaudrait à de l’acharnement sadique !

Vous voici femme de ménage
Ce n’est pas une vocation en soi ! Je doute d’ailleurs qu’aucune femme de ménage vive sa condition comme une vocation… Mais c’est sur ce type d’emploi que j’ai postulé pour être ici – pas comme prof de philo, surtout pas – et pas comme militante politique non plus, vous imaginez bien. Alors, j’exécute mon contrat, celui qui me permet d’expérimenter ce que j’appelle un « pays virtuel ».

Vous avez aussi parlé dune personne que vous avez « adoptée ».
L’adoption, ici, n’a pas le sens habituel. L’une des raisons d’être du village est de recevoir des personnes en difficulté. Avec deux principes comme « générosité » et « hospitalité », ça va de soi. Mais ce n’est pas le village en tant que tel qui reçoit : c’est aux habitants d’en faire leur affaire. Et c’est ainsi que, en accord avec sa famille, j’ai « adopté » R. Non seulement elle est en train de devenir progressivement aveugle, mais elle a toujours eu beaucoup de mal à se situer dans l’existence. Désormais, elle habite chez moi, mais je ne suis pas sa tutrice pour autant. En fait, j’épaule sa tutrice, je la seconde.

Laquelle habite aussi au village ?
Non, elle vit à deux cents kilomètres d’ici, dans la ville où j’enseignais auparavant.

Vous définiriez donc la communauté qui se vit ici comme un « pays virtuel » ?
Oui, j’ai l’espoir que nous soyons vraiment en train de créer ici un « pays virtuel ». Sans cet espoir, je n’aurais sans doute pas posé ma candidature. Si vous me permettez une image un peu osée : depuis Londres, de Gaulle n’a pas gagné la guerre, mais il avait créé un pays virtuel… Bien sûr, avant ce village, il existait diverses formes de communautés où les gens choisissaient de se regrouper. Pourtant, ce qui est nouveau ici, c’est qu’il s’y mène tout un tas d’expérimentations, certes minuscules, mais  très diverses, très bariolées. Un vivier où d’autres pourront venir puiser, j’espère. à commencer par ceux qui, comme moi, recherchent des circonstances favorables pour se débarrasser de carapaces encombrantes et ainsi reprendre goût à leur propre compagnie.

*

L’un des fondateurs nous guide, à travers le village, jusqu’au quartier où il habite avec sa compagne.

Le quartier où nous habitons, vous le voyez, se présente comme un habitat très groupé : 30 logements autour d’une place. Ils sont tous identiques : une cuisine et une salle au rez-de-chaussée, une grande pièce et toilette à l’étage + cave et grenier.

Lensemble contraste fortement avec le reste du village.
Il a été bâti tout au début de l’aventure, à l’époque où il n’était de toutes façons pas possible d‘envisager un habitat plus lâche : les terrains avoisinants ne sont devenus constructibles qu‘un peu plus tard. Les habitats légers n’ont commencé à apparaître qu’après l’élargissement du village. Au tout départ, nous hésitions entre aménager en logements les bâtiments de l’ancien centre de vacances, ou créer quelque chose de plus adapté. Les coûts estimés étaient à peu près les mêmes. Finalement, nous avons retenu les deux solutions : une aile du bâtiment a été aménagée, et ces 30 logements ont vu le jour. Les logements du grand bâtiment sont conçus pour recevoir des groupes d’une demi-douzaine à une quinzaine de personnes. Ils ont d’abord servi à ceux qui recherchaient ici une vie collective intense. Maintenant, au fur et à mesure qu’il s’en libère, ils servent de premier point de chute aux nouveaux arrivants, qui peuvent ensuite migrer vers un autre habitat s’ils le souhaitent.

Et ce quartier où nous sommes, on le croit conçu selon la forme dune goutte de liquide un peu oblongue.
Ah ! la forme elle-même a fait l’objet d’intenses discussions : rond, carré, ovale, etc. Ce qui plaisait à toutes les personnes concernées : une place centrale. Mais quelle forme lui donner ? Le carré était moins cher. Mais finalement, nous avons opté pour la « poire ». C’est d’ailleurs ainsi qu’est désigné le quartier. Et il a vite été décidé que l’ensemble ne comporterait ni bâti collectif ni même équipement collectif comme des jeux pour les enfants par exemple : rien que des petites maisons entourant une vaste pelouse. Pour se rendre aux locaux à usage collectif il est nécessaire de « sortir », condition pour éviter un fonctionnement en vase clos.

Que toutes les maisons soient identiques nest pas leffet du hasard, je suppose ?
ça a été amplement discuté aussi ! Les partisans d’une très grande diversité ont fini par se ranger aux arguments de ceux qui optaient pour cette unité visuelle qui caractérise la « poire ». L’argument de poids fut celui des coûts : répliquer trente fois un même modèle sur un même chantier est bien sûr moins dispendieux. L’autre argument fut que nous devions travailler dans l’urgence, et que ceux qui avaient d’autres projets pour leur logement trouveraient à les réaliser plus tard, ailleurs. C’est d’ailleurs ce qui s’est passé, puisque nous ne sommes plus, je crois, qu’une première moitié des premiers occupants. Pour ma part, je n’ai aucune envie d’aller ailleurs !

Il existe une grande mobilité au sein du village, je crois ?
Oui, ça va et ça vient. ça vit, quoi ! Il arrive même que ceux qui ont fait construire à titre privé changent de logement. Le principe est que l’environnement global étant inchangé, mais la vie entraînant des modifications quant aux préférences, il est encouragé d’expérimenter diverses manières d’habiter ici. Nous, nous n’avons pas bougé, mais j’en connais qui ont déménagé trois fois en trois ans.

Ce qui frappe, cest quici lentrée principale des maisons se trouve sur la façade extérieure, côté rue, et non du côté de la place.

On dit ici souvent que nous mettons en œuvre un communisme pas mal individualiste. Ce n’est pas faux. Nous avons, en effet, veillé dès le début à assurer une possibilité pour chacun de s’abstraire des contacts au quotidien si c’était son choix. Certains habitants passent de préférence à pied par la place pour se rendre ailleurs dans le village, mais d’autres non : ils passent plutôt par la rue. Côté rue, chaque maison a aussi son petit jardin privé, qui est clos ou non selon les cas.

*

Visite à A., devenu brusquement très dépendant alors que, jusqu’à 87 ans, il était parfaitement autonome.

Je suis venu ici – plus exactement j’ai été recruté ici – après le décès de mon épouse. Nous avions déjà entendu parler du projet, mais elle, elle ne se sentait pas capable de s’adapter. L’idée lui plaisait au moins autant qu’à moi, mais elle avait peur de ne pas être à la hauteur. Avec son accord, j’avais posé ma candidature pour le cas où elle mourrait la première. Je ne me voyais pas garder l’appartement où nous avions vécu pour y demeurer en solitaire. J’ai toujours aimé voir du monde. Et puis, cette expérience m’attirait. Bien sûr, la perspective de devenir dépendant a beaucoup joué. Je n’avais aucune envie de me retrouver à ce moment-là – c’est-à-dire maintenant, en réalité – en maison de retraite. Je n’aurais d’ailleurs pas eu les moyens de payer. Et, garder l’appartement en ne voyant y passer, de toute la journée, que des professionnels de soins et d’aide, je craignais beaucoup de dépérir dans cet environnement. Je suis arrivé ici il y a un an, j’ai eu le temps de faire connaissance avec les gens, avec les divers modes de vie des uns et des autres, d’être d’accord avec certains et moins avec d’autres, pour constater que, tout compte fait,  j’y trouvais bien la sérénité que je recherchais. Et puis voilà : cette chaise roulante, qui est désormais mon seul moyen de circulation…

à lorigine du village, il y avait ce slogan « Vieillir pas cons »
C’est d’abord ça qui avait attiré mon attention. Je crains par-dessus tout l’abjecte dégradation que peut entraîner la vieillesse. Mon épouse a levé l’ancre sans avoir eu à connaître ça, tant mieux pour elle. Et je veux, moi aussi, éviter cette épreuve autant que faire se pourra. Je suis membre de « Le droit de mourir dans la dignité » et j’espère pouvoir prendre congé de manière humaine.

Question peut-être un peu brutale : vous sentez-vous dégradé depuis que vous avez perdu une partie de votre autonomie ?
Je ne passe pas mon temps à m’interroger à ce sujet, mais tout de même j’en suis venu à me rassurer : ne plus pouvoir s’habiller seul, prendre un bain seul, et même parfois – ça dépend des jours – manœuvrer seul ma chaise roulante, ce n’est jamais qu’un retour à ce que nous avons tous connu quand nous étions gosses !

Quelquun vous aidait tout à lheure à lacer vos chaussures. Au début, était-ce difficile à admettre ?
Pas tant que ça. Vous savez, à mon âge, l’esprit s’y est fait ! Et, ici, on s’encourage mutuellement à se préparer concrètement. Certes, je n’ai pas d’atomes crochus avec chacun des vieux et des vieilles que je croise ici, mais il y en a tout de même avec qui j’ai plaisir à évoluer. Pour en revenir à votre question, ce n’est pas la dépendance, telle que je vis, qui m’affecte. Ce qui me serait difficile à supporter, ce serait – que mon état s’aggrave ou non d’ici la fin – de ne plus vivre un peu normalement à cause d’elle.

Alors : comment vit-on « un peu normalement » dans ce village, quand on est vieux et dépendant ?
Je continue, par exemple, à participer deux fois par semaine aux séances de « joute de mots croisés ». J’ai toujours aimé les jeux de société, et ici, j’en ai abondamment l’occasion, car il n’y a pas que cette joute. évidemment, cela fait bien longtemps que je n’ai plus shooté dans un ballon, mais j’adore la règle du foot très spéciale qui prévaut ici, et je suis souvent sur le bord du terrain. C’est vrai que le jour où je ne pourrai plus du tout participer aux joutes, ou aller applaudir le match, j’aurai mal…

Cette préparation dont vous avez parlé, concrètement cest quoi ?

Mon initiation a commencé il y a trois mois, brusquement. Bien sûr, je savais que ça pouvait m’arriver un jour ou l’autre, et j’avais donc commencé à m’y préparer, comme le font, je pense, tous les vieux ici. Je commence par le plus amusant : on se familiarise avec le fauteuil roulant. Déjà, quand j’étais jeune, je m’étais beaucoup amusé avec le tricycle de ma grand-mère, que l’on faisait avancer en pédalant des bras ; ma grand-mère avait perdu très tôt l’usage de ses jambes. Piqûre de rappel, ici, avec un vrai fauteuil roulant… Une vingtaine de personnes du village, des jeunes comme des vieux, se sont portés volontaires pour véhiculer à la demande des personnes en fauteuil roulant : c’est avec quelques-unes d’entre elles que je m’étais entraîné. Une manière comme une autre de faire connaissance… On s’entraîne à manœuvrer et aussi, les jambes plus ou moins entravées, à se diriger vers le fauteuil et à en sortir pour regagner son logement ou se poser sur la toilette, par exemple. Il y a d’autres personnes qui sont volontaires pour passer du temps avec une personne aux mouvements limités, par exemple une personne alitée, ou un handicapé, ou un vieux : j’avais donc, aussi, fait un peu connaissance avec quelques-unes d’entre elles. Et, depuis quelques semaines, elles sont venues, tantôt l’une tantôt l’autre, me rendre visite. C’est important, car ici je suis loin de ma famille et, en arrivant, je ne connaissais personne. Je n’irais pas jusqu’à dire qu’il est plus facile pour un vieux que pour un jeune de rencontrer d’autres habitants, ce serait mentir car les occasions sont extrêmement nombreuses pour qui le veut bien, mais j’ai vraiment apprécié ce processus. D’ailleurs, j’ai moi-même fait partie de ces volontaires, allant rendre visite à peu près chaque jour à trois personnes avec qui le courant passait bien, deux vieux qui ne sortaient quasiment plus, ainsi qu’une jeune tétraplégique. J’espère pouvoir reprendre ça bientôt.

La vie quotidienne a-t-elle changé depuis que votre propre dépendance est là ?
Pour l’heure, je suis toujours dans le logement qui m’a été attribué – et que j‘ai choisi – en arrivant, mais en raison de ce qu’il me faut bien appeler mon handicap je vais bientôt en occuper un autre, qui sera de plain-pied : une unique grande pièce avec un coin chambre, un coin toilette, un petit salon et une kitchenette. Ce type de logement, je l’avais aussi non seulement visité auparavant en rendant visite aux deux vieux dont j’ai parlé, mais même expérimenté à l’essai durant quelques jours. Ces logements spéciaux sont contigus, un peu comme un motel, ce qui permet aux personnes chargées des soins corporels de ne pas avoir à se déplacer en permanence d’un bout à l’autre du village. Elles ont sur place des locaux professionnels. C’est très bien conçu, je trouve. Vous avez sans doute vu que, dans ce « motel », un logement sur deux est occupé par une personne non dépendante : il s’agit pour partie de personnes habilitées à recevoir chez elles des personnes dépendantes, ou qui sont en cours d‘habilitation. Administrativement, ce nouveau logement constituera mon nouveau domicile, et les soins que je dois désormais recevoir seront aussi considérés par la Sécu, là-bas, comme « soins à domicile ». Tout cela implique un tas de démarches : pour ce genre de tracasserie administrative et de paperasse, il y a aussi une demi-douzaine d’habitants qui y consacrent bénévolement du temps. C’était un point qui me souciait particulièrement : je n’ai jamais aimé ces tâches-là, je laissais souvent traîner les choses, et c‘était d’ailleurs la plupart du temps ma femme qui s‘en occupait. Et puis aussi, je me demandais comment ces relations avec ci ou avec ça pourraient de passer le jour où, quasi obligatoirement si je vis encore quelques années, mes facultés mentales laisseront un peu plus à désirer. Pour le moment, j’en suis là. Pour la suite, on verra… Mais, à ce stade, je me félicite d’avoir cherché à venir habiter ici. Et grand merci à ceux qui ont accepté ma candidature. Pour la suite, c’est un mystère. Mais j’aimerais n’avoir jamais à connaître de ces maisons de retraite où les vieux n’ont pas d’autre compagnie que d’autres vieux, tous un peu déglingués, et des personnels de soins qui sont au travail, c’est-à-dire eux-mêmes un peu stressés !

Vous avez parlé de votre recrutement : comment ça s’est passé ?

Vous savez sans doute que, si vous voulez être admis, il vous faut donner des gages. Mais il n’y a pas de critères fixes. Au moment où j’ai posé ma candidature, je ne pouvais pas savoir si, au cas où ma candidature serait acceptée j’aurais même l’opportunité d’y venir, puisque ma femme ne voulait pas de ce chamboulement dans sa vie, et que je n’envisageais pas d’y venir seul de son vivant. Je me suis donc contenté d’exposer ma situation – je me disais que, avec ce slogan « vieillir pas cons », il leur fallait bien peupler le village de quelques vieillards ! – et d’indiquer les services que je pouvais encore rendre. Je n’ai aucun problème pour lire, aussi ai-je déclaré que je me proposais pour effectuer régulièrement une lecture de journaux à voix haute. Je l’ai d’ailleurs fait un peu, à mon arrivée, mais j’ai dû abandonner car ma voix n’est plus ce qu’elle était ! Suite à ma candidature, j’ai reçu une invitation pour une semaine de découverte du village. à cette occasion, des gouverneurs ont dû me tester un peu, je suppose. Et j’ai été déclaré « bon pour le service », c’est l’expression consacrée. Je crois que ça a pas mal rassuré ma femme qui, à ce moment-là, se sentait déjà partir. Je me suis abstenu de lui dire qu’il me restait encore à franchir l’étape du tirage au sort. Ce n’est qu’après son décès que je me suis à nouveau manifesté auprès du village, et que j’ai appris que l’on m’attendait « quand je voudrais ». Un mois plus tard, j’étais là.
Permettez-moi de revenir sur la question de la préparation. Si, il y a vingt ans, quand mon état-civil m’a rappelé que j’approchais de la septantaine, j’avais omis d’être réaliste, j’aurais fait aujourd’hui partie de ces vieux malheureux de l’être. à cette époque, j’avais mille occupations et centres d’intérêt, j’avais même des projets ! J’ai pourtant commencé à prêter attention à tous ces signes de dégradation que je présentais. Et la conclusion en a été que je devais réduire progressivement la voilure avant même d’y être contraint. Si vous ne vous préparez pas à mourir sans état d’âme, vous ne pourrez pas bien vieillir. C’est mon opinion.

*

L’une des gouverneurs

Vous êtes cent gouverneurs : parmi eux, quelle est votre fonction ?

Je suis membre du gouvernement depuis quatre mois, maintenant. Les premières semaines, en dehors des rares réunions plénières du gouvernement, j’ai passé le temps que j’y consacre à comprendre de quoi il en retournait : pourquoi ce fonctionnement ? comment ça marche ? quels résultats jusqu’ici ? et aussi : quoi y faire ?

Le temps que vous y consacrez, cest-à-dire ?

à peu près un jour par semaine. Chacun est libre de fixer l’ampleur de sa contribution, et j’ai estimé que je ne devais surtout pas y consacrer trop de temps : les autres activités que j’ai, dans le village comme en-dehors, me prennent pas mal, et je n’avais aucune envie de me surcharger.

Et donc…?

Les sujets de préoccupation sont nombreux, et ils seront sans doute sans fin ! Certains, par exemple, élaborent en ce moment un projet pour une nouvelle génération de toilettes dites « sèches ». D’autres sont en train de considérer la place de la petite enfance dans le village. Nous, ce qui nous occupe, à cinq, c’est de trouver quelques solutions au « différentiel » qui existe, au plan administratif, entre les règles internes et celles qui s’appliquent dans le pays auquel nous appartenons.

Il sagit de « droit » ?
Oui, appelons ça comme ça. Au sens très large, puisqu’il faut y inclure aussi l’espèce de droit coutumier, non écrit, qui prend forme ici.

Exemple ?
Exemple, la notion de domicile. C’est là-dessus que je suis en train de me creuser la tête en ce moment, alors parlons-en. Ce n’est pas simple. Dans ce pays, les termes « habitation » et « domicile » représentent souvent la même réalité, même si, pour diverses raisons, on peut être « domicilié » ailleurs que là où l’on habite. Généralement, lorsque vous déménagez, vous changez d’adresse, mais vous changez aussi de domicile. La réglementation exige même que vous vous mettiez en règle à cet égard dans certains délais. Problèmes, ici : primo, il n’y a pas d’adresse au sens habituel du terme, et deuxio nous cherchons comment cette question du domicile peut être réglée au mieux dans notre situation : il y a beaucoup de mobilité au sein du village, elle est même très encouragée, et s’il faut changer de « domicile » à chaque changement, ça n’en finit plus.

Vous navez pas dadresse précise ?
Je prends le cas du courrier. Nous faisons comme dans d’autres pays, au Japon, par exemple : pour m’envoyer un courrier, vous écrivez une lettre à l’adresse « la grande maison de bois derrière la maison du gardien », et ça arrive. ça exige un peu de gymnastique de la part des facteurs, mais ils l’ont toujours bien pris jusqu’ici. Et nos correspondants, ça les amuse aussi ! L’administration, un peu moins…

Pourquoi cette situation ? Cest un refus d’être mis en boîtes ?
Dans ce pays les rues n’ont pas toujours eu de nom, et les habitations n’ont pas toujours eu de numéro. Imaginez que nous voulions donner des noms aux voies où nous circulons ici : le mot « rue » serait totalement déplacé, et je ne parle pas des problèmes pour leur choisir un nom ! Mais la question qui me préoccupe, c’est celle des mutations de logements dans le village qui entraînent normalement l’obligation de modifier l’adresse du « domicile ».

Pourquoi tout le monde naurait pas son domicile « chez X. », lun des habitants peu mobiles ?
Nous y avons pensé. Ce n’est quand même pas si simple : imaginez que ce « peu mobile » décide d’aller voir ailleurs ! La piste que nous creusons en ce moment : nous demanderions tous a être considérés comme « gens du voyage », avec une adresse purement administrative à la mairie de la commune dont nous dépendons. Intéressant du point de vue des relations extérieures, mais hélas, les communes ne sont pas tenues d’accepter les demandes. Elles peuvent, par exemple, faire valoir que le quota de 3% de gens du voyage serait amplement pulvérisé : la commune, avant la création de notre village, ne comptait que quatre cents habitants ! Nous pourrions aussi envisager de nous répartir administrativement entre diverses communes aux alentours. C’est à voir. Si c’est jouable, ce qui était au départ une difficulté pourrait ainsi se transformer en un atout : en effet, si nous nous inscrivons sur les listes électorales de ces communes, si nous nouons d’autres liens administratifs avec elles, nous agissons contre le risque de repli sur nous-mêmes. Mais voilà : il y a un risque que nous modifiions ainsi l’électorat de ces communes, et je n’ai pas de dessin à vous faire concernant l’accueil que de telles demandes pourraient provoquer dans les communes concernées ! Bref, ce n’est pas commode. Certains, ici, vivent déjà sous ce statut de « gens du voyage » et, avant d’arriver dans le village, ils étaient domiciliés dans diverses communes. ça les oblige à pointer avec un intervalle grand maximum de six mois auprès d’un officier de police judiciaire, mais ils estiment que ça leur convient.

Ok, cest plus clair. Le « différentiel », je me demandais si jallais être au niveau, mais je crois que jai compris. Comment une décision sera-t-elle prise, si tant est que vous parveniez à une proposition ?
Le mécanisme en vigueur actuellement – ça n’a pas toujours été ainsi – est le suivant : au sein du gouvernement, un petit comité s’autosaisit d’une question ; il n’a pas à recevoir de validation ; quand il estime que sa proposition tient la route, c’est-à-dire après que, informellement, tous ceux que ça intéresse dans le village aient eu leur mot à dire, et que le comité ait fait son choix, il la propose en séance plénière ; un délai minimum de deux mois est fixé avant lequel la plénière ne peut pas en faire une proposition « du gouvernement » ; quand ce délai est atteint, généralement pas mal de discussions ont à nouveau eu lieu, formelles et informelles, et il en sort – ou non – une proposition « du gouvernement ». Oui, si une unanimité (il est convenu que 99 voix sur cent suffisent) a été trouvée. Non dans le cas contraire. Il se peut que cette question reste donc un certain temps pendante au point que, lorsqu’une voie de solution apparaît, les membres du gouvernement qui avaient formulé la proposition initiale ne soient plus dans le coup. C’est déjà arrivé. Si le gouvernement accouche de l’unanimité, il ne produit encore, à ce stade, qu’une proposition : pas une décision. Tout cela peut paraître compliqué et bien formel, mais dans les faits les choses se passent souvent sans problème. Et puis, quelquefois, une autosaisine ne conduit pas à une proposition de décision : il n’en résulte qu’une information qui sera diffusée via nos fameux dazibao. D’ailleurs, pour le sujet qui me préoccupe en ce moment, il n’y aura peut-être jamais de décision, alors même qu’une nouvelle modalité se sera tout de même mise en place.

Je ne comprends pas.
Le gouvernement n’interagit pas – il n’en a pas le droit – avec l’extérieur. Ce qui veut dire que, s’il « propose » que soit privilégiée la domiciliation administrative dans des communes de la région, les démarches seront faites par les intéressés eux-mêmes : aucun membre du gouvernement n’ira, ès qualité, rencontrer par exemple les élus ou le préfet pour leur faire part de leur « proposition ».

Lexpérimentation quant à la « gouvernance » comme on dit savamment désormais est certes intéressante, mais jentrevois quelques difficultés.
Un : que
ça soit toujours les mêmes qui soient aux commandes, malgré les précautions prises – ou peut-être à cause de ces précautions -, soit parce quils ont une grande gueule, soit parce quils sont rodés à ce genre de fonctionnement.
Deux : puisqu
il sagit dautosaisine, après tout, des problèmes évidents mais dont personne ne veut soccuper ne restent-ils pas en suspens ? Mes craintes sont-elles fondées ?

Pour la seconde, il me semble que quelle que soit la forme du gouvernement, sous quelque latitude que ce soit, des problèmes évidents ne sont pas pris en compte. Ce que vaut notre contribution, je ne le sais pas, mais ce que je sais c’est que tout ce qui peut permettre débusquer des niches de pouvoir injustifié est à promouvoir. Vous voyez : je défends à cent pour cent notre expérimentation, et pourtant j’ai mis pas mal de temps à me convaincre de son bien-fondé (rires) ! Des grandes gueules et des « plus rodés », oui, ça existe. La question est : comment on fait avec, au jour le jour ? Je ne constate pas, jusqu’à présent, de problème de ce côté. Vous me direz, c’est parce que je fais sans doute partie des « plus rodés » !

*

Théâtre & Compagnie

J’ai plusieurs d’activités. Par exemple, je fais du théâtre au village. Nous avons monté une belle compagnie, composée de gens du village, qui est susceptible de présenter des pièces à l’extérieur, n’importe où dans le pays et même au-delà. Sept ou huit personnes ont un statut professionnel. On se débrouille pour donner aussi des rôles à d’autres personnes qui font du théâtre en amateur, en essayant de les rendre vraiment très très pointus. Nous sommes des professionnels à l’extérieur. Mais quand nous jouons ici, nous nous considérons comme des amateurs : nous jouons gratuitement.

Vous aviez déjà cette activité auparavant ?
Oui, j’avais déjà cette activité auparavant, mais la compagnie est née ici. J’en suis à l’origine. Pour subvenir à mes besoins économiques, ainsi qu’à ceux de la compagnie, je vends des objets de récupération sur internet : certains, je les récupère gratuitement, d’autres, je les achète à un prix respectable et je les vends aussi à un prix respectable.

Cette activité, vous la pratiquiez aussi avant de venir au village, ou vous lavez inventée ici ?
Je la pratiquais déjà avant. J’écris, aussi. Et il y a une autre activité que j’ai découverte au sein du village. J’écoute les gens qui ont des problèmes, pas forcément psychologiques, mais plutôt spirituels : des inquiétudes, par exemple. C’est une espèce de coaching. J’applique mes expériences et les techniques du théâtre pour faire de l’expression corporelle, par exemple. Je discute beaucoup avec les gens.

Vous faites payer ?
Non, c’est gratuit. Mais je ne fais ça que pour les gens du village.

Beaucoup de gens viennent vous solliciter ?
Ah oui, je suis « complet » tous les jours. En échange, s’ils veulent – ce n’est pas obligatoire – ils peuvent m’offrir quelque chose : une tomate, ou un thé, ou un objet qui selon eux peut me servir pour subvenir à mes besoins d’existence. Mais ça n’a rien d’obligatoire.

Vous dites avoir découvert cette activité au village : est-ce que ça veut dire quil y a plus de problèmes dans le village quailleurs ?
Non, je pense que tous ces problèmes sont inhérents à l’être humain. Mais comme nous sommes dans un système d’exploration, il y a plus de doutes, de questions sur soi et sur les relations avec autrui. Je peux donner des conseils pour mieux réussir à exprimer sa colère, par exemple, ou manifester sa timidité, ce qui dans notre société à l’extérieur du village sont des choses négatives, alors qu’à l’intérieur, ça peut devenir un atout.

*

Une contestataire

Je suis au village depuis à peu près trois mois. Je me sens super bien, en ce qui concerne les rapports avec les gens. Le système « y a pas de système », le fait d’explorer toutes ces possibilités me fait me sentir bien.
Mais il y a une chose avec laquelle je ne suis pas du tout d’accord. J’ai postulé, puis j’ai été retenue. Mais j’ai un copain qui, lui aussi, a fait la même démarche sans être retenu. Je trouve ça injuste : à mes yeux, ils lui ont complètement coupé la possibilité alors qu’il se sent capable, et moi aussi je sens qu’il est capable. Je pense que toute personne qui effectue la démarche a, en soi, la volonté de faire des choses nouvelles. Et je considère que si cette personne est capable de vivre avec moi, par exemple, et que je suis moi-même capable de vivre avec les autres, c’est comme une chaîne, elle est capable aussi de vivre avec les autres. C’est-à-dire que c’est une extension de moi, et aussi c’est une individualité. Mais j’hésite énormément à quitter le village rien que pour ça, seulement parce qu’il y a une petite chose qui me paraît injuste. ça me pèse énormément même s’il y a plein de choses positives qui peuvent se créer. En même temps, je suis consciente que, quand j’ai décidé de venir au village, c’était complètement individuel. Je savais qu’il y avait la possibilité qu’il ne soit pas retenu. Mais j’aurais aimé au moins que ça ne soit pas en raison d’une décision humaine : quelque chose comme le hasard, le tirage au sort, une décision qu’on peut peut-être plus respecter parce qu’elle est presque divine.

Si le tirage au sort avait seul été en vigueur, vous auriez accepté ?
Oui, oui, j’aurais accepté complètement, parce qu’en ce cas-là il n’y a aucun humain qui décide de ma vie. C’est la chose qui me choque le plus dans le système extérieur : on est toujours soumis à un regard, à une approbation d’autrui. Tu es bonne pour être étudiante, tu aptes à être pauvre, tu n’entres pas dans une boîte de nuit parce que tu es arabe, ou tu entres parce que tu es très belle, ou tu es bienvenue dans notre pays justement parce que tu es étrangère… Que ce soit en positif ou en négatif, il y a toujours une décision d’autrui sur notre vie, et ça c’est la chose qui peut-être m’a marquée le plus et que je déteste. Et voilà que je constate que c’est aussi la même barre pour entrer au village. Du coup, ça m’inquiète.

*

Un anti-libraire

Je viens d’arriver dans le village. Je me suis dit que ça doit être un bon endroit pour exercer mon métier un peu différemment. Je suis libraire, mais je rêve de faire ce métier autrement. Je me prépare à être anti-libraire.

Cest quoi, un anti-libraire ?
Aïe, aïe (rires) !

Et pourquoi cela serait-il plus facile ici ? Plus adapté ?
Eh bien parce que le village semble prometteur en terme de projets un peu différents quant à l’imagination. Il ne s’agit pas de répéter les processus classiques en vigueur dans le système. J’ai envie d’explorer ce que pourrait être un libraire-mais-qui-ne-l’est-pas, à cause justement du système qui nous oblige à suivre des chemins tout tracés. Donc voilà, je me déclare « anti-libraire ». Effectivement, les mots précèdent la fonction, car je ne sais pas encore trop bien ce que ça pourrait être, mais « personne ne va aussi loin que celui qui ne sait pas où il va » (rires).

Il y a quelque chose qui vous pose problème dans la fonction de libraire ?
C’est tout le côté marchand, devoir remplir le tiroir-caisse. Le libraire, c’est un commerçant comme un autre, sauf qu’il vend des livres. Or justement, pour moi, le livre n’est pas un produit comme les autres… ou en tous cas j’aimerais qu’il ne soit pas que ça. Et le village me semble un bon endroit pour tester…

Vous navez pas encore instauré la fonction dantilibraire ?

Non, non, mais j’ai quelques pistes.

Ce sera un local ? On y vendra des livres ?

Oui, l’antilibraire ne nie pas tout le côté « libraire ». On peut imaginer que des livres soient vendus, mais j’espère plutôt les vendre aux gens de l’extérieur, et pouvoir les offrir gratuitement aux villageois. La fonction de libraire vers l’extérieur pourrait financer l’antilibrairie à destination des gens du village.
Ce que vous espérez, cest une zone de gratuité un peu expérimentale. Comme ceux qui font du théâtre, payant à lextérieur mais gratuit à lintérieur. Quelquun a aussi parlé du marché où les biens seraient payants durant la première heure, mais donnés une fois passée cette première heure.
Oui voilà, ce genre de pratique, par exemple, me semble aller dans un sens intéressant…

Mais les livres ont un coût : comment allez-vous faire pour les donner ? Si vous êtes un commerçant qui achète des livres pour les donner, cela signifie une perte.
La différence, c’est que je suis un peu récupérateur, et même très récupérateur. Et des livres, je me fais fort de pouvoir en récupérer en grosses quantités sans les acheter, ou à très, très bas prix. Franchement l’approvisionnement, ce n’est pas ce qui m’inquiète. Je sais par expérience que lorsqu’on s’installe comme bouquiniste (en boutique ou sur les marchés), il ne se passe pas une semaine sans qu’au moins une personne ne vous contacte pour que vous la débarrassiez de ses livres. Imaginez-vous, rien qu’en France, les éditeurs eux-mêmes envoient déjà 100 millions de livres par an au pilon. Des livres neufs qui ne sont même pas entrés dans le « circuit » ! Ajoutez-y le « désherbage » régulier des bibliothèques publiques, etc. Alors pensez au rebut total. Tout le monde ou presque a des livres qui l’encombrent et souvent ne sait pas qu’en faire. La société est tellement consommatrice-et-gaspilleuse de livres, que ce n’est vraiment pas un problème d’en récupérer.

Lavantage du livre, en effet, cest quil ne porte pas de date de péremption.
C’est plus difficile, en effet, de récupérer de l’alimentation, mais ça n’est pas impossible : moi-même je ne me nourris presque que comme ça. Mais oui, l’avantage du livre c’est qu’on peut stocker indéfiniment ceux qu’on récupère. Mais l’idée de l’antilibrairie, c’est aussi de ne garder que le bon pour le village, parce qu’il y a aussi beaucoup de déchet ou en tout cas de…

Et que fait-on du déchet ?
Ben on le vend ailleurs (rires) ! Ou on peut aussi le brûler : je compte bien faire ça, un autodafé, provocateur surtout aux yeux des gens de l’extérieur, parce que je crois que les gens du village ça les provoquera moins.

Vous en êtes si sûr ?
Peut-être pas en effet, car le livre est tellement porteur de sacralité et de sens… Plus que n’importe quelle autre chose. Oui, ça choquera peut-être aussi les gens du village. Mais j’espère que de la provocation naîtra une réflexion.

Dans votre itinéraire de libraire devenant antilibraire, le village constitue une étape ou un aboutissement ?
Ce n’est qu’une étape. Antilibraire, ce n’est pas une fin en soi. C’est juste une étape vers toujours plus d’allègement : ne garder que le meilleur et brûler le reste, s’alléger. Ce n’est qu’une étape. à terme, chacun pourra, comme dans Fahrenheit 451, « être un livre » et le transmettre de manière orale.

Un retour à la tradition orale ?
Presque, oui. On pourrait se dispenser d’écrire, de vendre, d’acheter des livres.

Cela veut dire quoi « être un livre » ?
Chacun choisit le livre qu’il préfère, l’apprend par cœur et le transmet aux autres à l’occasion de lectures publiques. D’ailleurs, il est question d’organiser ça de temps en temps avec le bistrot du coin, puisqu’il est avide d’événements. Donc, une fois par mois, on peut imaginer une lecture publique : une personne viendrait lire tel livre dont elle est le porteur. Et on enregistrera cette lecture pour les gens qui n’auront pas pu y assister, et qui pourront ainsi l’écouter.

Pourquoi une personne serait-elle porteuse dun seul livre et en ferait-elle des lectures publiques ?
Surtout pour s’affranchir de la lecture telle qu’elle est pratiquée de nos jours : une consommation passive, comme on consomme des feuilletons à la télé ou, pour certains, une drogue. Moi le premier, je lis beaucoup et j’ai du mal à m’en affranchir. C’est du temps perdu, la lecture, c’est du temps où l’on vit par procuration, on ne vit pas sa vie, on adopte les idées d’un autre. L’idée générale, c’est de s’affranchir de la littérature car comme disait D.H. Lawrence: “Ne trahissons-nous pas la vie pour la qualité morte du savoir?”

*

Une mère de famille, accueillie ici depuis deux mois.

Et auparavant ?

J’étais en prison. J’avais accouché sur mon lieu de travail, et j’avais mis le bébé à la poubelle. J., qui m’héberge ici, était venue me visiter en prison. à ma sortie, elle m’a proposé de m’installer provisoirement chez elle.

Vous vous connaissiez donc auparavant ?

Avant la prison, non, pas du tout.. C’est elle qui a pris contact avec moi. Le compte-rendu que la presse avait fait du procès l’avait touchée et elle m’a proposé de venir me rendre visite. Au début, j’étais méfiante.

J.- Oui, ce qu’avait déclaré A. au tribunal m’avait profondément remuée. à la question du président « Comment expliquez-vous votre geste ? » tu avais répondu, je m’en souviens très bien : « Après la naissance du quatrième, j’ai pris un congé d’un an. Or pendant un an, j’en ai eu marre de ne passer mes journées qu’à faire le ménage, qu’à faire à manger et à faire le taxi pour tout le monde, en faisant passer les enfants avant moi-même, et n’ayant plus de sous à la fin du mois. Alors, recommencer pour un cinquième, pas question ! Tout ça parce que j’avais oublié de prendre la pilule. » Et tu avais enfoncé le clou : « J’en ai marre : ce que je veux, c’est trouver ma place dans ma propre histoire, pas seulement dans celle des autres. » Quand j’ai lu ça dans la presse locale, je me suis mise en colère ! Tuer des petits quand ils sont en surnombre, bien des animaux le font, c’est de bonne logique ! Et on interdirait à une femme d’agir de même, alors qu’on tue des gosses sans état d’âme tous les jours pour des raisons qui ne valent certainement pas mieux, et qu’on ne remet surtout pas en cause ! Il suffit de penser aux mines anti-personnel…

Et vous avez pris contact avec A. ?
Dès qu’elle a été condamnée à 10 ans de prison, j’ai voulu aller lui rendre visite pour la soutenir. Elle était un peu moi-même puisque je fais partie de ces nombreuses femmes qui se sont fait avorter – et pas qu’une fois  ! – avant que ça soit légal. J’aurais très bien pu faire de la prison moi aussi pour des raisons somme toute similaires !
A. C’est en parlant avec J. que j’ai commencé à comprendre où j’en étais moi-même. Mais c’était un peu tard ! Elle, elle était bien au courant de tout ce qui concerne l’avortement, l’accouchement sous X. et tout ça. Moi, j’étais au fond du trou quand le cinquième s’est annoncé. Aucun dialogue avec mon mari. Pas l’habitude de parler avec un médecin. Après coup, j’ai remonté la pente difficilement. Un procès, c’est déjà pas fait pour vous remettre d’aplomb, mais une condamnation à dix ans, ça n’arrange rien !

Aujourdhui, vous êtes ici.

Je ne sais pas pour combien de temps. Comme mon mari était totalement incapable de s’occuper des enfants, ils ont été placés. Je n’ai pas voulu qu’ils viennent me visiter en prison. Ici, oui, peut-être. Mais qui sont-ils aujourd’hui ? Et puis je ne peux pas imaginer de les reprendre comme s’il ne s‘était rien passé. J. me dit que, dans un contexte de famille élargie, comme ici, ça serait peut-être possible. Je n’en sais rien. J’ai réfléchi en prison, où j‘ai pu parler à cœur ouvert avec quelques autres femmes. Je sais maintenant qu’élever des gosses dans une famille ordinaire, surtout s’il y en a plusieurs, c’est au-dessus des forces de beaucoup d‘entre nous. Loin des grands-parents, des oncles, tantes, cousins, cousines, sans possibilité de se reposer sur eux quand c’est un peu dur… Ici, je demande à voir.

*

Un agent de voyage un rien spécial

Maintenant que je suis à la retraite, je désire créer quelque chose que je n’ai pas pu expérimenter quand j’étais agent de voyage « normal » : une « agence de voyage inversé ». Et j’ai pensé que cette expérimentation serait facilitée si je la menais depuis ce village.

Cest quoi un « voyage inversé » ?
C’est un voyage sur place, qui repose sur les mêmes deux piliers que le village : générosité et hospitalité.

Un « voyage sur place » ? ça nest guère plus clair
ça permet à des gens qui n’ont pas beaucoup voyagé de le faire, et à d’autres qui ont beaucoup voyagé de voyager différemment.

Diable !
Allez ! j’explique… Il s’agit d’un voyage dans son propre pays ou sa propre région, effectué pour accompagner quelqu’un que l’on reçoit. Toute personne ayant l’occasion de recevoir un étranger, qu’il vienne de loin ou non, lui « fait visiter » le pays, non ? Je voudrais aller plus loin en ajoutant deux éléments. Premièrement, le client de mon « agence de voyage inversé » sera l’accueillant : c’est lui qui paie le voyage et le séjour. Le visiteur est un invité. Deuxièmement, le projet comporte un volet de découverte comparée du pays d’où vient le visiteur.

Si je comprends bien, vous voulez faire payer par des villageois des voyages à des personnes venant dailleurs, pour quils voyagent ensemble dans la région ?
Pas seulement des villageois, mais oui, des villageois aussi. à commencer par moi-même. Puis permettre aux visiteurs et aux accueillants de découvrir en toute tranquillité leurs pays respectifs, leurs situations respectives, etc. Cette manière de découvrir ne me semble pas possible quand nous effectuons un voyage ordinaire dans un pays étranger : il y faut des conditions favorables. Si le village constitue le lieu où ça s’expérimente, il en retirera une valeur ajoutée.

Mais encore faut-il trouver des voyageurs que ce processus intéresse !
La gratuité dont ils bénéficieront sera le premier atout, bien sûr.

Mais qui inviter de la sorte pour que lopération soit à avantage réciproque ? J’envisage de commencer bientôt, en puisant dans le fichier de personnes rencontrées, à titre professionnel ou non, lors de mes très nombreux voyages autour de cette petite planète.

Un commerce inéquitable ?
Oui, inéquitable si l’on veut, mais juste. « Que celui qui a de l’argent paie », ça peut être une règle de vie dans une société juste, non ?

Ne créez-vous pas une dette, ne serait-ce que morale, de la part du bénéficiaire dun voyage gratuit ?
Quand on gagne à la loterie, on ne se pose pas ce genre de question ! Bien sûr, il faut que le « bénéficiaire », comme vous l’appelez, constate qu’il apporte une richesse qui, sans lui, ne serait pas là.

Quel intérêt pour le village ?
Accroître le nombre de personnes qui, venant d’un autre univers, participent ne serait-ce que temporairement à notre vie. Cela me terrorise d’imaginer un petit village gaulois seulement préoccupé de ses propres affaires. Si je suis ici, c’est pour contribuer à ce qu’il y ait toujours plus de relations avec le reste de l’humanité.

Manière de provoquer un essaimage sur tous les continents ?
ça ne fait pas partie de mes motivations. Mais, sait-on jamais ?

*

Les étudiants en journalisme qui ont mené les interviews précédents rencontrent cette fois un autre observateur qui, lui, est là à demeure depuis deux ans.

Vous êtes ethnologue : peut-on, selon vous, parler du village comme dune communauté ?
Oui et non. Il y a, à l’évidence, communauté en ce sens qu’un « nous » rassemble les habitants. Ils sont très clairement porteurs d’une même intention : révolutionner la socialité couramment admise depuis quelques dizaines d’années dans ce pays.

Révolutionner ?
Si ouvrir des perspectives au lieu d’en fermer constitue une révolution, c’est bien le mot qui convient. Je constate pourtant qu’il n’a pas cours ici. Sauf exception, on parle plus vaguement d’ »inventer autre chose ». Mais il s’agit pourtant bien d’un processus de rupture. Nous pourrons y revenir. Ma conviction est qu’une communauté existe donc bel et bien ici, avec tout ce que ça suppose de sentiment d’appartenance, par exemple. Et pourtant, ce qui est plus réellement à l’œuvre, ce sont DES communautés au sein du village. Là aussi, il se manifeste des appartenances. Les lignes de force se lisent surtout de ce côté-là, me semble-t-il.

Quelles communautés ? Et quentendez-vous par lignes de force ?
Il y a, par exemple, ceux qui privilégient l’accueil, le soin, le care. Il y a ceux qui ne jurent que par la gratuité. Pour d’autres, c’est la « légèreté ». Et plusieurs mouvances nettement plus utopistes se croisent, dont les membres se reconnaissent bien entre eux : ceux qui envisagent de rejoindre de petites communautés axées sur l’autosubsistance, ceux qui portent haut le flambeau d’une nouvelle conception de l’économie mondiale, etc.. Ces communautés intentionnelles sont à mes yeux ce qui fait que l’ensemble non seulement fonctionne, mais s’enrichit des confrontations, augmentant ses chances de ne pas s‘encroûter dans une bonne conscience. Quant à ce que j’appelle « les lignes de force », il s’agit de la projection que se font les uns et les autres de ce que sera leur existence dans dix ou vingt ans.

Pour les plus vieux, laffaire est entendue (rires)
Pas vraiment ! J’ai en tête un vieux, décédé il y a à peine six mois. Son goût pour l’exploration l’avait conduit ici, mais tout de même un peu à reculons. Au fond, il était désespéré. Pas tant de vieillir que de constater l’échec de tout ce à quoi il avait cru au fil de sa vie. Résistant à 16 ans, réfractaire à l’enrôlement militaire d’office qui avait suivi la Libération, puis militant syndicaliste, puis élu local, il évoquait à qui voulait l’entendre l’effondrement successif de ce qu’il appelait ses « illusions ». Sa venue ici constituait, disait-il, une sorte de dernier antidote à son désir de suicide. « Antidote tout provisoire » prenait-il soin d‘ailleurs de préciser. Eh bien, ce vieux bonhomme est mort – tous ses proches en ont témoigné – infiniment plus serein que lors de son arrivée. Lui-même, parlant de ses derniers mois, évoquait « le temps des cerises ». Je crois pouvoir dire qu’il ne parlait pas que de sa situation personnelle. Il se nourrissait de la conviction que, bien au-delà de sa propre existence, se manifestaient ici des raisons d’espérer pour les temps qui viennent.

Parlant avec les habitants, on ressent chez eux une sorte de fierté d’être là. Comme une fierté d’être pionniers. Mais il y a tout de même un certain confort à être pionnier dans ce contexte
La fierté, le sentiment d’être pionniers, oui sans doute. à bon compte ? oui, peut-être. C’est vrai que des pionniers, dans l’histoire de l’humanité il y en eut qui connurent une existence plus rude, ne serait-ce que physiquement. Mais je suis persuadé que le cas du vieux bonhomme évoqué à l’instant est un peu emblématique. Le désespoir qu’il avouait volontiers est certes moins net, mais en réalité plus partagé, dans ce pays, qu’il ne semble à première vue. Et la lutte qu’il menait contre son désespoir y est tout aussi partagée. Tous, nous tentons de « vivre heureux en attendant la mort » comme disait Pierre Desproges …de son vivant. Et il y a, de plus en plus répandue me semble-t-il en Occident, l’intuition qu’à la perspective de la mort individuelle – dont nous détournons autant que possible notre attention, même si nous ne pouvons aucunement la nier – s’ajoute en ce moment celle de la mort collective, celle de l’humanité. La grande différence entre les deux perspectives est que la première non seulement est inéluctable, mais n’est pas de notre fait. Alors que la seconde n’a rien d’inéluctable, et qu’en outre, nous appartenons peu ou prou au peloton d’exécution… Une culpabilité latente induit divers comportements que chacun observe à l’œil nu dans des pratiques écolos, par exemple. Mais elle peut tout autant expliquer la frénésie d’immersion dans ce que ma thèse appelle les « biens de consolation » et leur mise en scène. Il me semble qu’une bonne proportion des personnes rassemblées ici ont traversé ces deux types de consolation sans s’y arrêter. L’écologie, ici, va de soi : ce n’est pas un vrai sujet de préoccupation. D’ailleurs, des pratiques déviantes à ce sujet ne condamnent pas du tout à l’ostracisme : ne pas trier ses déchets, par exemple. Celui qui rapportera de la ville quelques mangues arrivées par avion du Burkina Faso n’aura pas à s’en cacher s’ils est prêt à endurer les blagues, rien de plus, qui en découleront. Certains se disent « post-écolos », comme il sont – pourrait-on dire – post-consommateurs. Mais ça débouche sur quoi ? Les formes anciennes de l’activisme militant dont notre vieux de tout à l’heure était le représentant ne constituent assurément pas une voie d’espoir. Eh bien, je crois que la fierté dont vous avez parlé est d’abord l’expression d’une satisfaction : celle d’avoir trouvé comment vivre « pas cons » selon l’expression qui a cours ici. C’est peu, en apparence, mais c’est déjà ça ! Et c’est là où la diversité des communautés au sein du village est de toute première importance. Sans elle, la bien-pensance menacerait !

Vous estimez donc quelle ne menace pas ?
Peut-être menace-t-elle, mais elle ne me semble pas à la veille de dominer. Je constate surtout une jouissance liée à de nouvelles formes de liberté. Une joie, plutôt qu’une jouissance, d’ailleurs.

Nous avons rencontré au moins une personne qui ne partage pas cette joie : il a décidé de tirer sa révérence. Il ne veut plus, dit-il de ce « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil ».
Il y a indiscutablement des personnes qui ne trouvent pas leur place au village. Les raisons sont multiples. Et il y a déjà eu quelques vagues de départs : deux ou trois personnes certaines semaines, et même une bonne dizaine quasi simultanément il y a à peine un mois. Nul n’est tenu de déclarer les raisons de son départ, mais il y a toujours eu, au sein du gouvernement, une ou deux personnes en veille à ce sujet. Si bien que l’on arrive à identifier quelques tendances. Effectivement, il y a des déçus, comme c‘est le cas de la personne que vous citez. Le contraire serait étonnant. Il s’agit parfois de personnes qui s’attendaient à trouver ici un paradis ; or, ce n’est pas un paradis.
Il y a ceux qui ont tenté d’influer sur la marche des choses et qui n’y sont pas parvenus ; on peut comprendre qu’ils préfèrent aller tenter leur chance ailleurs. Mais « tout le monde il est beau, tout le monde il est gentil », je ne ressens pas cela. L’une des taches du gouvernement, depuis deux trimestres au moins, consiste précisément à identifier et faire mûrir les conflits, même latents. Ce n’est pas chose toujours aisée, et cela a conduit quelques personnes à décider de s’y former. Je vous invite à en rencontrer. Ce qui peut prêter le flanc à la critique que vous rapportez, c’est que les habitants ne lésinent pas, c’est vrai, sur la production de définitions de ce qui se joue ici. Vous entendrez peut-être quelqu’un parler d’ « auto-école de confiance », un autre vous dira que le village est peuplé de gens « pas seulement conformes et pas seulement rebelles », etc. C’est un amusement fréquent, surtout chez les beaux-parleurs …qui ne manquent pas. mais c’est là l’écume des choses, selon moi. Ce qui est vrai, si l’on considère le mot « confiance », c’est que la vie ici est à même de développer aussi bien la confiance en soi que la confiance en les autres. Avez-vous remarqué que beaucoup de logements ne sont jamais fermés à clé ?

Notre courte exploration, limitée aux interviews puisque cest sous cette seule forme que nous avions décidé dexplorer le village, nous fait nous demander sil ny a pas ici deux types de personnes : certaines semblent en repli, comme heureuses de trouver un havre, tandis que dautres débordent dinventivité et de désir de création. Sont-ce là, pour lethnologue-philosophe que vous êtes et en reprenant votre expression, deux « lignes de force » ?
Il me semble que votre distinction ne divise pas les habitants en deux franches catégories. Ce serait plutôt, selon moi, au sein de chaque personne que se présentent ces deux facettes. Même chez R., que l’on considère ici comme le fou du village, et que vous avez sans doute croisé, ces deux facettes sont lisibles : il est assurément bien plus tranquille qu’il ne l’avait jamais été, et sa créativité semble bel et bien en plein épanouissement ! Pour certains la fonction « abri » dominerait, tandis que pour d’autres la richesse du lieu réside dans la capacité à s’exposer. Mais est-ce si différent ? Dans tous les pays, les gouvernants disposent d’un chiffon rouge leur permettant de museler leurs administrés à volonté : c’est le mot « sécurité ». Ce mot de sécurité me semble, une fois débarrassé de cette horrible charge, caractériser l’une comme l’autre des deux facettes : par exemple, bon nombre de ceux qui s‘exposent ne le feraient pas ailleurs, par manque de filet. Si bien que, de ce point de vue, il ne s’agit nullement de deux lignes de force mais d’une seule. Je puis, certes, me tromper.

Et cette définition donnée par E. de la politique : « soccuper des affaires collectives » ?
C’est pas si simple, selon moi. Dans une collectivité dont les membres ont tous choisi d’être là dans des intentions grosso modo similaires, l’action politique ne peut pas s’exercer comme dans les collectivités habituelles où il y a toujours des intérêts majeurs en conflit. Ici, même s’il y a aussi des intérêts en conflit, ils sont fondamentalement mineurs ; dans la plupart des cas, les heurts concernent des divergences de points de vue. Mon opinion est que ramener la politique à des questions de gestion du quotidien c’est la nier. Avec E., nous avons eu l’occasion de nous en expliquer, et …nous sommes restés chacun sur notre point de vue.. Si surgissait au sein du village une catégorie d’accapareurs – ce qui reste possible – oui, il pourrait alors y naître une authentique activité politique. Pourtant, une société apolitique n’aura jamais de fondement tant qu’existeront famines, ressentiments à grande échelle, nationalismes, racismes, élitismes, religions instituées, guerres et autres formes de criminalité organisée, je tire donc ma conclusion : le village n’est pas un lieu auto-suffisant de ce point de vue. Il s’y développe bel et bien un « nous » – qui commence diablement à faire défaut dans les sociétés à grande échelle -, mais il serait illusoire de penser que cela fonde un mode de vie généralisable.

Quelquun a évoqué son espoir quil sagisse ici dun « pays virtuel ».
Hum…Il serait plus modeste et plus réaliste de parler d’un laboratoire.

De quels accapareurs potentiels parlez-vous ?
Oh, je ne limite pas l’accaparement à la sphère économique. Par exemple, en Chine, les cent millions d’hommes sans femme sont au cœur d’un phénomène d’accaparement d’un tout autre genre ! Ici aussi, d‘une autre manière, un risque similaire existe : les partisans de l’amour libre constituent une menace permanente pour la stabilité des ménages ! Tant qu’un partenaire est perçu comme un « bien », ce risque existe. Imaginez un instant que la revendication de liberté sexuelle s’étende jusqu’à l’incitation aux relations sexuelles entre adultes et enfants. Le bruit en courrait vite et cela mettrait le village tout entier dans son ensemble en drôle de posture, si ce n’est vis-à-vis de la loi, du moins aux yeux de l’opinion publique. Il ne s’est jamais produit de situation de cet ordre, mais si c’était le cas, l’affaire serait riche d‘enseignements ! Pour le moment – je répète ma conviction – c’est la diversité des mouvances internes qui est paradoxalement le gage de l’unité du village : elle contraint à la tolérance, au respect – je préfère ce second mot. Nous constituons même, de ce point de vue, un sacré laboratoire ! Je précise tout de même que, un groupe humain étant un organisme vivant, rien ne le garantira jamais contre des poussées de fièvre. L’histoire de l’humanité regorge de situations où une coexistence pacifique s’abolit soudainement ; dans les situations extrêmes, les uns s’arrogent une jouissive posture de « justiciers », les autres se trouvant transformés en gibier.

Vous-même, comment êtes-vous venu ici ?
J’étais de retour d’un séjour d’observation ethnologique de cinq ans en Chine populaire, à Chengdu, très précisément, haut-lieu de la pollution industrielle. Je n’étais pas certain de pouvoir me réadapter dans mon pays d’origine dont mes amis me décrivaient la déliquescence. Et je voulais rédiger une thèse de philosophie.

Cette thèse porte sur le village lui-même ?
Non, elle est née là-bas : je me suis intéressé au double phénomène des hommes sans femme du fait de la politique de l’enfant unique, et des migrants internes sans emploi. Cent millions d’humains dans chacune de ces catégories, qui se recoupent souvent, d’ailleurs. Une telle double bombe à retardement constitue à mes yeux le talon d’Achille de cette nouvelle puissance mondiale. Ma tentative : l’exprimer va l’outillage conceptuel des philosophies chinoises. Et je suis arrivé ici. L’observation assidue du village – que voulez-vous, c’est une déformation professionnelle ! – me prend bien plus de temps que je ne l’avais imaginé au départ, et j’ai déjà dû reporter par deux fois la date du dépôt de ma thèse…

Question qui nous intéresse en tant que journalistes débutants : vous vous situez comment, par rapport à votre objet denquête ?
Vous avez pu constater que je suis pas mal enthousiaste ! Tout à fait conscient que ça introduit un biais dans mon observation, j’ai décidé de ne jamais prendre le village comme objet d’une production académique. Mais, autant ma relative distance se justifiait à Chengdu, autant elle n’aurait aucune justification ici. Ce qui fait que participer à des échanges comme celui que nous avons en ce moment, ou comme il s’en organise de temps en temps en diverses villes, oui, je suis toujours partant. Ces échanges sont toujours à double sens, et ils modifient dans bien des cas le regard que nous portons sur nous-mêmes en interne.

Mais, concrètement, vous êtes impliqué au quotidien ? Comment vous situez-vous par rapport aux mouvances et communautés dont vous avez parlé ?
Oui, bien sûr, j’ai moi-même le sentiment d’appartenir au village, et même comme beaucoup d’autres, qu’il m’appartient un petit peu ! (rires) Et quant aux mouvances, je me trouve particulièrement à l’aise dans deux ou trois d’entre elles. Par exemple, dans le groupe d’activistes qui « exploite » les médias d’information. Je pense que, si je quittais un jour le village, c’est avec ceux qui pratiquent cette activité – si elle demeure – que je garderais le plus de liens.

De quoi s’agit-il ?
Je préférerais que quelqu’un d’autre vous fasse découvrir ça.

Et
Assange
?