Entraînement

Ceci est un entraînement à créer par soi-même des discours complotistes.

Partez d’un fait réel. Quelque chose « que l’on vient d’apprendre », par exemple.
S’il a été largement diffusé, c’est mieux.
S’il a choqué, c’est encore mieux.
Et il doit préoccuper votre auditoire : sinon, même pas la peine d’essayer…

Votre tâche consistera à le « colorier » en lui appliquant quelques-unes des techniques ci-dessous.

. Exhibez des signes extérieurs montrant que vous êtes plus intelligent, instruit et clairvoyant que la moyenne (et, subliminalement, un peu plus intelligent que votre public) : donc archi-crédible en tant que révélateur.

. Et donnez des gages de votre honnêteté intellectuelle.

. Annoncez d’emblée que votre enquête révèle une manipulation que personne ou presque ne voit, et que les médias_stipendiés_couchés_complaisistes veulent à tout prix cacher.

. Référez-vous à des sources fiables concernant ce fait. Même si c’est pour donner une information tout-à-fait banale, toute source incontestable est précieuse. Par la suite, ce ne sera peut-être plus nécessaire d’en citer, car une seule source fiable peut suffire à asseoir la confiance.

. Choisissez les informations complémentaires qui vous arrangent.
Il faut que la « sauce » prenne facilement, donc évitez les grumeaux.
Choisissez-les comme vous choisiriez une bonne vaseline.

. N’hésitez pas à introduire bon nombre d’éléments difficiles à vérifier : ça marche !

. Restez simple.

. Adoptez le langage des vulgarisateurs : ça doit être le plus concret possible.

. Affirmez avec assurance. Prenez exemple sur un maître d’école qui vous enseignerait que 2 x 2 font 4. Tout risque de doute doit être évité.

. A un moment donné, énoncez une théorie selon laquelle les ficelles du monde sont tirées, là-haut, par un groupe mal intentionné. Donnez le nom de ce sale groupe mais pas la peine de trop détailler : une évocation, répétée ici et là, fera l’affaire.
Insistez sur « C’est ce qui est en train de se passer ! ». Vous êtes en train de faire une révélation !

. Comme dans n’importe quel roman policier, identifiez un détail, même infime, qui autorise l’hypothèse qu’il pourrait s’agir d’une preuve. Mais – différence d’avec le roman policier – sautez l’étape « hypothèse », et affirmez au plus vite, avec force et aplomb « Voilà la preuve que… ».

. Trouvez une coïncidence quelconque pour appuyer votre « preuve ». Deux coïncidences, ce sera quatre fois mieux.

. Et, en dernier recours, si vous ne disposez d’aucun élément assez probant, affirmez benoîtement que « C’est normal, car ils ne laissent bien sûr pas leur trace ».

. Très important : Si vous pouvez y glisser une petite histoire, des anecdotes, ce sera bingo !

. Ne manquez pas d’ajouter des éléments tragiques, ou attendrissants ; l’émotion imprimera durablement le message dans l’âme de qui vous lira/écoutera/verra.

. Si possible, faites référence à un mythe, et utilisez-le pour éclairer la réalité présente.
Certains mythes marchent très bien : par exemple, l’annonce d’une manifestation apocalyptique toute proche fait ses preuves …depuis des siècles !

. Moquez-vous des personnes qui croient encore aux vérités officielles ; qualifiez-les de pauvres naïves.

. N’hésitez pas à utiliser l’ironie pour renforcer la conviction que les versions officielles sont de purs mensonges. Mais renoncez à toute envie de faire de l’humour : ça risquerait de tout fiche en l’air.

. Si vous intervenez devant une caméra, ne cessez jamais de parler à l’objectif, droit dans les yeux !

. Mais, attention : vous n’aurez de résultat que si votre public vous sent proche de lui.
Autrement dit : vous ne pouvez convaincre que des convaincus ou des demiconvaincus.

Ce joli désordre, je ne l’ai pas entièrement inventé : j’ai, en partie, pioché à diverses sources. Chacun est invité à l’adapter, le compléter et le corriger.

En action !

Maintenant que vous avez assimilé les instructions, c’est le moment de vous retrousser les manches.
Choisissez, par exemple, un sujet qui vous concerne personnellement.

Vous êtes pour les produits bio ?
Allez-y : lâchez-vous ! Prouvez qu’ils sont le fruit de mauvaises intentions de « leur » part.
Ne laissez subister aucun doute.
(si vous parvenez à vous convaincre vous-même : vous êtes mûr.e pour devenir influenceur anti-bio !)

Vous êtes anti-vaccin, mais un peu basique ?
Ce n’est pas forcément le cas le plus facile, car vous devrez aller bien au-delà de vos arguments habituels.
Bonne chance !

Questions en suspens

Est-il nécessaire d’être malhonnête pour être influenceur complotiste ?
Est-il nécessaire d’être entièrement convaincu de ses propres arguments ?
Peut-on être à la fois honnête et influenceur reconnu ?
Et puis :
CE COMPLOTISME-CONSPIRATIONNISME, D’Où VIENT-IL et Où CONDUIT-IL ?

Et
Assange
?