Jean-Paul.M

Les luttes menées dans le Cap Sizun et le pays de Douarnenez, depuis Plogoff.

Bonjour

J’ai écrit ce mémo, à l’usage du groupe de Douarnenez qui va accueillir prochainement un groupe des zapatistes du Chiapas dont une délégation est en ce moment en Europe.

Jean-Paul M.
(09/21)


L’incinérateur de Confort. 2003.
Pendant des années cette usine à déchets, vétuste, est souvent tombée en panne.
A chaque redémarrage elle a craché son taux maximum de dioxine sur les habitants sous le vent de son implantation.
Il n’y a jamais eu d’études de ces effets sur la santé, mais de nombreux témoignages locaux révélaient des cas de problèmes respiratoires sur des enfants.
Prenant acte d’une loi qui oblige à l’arrêt tout incinérateur qui tombait « x » fois en panne (car c’est l’instant du rejet maximum du poison de la dioxine) un collectif local a obtenu la fermeture de ce traitement des déchets.
Ensuite il a été proposé aux élus locaux le projet d’un incinérateur neuf.
Mais ce projet devait être soumis à une enquête d’utilité, à travers des réunions régulières entre les promoteurs du projet, les élus et notre collectif qui s’est investi sans lâcher prise.
Au final, nous avons fait douter les élus de la pertinence de cet incinérateur flambant neuf.
Le projet a été abandonné, mais cette situation a entraîné une dynamique pour le tri sélectif dans les communes.

Le Peuple des Dunes. 2018

Ce collectif a été d’abord été crée autour d’Erdeven quand, après l’abandon du projet de centrale nucléaire, est apparu la volonté d’une entreprise d’exploiter l’extraction d’un gisement sous-marin de sable.
La lutte menée localement a bloqué ce processus aberrant (destruction nurserie naturelle de poissons / perturbation des sables côtiers sur les plages etc…)
Puis apparaît un projet identique au large de Lannion, dans un mince couloir marin entre deux zones protégées « Natura 2000 ».
Malgré une active résistance locale, dont celle des pêcheurs, Macron ministre de l’économie accorde ce droit d’extraction sous réserve que la Cie s’accorde sur certaines clauses d’exploitation.
Las, pressée de rentabiliser son affaire elle commet l’erreur, dénoncée aussitôt dans les médias, d’exploiter en douce, hors règles établies, le gisement.
Devant le scandale le gouvernement est obligé de reculer et de signifier la fin du contrat.
Mais peu de temps après (2018) apparaît un projet identique à l’est de l’île de Sein, à la limite du parc marin.
Mobilisation ici dans le cap Sizun, à Douarnenez, en lien avec les habitants de l’île de Sein et des pécheurs de ligne de la Pointe du Raz.
Le parc marin se sent obligé d’émettre des réserves à cette extraction au risque de voir son image de préservation du milieu marin bien entachée.
Finalement le projet ne sera pas annulé, mais suspendu…
Il est étrange, ici comme au large de Lannion, lors de la création du Parc marin où des zones « Natura 2000 » que ces dunes sous marines de dépôts ancestraux de coquillages marins, hauts lieux de reproduction des poissons, n’aient pas été incluses dans les proches périmètres de préservation. (comme on dit, il semblerait qu’il y avait anguille sous roche).

Tulipes et pesticides, de la Pointe de la Torche.2015

Pendant des années les producteurs de tulipes du pays bigouden ont arrosé de pesticides l’environnement et les cultures de leurs exploitations en arrière des dunes de bord de mer.
Nous avions été informé de l’usage de pesticides interdits en France et ramenés de Hollande.
Lors du mouvement national de lutte contre les pesticides, nous avons initié ce jour là une longue marche autour de ces champs de tulipes.
C’était la première fois que le problème était mis sur la place publique, pour rompre l’omerta ambiante sur cette situation d’immunité et de triche des exploitants.
Le collectif a renouvelé cette marche pendant 3 ans.
L’un des tulipiers a été condamné par le tribunal de Quimper à une amende pour usage illicite de produits toxiques.
Le méfait rapporté par la presse fut ainsi rendu public.


C’est au cours de ces luttes qu’est né et s’est activé le collectif local « Alerte à l’Ouest » – https://alertealouest.blogspot.com/.
Voir aussi les multiples luttes, manifestations et conférences, contre la prolifération des algues vertes, qui a donné naissance à l’association « Baie de Douarnenez environnement » – http://www.baiedouarnenezenvironnement.com/.
Plus récemment : l’opposition à l’installation d’un poulailler géant au Juch – la longue opposition à l’extension d’une grosse porcherie à Plovan, que le tribunal administratif a fini par rejeter.

(texte spontané qui peut être revu et amélioré.)

Et
Assange
?