utopie

Espèce d’utopiste, va !
Chacun sait que les utopies, ou bien elles n’servent à rien,

ou bien elles se transforment en leur contraire : y a qu’à voir c’que deviennent les socialismes dans la réalité !

OK pour le socialisme dit « réel ».
Mais, réfléchissons : ne sont-ce pas précisément les éléments vraiment utopiques qui sont liquidés par ceux qui prétendent les faire vivre ?

Et puis – sans parler des utopies supposées se réaliser dans un autre monde – il y en a une qui se réalise sous nos yeux, jour après jour depuis deux siècles : l’utopie capitaliste, la civilisation capitaliste triomphante, la forteresse aux dix mille chiens de garde bien nourris, l’hydre toujours renaissante, la soi-disant « Civilisation », quoi !

Eh bien, je plaide ici pour une « conversion utopique », seule de nature à ruiner celle qui triomphe ainsi !

En en sapant les fondements.

Le rôle principal de la politique est, à mes yeux, l’entretien de l’utopie.

Je ne sais rien de la démocratie athénienne car aucun témoin oculaire ne m’a informé à son sujet.
Je sais par contre, hélas, ce qu’on appelle démocratie occidentale de nos jours !
Celle-ci, au niveau où elle est confinée, et dans sa forme « démocratie de marché » sert – entre autres tares – à désamorcer jour après jour la perspective utopique en la rendant impensable.

Il faut donc inventer des lieux pour donner vie à cette perspective sans laquelle nous sommes amputés de nos capacités créatrices, pourtant constitutives du vivant.

Bon alors, par où on commence ?
Nous manquons de regroupements d’humains, ni trop grands ni trop petits – et hétérogènes, ça c’est fon-da-men-tal ! – où il sera possible d’expérimenter comment penser, faire et ainsi exister l’utopie.

Comment ça ?
Eh bien, j’appelle à la création d’une ville – de villes – où, du fait d’une dimension un peu vaste,  tout le monde ne se connaît pas forcément, mais où s’inventent des pratiques utopiques inhabituelles irrégulières.

Mais comment ça ? Comment ça ?
J’ai écrit plus haut conversion.
Ça s’fait pas du bout des lèvres !
Ça s’fait pas en signant distraitement une pétition qui nous donnerait bonne conscience !
Ni même en « tractant » régulièrement.
Ça demande du corps, du geste, et ça demande de l’âme !

Expérimenter à 2 ou 3000 personnes la conversion utopique permanente est l’un des 999 objectifs de ces villes irrégulières à venir.

Oui mais : la pulsion utopique de l’humain est déjà détruite !
C’est donc complètement « utopique » de vouloir la ressusciter !
Oui mais : les écrits et discours de nature utopique n’ont jamais abouti à rien !
Ça n’mérite pas réflexion, ça ?
Oui mais : (bienvenue à 999 autres objections !!!)…

le dossier microvilles

Et
Assange
?