Indispensable Europe

Eussé-je été l’Ogre Sam, eh bien, j’eus fait comme lui.

Ben oui, sous camouflage OTAN, placer des banderilles autour d’une Russie provisoirement somnolente mais que l’on SAIT économiquement requinquée, avide d’Asie, et fermement décidée à obtenir enfin le rang qu’elle estime mériter.

De fil en vilaines aiguilles, le résultat pour l’Europe – on commence à le découvrir – pourrait s’avérer, en fin de compte, redoutablement bouleversant.

Bénéfice pour l’Ogre Sam ?
L’Europe, ce « partenaire » aussi secondaire que tapageur, devra plus que jamais, décision après décision, lui laisser le champ libre.
D’ailleurs, « les États-Unis sont et resteront la seule nation indispensable dans les affaires du monde » (Obama).

Regardons plus loin.

L’Europe, futur Tiers-monde des USA ?
Complément d’une Amérique dite latine, parfois trop revêche ?
Pourquoi pas ?

Car, s’il est contraint à une nouvelle partition des territoires d’affaires, par exemple du fait de l’incompressible Chine, l’Ogre Sam estimera sans doute qu’un joli Tiers-monde, déjà très bon client, de belle étendue et rien qu’à lui, est tout simplement vital.
Ne serait-ce que pour procurer un champ sécurisé aux nouveaux empereurs GAFAM, à ses sociétés de « conseil », à ses fabricants de puces électroniques en quête d’une alternative pas trop chère à la main-d’œuvre asiatique, à ses Westinghouse et autres, à son gaz de schiste, etc.
D’autant plus facile si la guerre en Ukraine conduit l’euro à accepter de se transformer en DollarCFA…

Voilà un aspect des choses qui me turlupine à propos de ce qu’il y a peut-être au sous-sol du sujet « Ukraine »…

Et
Assange
?