Vérole

Le journalisme infecté du virus de la « communication » par les journalistes-mêmes.

Résultat : nous ne pouvons plus nous informer sainement qu’au prix d’inimaginables efforts de lucidité, …particulièrement à l’égard des pseudo-rebouteux (Décodeurs, Fact-checkeurs, etc.) autoproclamés !

Lire cet article majeur, très documenté, de Laurent Mucchielli sur le pitoyable état du journalisme, de nos jours, en France.

Probablement est morte l’époque où une personne isolée pouvait se considérer raisonnablement informée.

Si les médias dits sociaux apportaient une solution à ce déficit, ça se saurait, non ?
D’où notre proposition – théorique, pour le moment – de cabinets de lecture ressuscités.
D’où, également, l’appel à soustraire l’information aux mâchoires de la marchandise (voir en fin de l’article).

Et
Assange
?